Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 24 octobre 2017 - Saint Antoine-Marie Claret (1807-1870)
Date : mardi 28 mars 2017
La m餩tation

 

Les méditations

Dieu veut nous guérir

Evangile selon St Jean, chapitre 5, 1-16

Après cela, il y eut une fête juive, et Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis, il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha. Elle a cinq colonnades, sous lesquelles étaient couchés une foule de malades, aveugles, boiteux et impotents. [...] Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans. Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Veux-tu être guéri ? » Le malade lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau bouillonne ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. » Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. » Et aussitôt l’homme fut guéri. Il prit son brancard : il marchait !
Or, ce jour-là était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à cet homme que Jésus avait remis sur pieds : « C’est le sabbat ! Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. » Il leur répliqua : « Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit : ?Prends ton brancard, et marche !? » Ils l’interrogèrent : « Quel est l’homme qui t’a dit : ?Prends ton brancard, et marche ? ? » Mais celui qui avait été rétabli ne savait pas qui c’était ; en effet, Jésus s’était éloigné, car il y avait foule à cet endroit. Plus tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit : « Te voilà guéri. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver quelque chose de pire. » L’homme partit annoncer aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. Et ceux-ci persécutaient Jésus parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.

Prière d'introduction
Seigneur Jésus, je veux te remercier encore aujourd’hui pour toutes les grâces que tu m’as données tout au long de ma vie. Je te remercie aussi parce que tu es toujours à mes côtés. Aide-moi à toujours te faire confiance et fais qu’à travers ta Parole je puisse te connaître chaque jour davantage.

Demande
Seigneur, je te demande de m’aider à être capable de t’accueillir afin que tu puisses guérir toutes mes blessures.

Points de réflexion

1. « Veux-tu être guéri ? »
Dans ce passage de l’Évangile on aperçoit Jésus qui, comme souvent, éprouve de la compassion pour des pauvres et des malades. Cette fois-ci il s’agit d’une personne atteinte de maladie depuis trente-huit ans. Jésus avec son regard plein de miséricorde aperçoit ce malade qui, malgré son infirmité et tout ce temps passé au bord de la piscine sans personne pour l’aider, garde quand même un infime espoir qu’il sera peut-être guéri un jour et quelqu’un l’aidera à se plonger dans la piscine.
Et Jésus lui pose donc cette question : « Veux-tu être guéri ? » Une question qui pourrait sembler évidente car qui ne veut pas être guéri ? Toutefois la réponse aurait pu être dure et pleine de rancœur surtout de la part de cet homme qui souffre depuis si longtemps de maladie mais aussi de solitude. Mais celui-ci reconnaît simplement et humblement son désir d’être guéri, son incapacité et son impuissance de le faire par lui-même ainsi que son besoin d’aide. Même s’il ne connaît pas encore Jésus, il accepte ses paroles. D’une certaine façon il met sa confiance en Jésus et il espère que celui-ci va l’aider.
De même que cet infirme, nous nous retrouvons souvent, d’une certaine façon, dans la même situation au niveau spirituel. Nous aimerions être guéris de nos fautes et de nos faiblesses mais nous nous sentons trop faible et nous sommes incapables de l’accomplir par nos propres forces. C’est dans ces moments que Jésus vient et nous pose cette même question : « Veux-tu être guéri ? » Et il nous faut nous aussi savoir être humbles, confier et accepter l’aide du Seigneur car il ne peut rien faire contre notre volonté.

2. « Te voilà guéri. Va ne pèche plus ».
Jésus voit donc dans ce malade l’espoir, le désir et l’humilité de quelqu’un qui accepte de l’aide, qui se reconnaît incapable d’avancer seul. C’est pour cela que Jésus lui donne quelque chose d’encore plus grand. Jésus ne l’aide pas à se baigner comme celui-ci aurait pu l’espérer, mais Jésus le guérit complètement. Jésus donne toujours plus que ce qu’on lui demande. Il lui redonne la santé et le prouve en lui disant : « Lève-toi prend ton brancard et marche ».
Cependant il s’agit là plus qu’une guérison corporelle car, un peu plus loin dans le texte, en le rencontrant de nouveau, Jésus lui dit aussi : « Te voilà guéri, ne pèche plus ». En effet Jésus, quand il guérit, prend soin non seulement du corps mais aussi l’âme. Dans un autre passage en effet quand on lui présentera un paralysé il dira d’abord : « Tes péchés te sont pardonnés » car la santé de l’âme est la plus importante et c’est ce qui l’intéresse avant tout. Comme à cet homme, Jésus nous donne sa grâce mais ensuite il faut travailler jour après jour pour la faire fructifier, c’est pour cela qu’il dit : « Ne pèche plus ». En effet la guérison doit être accompagnée d’un travail constant, même si nous ne serons jamais parfaits, nous devons quand même effectuer tous nos efforts pour ne plus retomber ou nous mettre en situation de danger sans raison car comme prévient Jésus : « Il pourrait nous arriver bien pire ».
Toutefois Jésus s’adresse à chacun d’entre nous de manière particulière pendant cette période de Carême, il veut nous guérir mais il attend que nous ouvrions grand notre cœur.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, pendant ce Carême où nous faisons notre possible pour nous préparer à ce mystère de ta Passion et de ta Résurrection, nous te demandons de nous venir en aide. Nous reconnaissons nos faiblesses et nos erreurs, Seigneur. Nous sommes aussi conscients de notre incapacité à changer seul. Viens nous guérir et fais que nous ouvrions notre cœur car sans toi tout effort sera vain. Seigneur, nous voulons répéter les paroles que nous prononçons pendant la messe : « Seigneur, dis une seule parole et je serai guéri ».

Résolution
Prendre un moment pour prier avec plein de confiance le psaume 51.



Cette méditation a été écrite par Frère Jean-Baptiste Ribes, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales