Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 22 avril 2018 - Saint Léonide
Date : samedi 24 mars 2018
La m餩tation

 

Les méditations

Les chefs juifs décident de la mort de Jésus

Evangile selon St Jean, chapitre 11, 45-57

En ce temps-là, quand Lazare fut sorti du tombeau, beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui. Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu’il avait fait. Les grands prêtres et les pharisiens réunirent donc le Conseil suprême ; ils disaient : « Qu’allons-nous faire ? Cet homme accomplit un grand nombre de signes. Si nous le laissons faire, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation. » Alors, l’un d’entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit : « Vous n’y comprenez rien vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas. » Ce qu’il disait-là ne venait pas de lui-même ; mais, étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus allait mourir pour la nation ; et ce n’était pas seulement pour la nation, c’était afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés.
À partir de ce jour-là, ils décidèrent de le tuer. C’est pourquoi Jésus ne se déplaçait plus ouvertement parmi les Juifs ; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Éphraïm où il séjourna avec ses disciples.
Or, la Pâque juive était proche, et beaucoup montèrent de la campagne à Jérusalem pour se purifier avant la Pâque. Ils cherchaient Jésus et, dans le Temple, ils se disaient entre eux : « Qu’en pensez-vous ? Il ne viendra sûrement pas à la fête ! » Les grands prêtres et les pharisiens avaient donné des ordres : quiconque saurait où il était, devait le dénoncer, pour qu’on puisse l’arrêter.

Prière d'introduction
C’est le moment de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Beaucoup de juifs y assistèrent après avoir été témoins de la résurrection de Lazare, l’ami de Jésus et le frère de Marthe et Marie. Après ce miracle, certains sont allés dire aux pharisiens ce qu’ils avaient vu. Pharisiens et grands prêtres, jaloux de leur autorité et refusant d’accepter la filiation divine de Jésus, complotèrent de le tuer : ils étaient pris entre la renommée de Jésus et la possibilité d’une réaction de la part de l’occupant romain.

Demande
Seigneur, accorde-moi la grâce de t’imiter et de te rester fidèle dans l’adversité comme tu es resté fidèle à la volonté de ton Père au moment le plus douloureux de ta vie sur la terre. Tu acceptes de donner ta vie en rançon pour la multitude (Cf. Mt 20,28)) et de la donner silencieusement, sans rien demander en retour.

Points de réflexion

1. « Quelques-uns allèrent trouver les pharisiens (...) »
Aujourd’hui, tu acceptes le triomphe que la population te réserve lors de cette entrée à Jérusalem. C’est une entrée royale et tu avances, monté sur une petit d’âne : la foule a tapissé le sol de vêtements et de branches de rameaux. Tu sais que cette entrée triomphale correspond à la fin de ton ministère public : le triomphe d’aujourd’hui finira en arrestation, procès, condamnation à mort et crucifixion. Tu acceptes pour accomplir la volonté de ton Père, pour triompher du péché d’Adam. Tu es venu pour écraser la tête du serpent (Cf. Gn 3, 15), donner ta vie en rançon pour la multitude (Cf. Mt 20,28). Tu veux déraciner la mort qui est entrée dans le monde à cause du péché du premier homme (Cf. Rm 5,12). Après trois jours tu ressusciteras.

2. « Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là (...) »
Caïphe sait que la population tout entière risque la colère des Romains et il veut préserver la nation d’une agitation politique imminente. Il prophétise qu’« il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas. » Caïphe calme les publicains venus et prophétise le salut de la multitude par la mort d’un seul homme. Là, il ne parle pas de lui-même mais rappelle la prophétie du Serviteur souffrant d’Isaïe qu’il connaissait en tant que grand prêtre (Cf. Is 53, 11).

3. « À partir de ce jour-là, ils décidèrent de le tuer. »
Les chefs des prêtres et les pharisiens se réunissent pour te faire disparaître définitivement et décident de te tuer. Ce projet dénoncé par l’évangéliste correspond aux évènements de ta Passion. Mais, Seigneur, qu’en est-il lorsque nous sommes devant une décision qui nous trouble et nous contrarie, lorsque nous sommes devant une décision de suivre la volonté de Dieu ou de la contourner sans faire de bruit ? Lorsque tu nous déranges, lorsque tes plans contrarient les nôtres ?
Seigneur, garde-nous d’oublier que tu as donné ta vie pour que nous puissions recevoir et participer à ta vie éternelle. Seigneur, fais-nous nous souvenir du comportement de Judas qui te trahis en te donnant un baiser, ou de celui de Pierre qui jure fidélité alors qu’il te renie quelques temps après. Seigneur, garde-nous fidèles à te suivre.

Dialogue avec le Christ
Le cheminement de la foi au quotidien nous met bien souvent devant des situations où nous te renions plus ou moins ouvertement : impatience, repli sur soi, manque de franchise, passivité, indifférence, etc. En ce Carême, Seigneur, ouvre mes yeux qui sont aveugles devant ton sacrifice, ton amour et ta miséricorde. Seigneur, pardonne mon ingratitude mille et mille fois répétée.

Résolution
Reconnaître les bienfaits de Dieu et l’en remercier ; lire l’Évangile de Matthieu 6, 25-34.



Cette méditation a été écrite par Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales