Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 19 novembre 2018 - Saint Tanguy
Date : jeudi 15 mars 2018
La m餩tation

 

Les méditations

Les témoignages rendus à Jésus font apparaître le péché du peuple

Evangile selon St Jean, chapitre 5, 31-47

En ce temps-là, Jésus disait aux Juifs : « Si c’est moi qui me rends témoignage, mon témoignage n’est pas vrai ; c’est un autre qui me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est vrai. Vous avez envoyé une délégation auprès de Jean le Baptiste, et il a rendu témoignage à la vérité. Moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage, mais je parle ainsi pour que vous soyez sauvés. Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez voulu vous réjouir un moment à sa lumière. Mais j’ai pour moi un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a donné d’accomplir ; les œuvres mêmes que je fais témoignent que le Père m’a envoyé. Et le Père qui m’a envoyé, lui, m’a rendu témoignage. Vous n’avez jamais entendu sa voix, vous n’avez jamais vu sa face, et vous ne laissez pas sa parole demeurer en vous, puisque vous ne croyez pas en celui que le Père a envoyé. Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !
La gloire, je ne la reçois pas des hommes ; d’ailleurs je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; qu’un autre vienne en son propre nom, celui-là, vous le recevrez ! Comment pourriez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique ? Ne pensez pas que c’est moi qui vous accuserai devant le Père. Votre accusateur, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? »

Prière d'introduction
Je me mets en ta présence, Seigneur. Tu es là ! Tu m’offres ce moment avec toi. Un jour de plus pendant ce Carême, je désire t’accompagner et te laisser m’accompagner.

Demande
Ouvre mes yeux, Seigneur, pour que je reconnaisse les sécurités auxquelles je m’attache et qui ne sont pas de toi, et fais que j’ouvre mon cœur, que j’écoute ta voix et que je ne cherche que toi, la source de la vie.

Points de réflexion

1. Le Christ nous met en garde contre le danger du pharisaïsme. En effet, pourquoi les pharisiens ne croient pas en ce que Moïse a écrit ? Ils sont pourtant animés d’un très haut idéal religieux, ils aident les croyants à appliquer la Loi dans la vie quotidienne. Ils constituent la fine fleur du judaïsme au temps de Jésus, ce sont les authentiques héritiers de la tradition mosaïque, comme le montre leur fidélité jusqu’au martyre. Ils attendent la venue du Messie. Et ils se soucient même de gagner des adeptes à la foi juive. Le peuple a pour eux de l’estime et de l’admiration, dues en grande partie à leur influence dans les synagogues. Mais ils cherchent leur propre gloire, le prestige, l’admiration et les honneurs, et ces aspirations leur ont étouffé le cœur, endurci, fermé. Ils scrutent les Écritures, les connaissent sur le bout des doigts et pourtant ils ne connaissent pas Dieu. Ils cherchent la vie mais ils ne viennent pas à la source, la seule source d’eau vive, celle qui donne la vie. Ils ne connaissent pas son immense bonté. Ils ont une fausse conception de Dieu. C’est donc parce qu’ils ne le connaissent pas qu’ils se doivent de rejeter Jésus. Il ne correspond pas à leurs projets. Il n’y a plus de place pour lui. Il en devient même dérangeant. Jésus est la pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs.

2. Jésus désire que je le connaisse vraiment. Non comme je me l’imagine, mais lui tel qu’il est. Plus je le connaîtrai, plus je vivrai dans la vérité et serai libre. « La vérité vous rendra libres. » (Jn 8,32). Nous, chrétiens, sommes appelés à rendre témoignage à la vérité, comme Jean-Baptiste qui a même été jusqu’au sacrifice de sa vie. Il était libre face aux hommes en vivant pour Dieu, sous son regard. Il n’était pas esclave du qu’en dira-t-on, de l’admiration des autres. Il avait mis toute sa confiance en Dieu. Et Dieu lui a donné la vie.

3. Laissons Dieu faire de nous des lampes qui brûlent et qui éclairent le monde, nos frères. Nous sommes juste la lampe. La lumière provient de Dieu, c’est l’Esprit Saint qui habite en nos cœurs, la vie même de Jésus. Cherchons la gloire qui vient du Dieu unique.

Dialogue avec Marie
Marie, notre douce Mère du ciel, apprends-nous à vivre en enfants de lumière, libres, confiants en notre Père.

Résolution
Laisser l’une de mes sécurités humaines entre les mains du Père, tout au moins pour aujourd’hui.



Cette méditation a été écrite par Anne-Marie Terrenoir, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales