Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 17 octobre 2017 - Saint Ignace d’Antioche
Date : jeudi 14 septembre 2017
La m餩tation

 

Les méditations

La Croix glorieuse

Evangile selon St Jean, chapitre 3, 13-17

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Prière d'introduction
Aujourd’hui, l’Église célèbre la fête de la Croix glorieuse. Cette fête s’enracine probablement dans le souvenir de la dédicace de la basilique constantinienne du Saint-Sépulcre en 335. Cette fête se situe dans notre liturgie actuelle à la fin du parcours spirituel de 40 jours commencé à la fête de la Transfiguration, le 6 août.

Demande
Seigneur, accorde-moi la grâce de proclamer ta Croix glorieuse au milieu de ce monde qui se détourne facilement de toi et donne-moi la force de savoir ordonner ma vie pour accueillir cette communion avec le Père, le Fils et le Saint Esprit pour l’éternité.

Points de réflexion

1. « Nul n’est monté au ciel... »
Seigneur, le sage Nicodème voudrait aller plus loin et mieux connaître qui tu es vraiment. Il vient te trouver « de nuit » pour comprendre à qui il a affaire ; il a besoin de comprendre ce qui remue les foules et fait tant parler de toi. Juif à la foi solide et ferme en Yahvé, il est Maître en Israël, il veut savoir d’où vient ce que tu dis, d’où viennent tes paroles.
Tu le rassures et lui confirmes qu’elles viennent bien du ciel et que personne ici-bas ne pourra entrer au ciel sans d’abord lever les yeux vers celui que le Père a envoyé. Tu lui rappelles qu’au désert, les fidèles mordus par les serpents, devaient lever les yeux vers le serpent d’airain que Dieu avait demandé à Moïse de placer sur un mât pendant la traversée du désert. Lui qui est pharisien connaît ce passage des Écritures ; il sait que ce serpent guérissait les blessures. « Et nul ne pourra monter au ciel s’il ne lève d’abord les yeux sur celui qui est descendu du ciel. »

2. « Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a envoyé son Fils unique. »
Tu veux que Nicodème te reconnaisse comme celui que le Père a envoyé : tu es le nouveau serpent d’airain qui sera cloué sur la croix et c’est vers toi, aujourd’hui, que les hommes doivent tourner les yeux pour être sauvés. C’est à travers toi que le peuple pourra rejoindre le salut éternel que Dieu a promis à son peuple au moment de la chute originelle. Être guéri de la morsure du serpent, c’est renouer l’Alliance et c’est justement ce que Nicodème et tous les membres du peuple élu attendent.
Mais les capacités humaines, quelles qu’elles soient, ne peuvent remplacer la foi à laquelle tu veux que Nicodème s’ouvre. Tu veux qu’en te voyant lorsque tu seras sur la croix, il comprenne que tu es véritablement le « Serviteur souffrant » dont parle Isaïe, celui qui a offert sa vie en rachat pour la multitude, celui que lui, en Maître pharisien, connaît parfaitement.

3. « Pour que le monde soit sauvé par lui. »
Là, maintenant, Seigneur, c’est moi qui lève les yeux vers toi. Oui, sans toi, je ne peux rien faire, je ne peux pas même reconnaître que tu es Seigneur. Mais tu es descendu du ciel et en remontant vers le Père, tu nous envoies l’Esprit, ton Esprit, celui qui souffle où il veut, celui qui vient habiter dans le cœur de tes fidèles. Tu veux que je me tourne vers toi, que je te laisse me former, me façonner, que je te permette de m’imprégner de toi, de ta présence, de ta Loi, tu veux la graver au fond de moi. C’est vrai, Seigneur, que de moi-même, seul sur la terre, mes pas ne me porteront pas jusqu’à toi, mon esprit et mon intelligence resteront sans comprendre parce que les choses de la terre n’atteignent pas les choses du ciel, elles n’atteignent pas l’intelligence du Créateur. Il faut que la Vérité me soit donnée par le ciel lui-même, il faut qu’elle descende du ciel.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, ton amour est si grand que ce sera toujours un mystère insondable pour moi. Tu as accepté la volonté du Père en te laissant clouer à la croix, en te soumettant à toutes les conséquences de notre comportement souvent inconscient du mal qu’il génère. Tu demandes au Père d’exercer sa miséricorde face à notre ingratitude insondable. Tu nous invites chacun, à notre place, à participer à la Rédemption, la nôtre et celles de nos frères en ce monde. Seigneur, comment ne pas adorer ta personne et ton cœur transpercé à cause de nos fautes ? Comment ne pas être reconnaissant pour tant d’amour ?

Résolution
Rester quelques minutes devant le Saint-Sacrement en te remerciant pour cette Croix glorieuse qui est là devant moi et qui m’ouvre l’éternité.



Cette méditation a été écrite par Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales