Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 23 juin 2018 - Sainte Audrey
Date : mercredi 28 mars 2018
La m餩tation

 

Les méditations

Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit ; mais malheureux celui par qui il est livré

Evangile selon St Matthieu, chapitre 26, 14-25

En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, se rendit chez les grands prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent. Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.
Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez untel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque.
Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Prenant la parole, il dit : « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! »

Prière d'introduction
Seigneur Jésus, nous voici arrivés au milieu de la Semaine Sainte. Demain commence la célébration du mystère pascal, les trois jours les plus solennels de l’année. Je veux t’accompagner dans ta Passion et ta mort pour jouir de la gloire de ta Résurrection. Donne-moi cette grâce, Seigneur, je te le demande par l’intercession de ta très sainte Mère !

Demande
Seigneur, fais-moi partager tes sentiments à la veille de ta Passion !

Points de réflexion

1. L’Évangile d’aujourd’hui me dépose au seuil de la Passion du Seigneur.
Il me faut pousser doucement la porte pour entrer dans Jérusalem, bruyante et remplie des foules qui arrivent de loin pour fêter la Pâque. Au milieu de ce joyeux tumulte, je veux contempler deux personnes qui ont mûri dans leur cœur une grave décision : Jésus et Judas. Mais pour saisir les sentiments qui les agitent, il faut que je me recueille. Seigneur, aide-moi à faire silence en mon âme !

2. « Mon temps est proche » dit Jésus.
Son heure arrive enfin, l’heure de montrer aux hommes l’amour suprême de Dieu. La Pâque des Juifs rappelait que Dieu, plein d’amour pour son peuple, l’avait arraché aux fouets des Égyptiens. Maintenant arrive l’heure de la vraie Pâque, celle où Dieu va arracher tous les hommes au pouvoir du péché et de la mort. Et Jésus sait qu’il va accomplir cette libération en mourant sur la croix et en ressuscitant. Comme je serais bouleversé si l’on m’apprenait que je devais mourir demain ! Jésus aussi était un homme : quelle tempête d’émotions devait agiter son cœur ! Et pourtant, il reste calme, il donne des instructions précises à ses apôtres pour préparer la dernière Cène. Et même quand Judas demande « Serait-ce moi ? », Jésus ne l’accuse pas à voix haute, il lui répond de telle façon que les autres apôtres ne le soupçonnent même pas.

3. Judas ressent lui aussi une tempête dans son cœur, mais cette tempête est bien différente. Au début, il voulait sans doute suivre le Christ de tout son cœur. Mais petit à petit, il est tombé dans la routine, la déception puis l’endurcissement et la trahison. Finalement, il a laissé libre cours à l’orgueil et à la haine : il a vendu Jésus pour trente pièces d’argent. Quelle trahison ! Pendant la dernière Cène, Judas et Jésus étaient tout proches l’un de l’autre, mais quel abîme séparait leur cœur ! Mais il ne faut pas croire que c’était le seul à qui cela aurait pu arriver. Les autres apôtres, eux aussi, sont passés tout près de la trahison. Saint Pierre y est même tombé, seule la grâce de Dieu lui a donné la force de se repentir. La trahison la plus dangereuse pour nous est sans doute celle de la routine. La grenouille qui cuit à petit feu ne se rend pas compte que l’eau devient bouillante. Seigneur, ne permets pas que je te trahisse par la médiocrité !

Dialogue avec le Christ
Seigneur, laisse-moi t’accompagner pendant ces jours saints ! Ne permets pas que je te trahisse ! Quelle distance entre ton cœur et le cœur de Judas... ! Que mon cœur reste tout près du tien !

Résolution
Aujourd’hui, je prendrai du temps pour méditer la dernière Cène.



Cette méditation a été écrite par Frère Benoît Terrenoir, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales