Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 16 août 2018 - Saint Etienne
Date : mercredi 21 mars 2018
La m餩tation

 

Les méditations

« Si le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres »

Evangile selon St Jean, chapitre 8, 31-42

En ce temps-là, Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » Ils lui répliquèrent : « Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : “Vous deviendrez libres” ? » Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : qui commet le péché est esclave du péché. L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres.
Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous. Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu chez votre père. »
Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham. Mais maintenant, vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a pas fait. Vous, vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu. » Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé. »

Prière d'introduction
Béni sois-tu, Seigneur, toi qui veux me rencontrer, ici et maintenant.

Demande
Seigneur, puisque ta parole est vérité et ta loi, délivrance (cf. Lc 8,15), aide-moi à t’écouter durant cette prière, viens illuminer mon esprit pour contempler la vérité et délivre mon cœur de ses chaînes.

Points de réflexion

1. « Nous n’avons jamais été les esclaves de personne (...) »
Voici une affirmation douteuse ! Les descendants d’Abraham ont bien été esclaves en Égypte, puis déportés à Babylone : « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. » (Ex 20, 2) Mais surtout, leurs cœurs, notre cœur, sont esclaves de bien des choses, de personnes, de fausses théories, etc.
Et moi, de quoi suis-je esclave ? Jésus répondit aux juifs : « Qui commet le péché est esclave du péché.  » C’est un sujet que je peux avoir tendance à éviter dans ma vie, faisant la politique de l’autruche. Mais Jésus connaît déjà toutes mes idoles, mes faiblesses, mes côtés noirs. Et les reconnaître devant lui, les lui présenter, à lui qui est venu spécifiquement pour nous sauver, loin de nous enliser, il nous libère. Sans péché, pas besoin d’un Rédempteur qui vienne m’en libérer !

2. « La vérité vous rendra libres. »
Benoît XVI, lors de son homélie du 28 mars 2012, nous l’explique : « Jésus se révèle comme le Fils de Dieu le Père, le Sauveur, le seul qui puisse montrer la vérité et donner la liberté authentique. (...) En effet, la vérité est une aspiration de l’être humain et la chercher suppose toujours un authentique exercice de la liberté. Nombreux sont ceux qui, en revanche, préfèrent les raccourcis et essaient d’esquiver cette tâche. (...) Foi et raison sont nécessaires et complémentaires dans la recherche de la vérité. Dieu a créé l’homme avec une vocation innée à la vérité et c’est pourquoi il l’a doué de raison. (...) En outre, la vérité sur l’homme est un présupposé inéluctable pour atteindre la liberté, car nous découvrons en elle les fondements d’une éthique avec laquelle tous peuvent se confronter, et qui renferme des formulations claires et précises sur la vie et la mort, les devoirs et les droits, le mariage, la famille et la société, en définitive, sur la dignité inviolable de l’être humain. (...) N’hésitez pas à suivre Jésus-Christ. En lui, nous trouvons la vérité sur Dieu et sur l’homme. Il nous aide à surmonter nos égoïsmes, à sortir de nos ambitions et à vaincre ce qui nous opprime. (...) Ce n’est qu’en renonçant à la haine et à notre cœur dur et aveugle que nous serons libres, qu’une vie nouvelle germera en nous. (...) En lui, tous trouveront la pleine liberté, la lumière pour comprendre la réalité en profondeur et la transformer par le pouvoir de renouveau de l’amour. Marchons à la lumière du Christ, qui peut dissiper les ténèbres de l’erreur. Supplions-le pour que (...) nous arrivions à donner à Dieu une réponse libre, généreuse et cohérente, sans craintes ni rancœurs. »

3. La liberté des enfants de Dieu.
Jésus nous révèle tout au long de l’Évangile que Dieu est notre Père. Il nous dit dans ce passage : « L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours. » Dieu désire une relation d’amour avec chacun d’entre nous, comme celle entre un Père et son fils, et pas n’importe quel Père ! Cependant, il nous est parfois difficile de nous comporter comme un enfant confiant envers Dieu à cause de nos esclavages. La bonne nouvelle est que Jésus vient rétablir cette relation filiale : « Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. » En lui, nous pouvons être des fils dans le Fils. « C’est pour que nous soyons libres que le Christ nous a libérés. Alors tenez bon, ne vous mettez pas de nouveau sous le joug de l’esclavage. » (Ga 5,1)
Le pape François, lors de son homélie du 24 octobre 2016 nous expliquait que « la Loi n’a pas été faite pour nous rendre esclaves, mais pour nous rendre libres, pour nous rendre enfants.  » Le fils cadet de la parabole de l’enfant prodigue « savait qu’il avait un père, et dans le moment le plus sombre de sa vie il est allé vers le père. » Le fils aîné « comprenait seulement du père qu’il était le patron, mais ne l’avait jamais ressenti comme un père. (...) Prions le Seigneur, prions pour nos frères et pour nos sœurs qui croient que cheminer dans la Loi du Seigneur, c’est devenir rigide. Que le Seigneur leur fasse sentir que lui est Père, et que ce qui lui plaît, c’est la miséricorde, la tendresse, la bonté, la douceur, l’humilité. Et qu’à tous il nous enseigne à cheminer dans la Loi du Seigneur, avec cette attitude. »

Dialogue avec le Christ
Jésus, je te remercie de tout cœur pour tes paroles, qui me révèlent la vérité sur toi et sur moi. Cette vérité dissipe les ténèbres de mon cœur et me rend libre pour recevoir ton amour et pour aimer.

Résolution
Laissons Jésus inspirer en nos cœurs quelle action nous pouvons accomplir pour mettre en œuvre ce que chacun a contemplé. Par exemple, lire dans le Catéchisme de l’Église catholique (disponible sur le site du Vatican www.vatican.va) un chapitre qui m’aidera à mieux connaître qui est Dieu ou qui est l’homme.



Cette méditation a été écrite par Mélanie Duriez, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales