Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 22 octobre 2018 - Ste Salomé
Date : vendredi 2 mars 2018
La m餩tation

 

Les méditations

Prendre soin de ma vigne et de celle de mes frères

Evangile selon St Matthieu, chapitre 21, 33-46

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.” Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !” Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.
Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. » Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. »
En entendant les paraboles de Jésus, les grands prêtres et les pharisiens avaient bien compris qu’il parlait d’eux. Tout en cherchant à l’arrêter, ils eurent peur des foules, parce qu’elles le tenaient pour un prophète.

Prière d'introduction
Merci, Seigneur, pour ce temps de prière. Apprends-moi à te parler avec régularité, à cultiver un amour quotidien, attentif, délicat. C’est dans les détails que je peux t’aimer et me laisser aimer par toi, plus que dans les grandes idées ou dans les grandes occasions.

Demande
Enseigne-moi à prendre soin des frères que tu m’as confiés.

Points de réflexion

1. Jésus reprend le thème de la vigne que nous retrouvons tout au long de l’Ancien Testament pour représenter le peuple d’Israël. Le peuple d’Israël a été confié aux « grands prêtres et aux anciens du peuple » mais ils n’en ont pas pris soin. Lorsque Dieu confie son peuple à des hommes, il sait parfaitement qu’il existe la possibilité que cela se termine mal. Et pourtant s’il continue de le faire c’est que le poids du bien accompli par les « bons pasteurs » est infiniment plus lourd que le mal des mauvais. Le Seigneur confie les hommes les uns aux autres : c’est la possibilité du mal, certes, mais c’est aussi la condition de l’amour. En fait tous ceux qui nous ont fait du bien sur notre chemin sont des bons pasteurs que le Seigneur a placés pour nous communiquer son amour, parfois à leur insu. Remercions le Seigneur pour ces bons pasteurs : parents, éducateurs, prêtres ou consacrées, collègues, amis, etc.

2. Le vrai problème de la vigne dans l’Ancien Testament est qu’elle ne porte pas de fruit, malgré tout ce que le Seigneur a fait pour elle. Le peuple d’Israël retourne sans cesse à ses idoles et oublie Dieu. Les vignerons sont désemparés, attendent le retour du maître avec frayeur, et ils tuent ses envoyés. Ne sommes-nous pas à la fois cette vigne inféconde et ces vignerons homicides ? Que faire face à cette vigne, la nôtre ou celle de ceux qui nous sont confiés, qui ne porte encore que si peu de fruit de sainteté ? Jésus donne la réponse : « La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle », mais il est encore plus explicite dans Jean 15 : « Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit. » Jésus, le fils de la parabole, ne vient pas pour récolter des fruits en nous, il vient nous faire fructifier, il vient semer, il vient féconder notre cœur.

3. Tant que je veux être à l’origine du fruit de ma vigne je ne peux qu’échouer. Jésus me demande des fruits de vie éternelle, des actes de foi, de générosité, d’humilité, de service, d’attention, qui dépassent ma nature, qui sont surnaturels, extra-ordinaires. Seul le Christ peut porter ces fruits-là en moi. Et de même avec les personnes qui me sont confiées : c’est l’action du Christ en eux qui les fait grandir, pas ma génialité. Toute notre travail est donc d’être activement passifs, de nous rendre totalement disponibles à l’action de Dieu, de le laisser agir en nous. Que ferait Jésus à ma place ?... Le premier pas est l’écoute : dédier un temps au début de la journée pour laisser Dieu me parler, et un autre temps, le soir, d’examen de conscience, pour découvrir ce qu’il a voulu me dire dans ma réalité quotidienne. Et ainsi chaque jour, nous nous rendrons un peu plus disponibles aux fruits que Dieu veut porter en nous.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, je te remercie pour toutes les personnes que tu as mises sur mon chemin. Aide-moi à prendre soin de ma vigne et de celle de mes frères. Tu es celui qui donne sens à la vie humaine, fais que nous te mettions au centre de nos vies.

Résolution
Prendre un temps de prière chaque matin et un temps d’examen le soir.



Cette méditation a été écrite par Frère Melchior Poisson, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales