Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 15 octobre 2018 - Ste Thérèse d’Avilla
Date : mardi 27 mars 2018
La m餩tation

 

Les méditations

« L’un de vous me livrera... Le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois »

Evangile selon St Jean, chapitre 13, 21-38

En ce temps-là, au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit, et il rendit ce témoignage : « Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera. » Les disciples se regardaient les uns les autres avec embarras, ne sachant pas de qui Jésus parlait. Il y avait à table, appuyé contre Jésus, l’un de ses disciples, celui que Jésus aimait. Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C’est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote. Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. Jésus lui dit alors : « Ce que tu fais, fais-le vite. » Mais aucun des convives ne comprit pourquoi il lui avait dit cela. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d’acheter ce qu’il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres. Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt. Or il faisait nuit.
Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt. Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Vous me chercherez, et, comme je l’ai dit aux Juifs : “Là où je vais, vous ne pouvez pas aller”, je vous le dis maintenant à vous aussi. » Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois. »

Prière d'introduction
« Je n’ai de repos qu’en Dieu seul, mon salut vient de lui. Lui seul est mon rocher, mon salut, ma citadelle : je suis inébranlable. Combien de temps tomberez-vous sur un homme pour l’abattre, vous tous, comme un mur qui penche, une clôture qui croule ? (...) Je n’ai mon repos qu’en Dieu seul : oui, mon espoir vient de lui. » (Psaume 61, 2-4.6)

Demande
Fortifie en moi, Seigneur, la vie théologale, exercée dans la foi, l’espérance et la charité.

Points de réflexion

1. « L’un de vous me livrera. »
Jésus est lucide ; les disciples, anesthésiés de leur insouciance, sont confus et bouleversés à l’écoute de cette parole. Une solution pratique devrait se trouver ! Les meilleures résolutions fusent dans les cerveaux. Mais en vain.
Seul le disciple que Jésus aimait sort du lot : trop innocent, naïf peut-être, il ne peut pas être concerné. Le chef des apôtres, Pierre, lui demande de pencher son chef sur la poitrine du Maître, pour le supplier de lui révéler les desseins secrets de la Providence. Tendresse devant laquelle le divin Sauveur fléchit.

2. Qui est celui que Jésus désigne ? C’est celui qui se sert lui-même dans le plat, comme il le faisait dans la bourse. Quel est le geste intérieur qui me conduit, moi, à la communion eucharistique ? Revendication légale d’un bienfait pour mon âme ou humble supplication par amour du Sauveur pour avoir part à son offrande ?
Jésus n’a pas voulu exclure le traître : c’est Judas lui-même qui s’est exclu, ayant déjà vendu son Maître. Vêtu de sa foi politique et « sociétale », comme on dit aujourd’hui, et en voulant servir deux maîtres, le cœur indécis, il a volontairement ou involontairement abandonné la vie théologale et ouvert la porte à Satan.
Où en suis-je de ma foi ?

3. Jésus annonce sa glorification par la croix.
Cet instrument ignominieux de torture sera en effet le trône sur lequel il jugera le monde. Le prince de ce monde sera détrôné. Le scandale du gibet renvoie, comme un miroir, à la face du monde la malice du péché. Ce même trône, côté ciel, reflète la gloire du Père.
« Vous me chercherez. » Jésus fait comprendre à Pierre que son âme n’est pas encore prête. « Tu me suivras plus tard. » Et puisque Pierre insiste, Jésus le met au défi : « Tu donneras ta vie pour moi ? » Détrompe-toi, Pierre ! La fierté du coq chantera ton échec. Seul l’amour, fruit de l’Esprit Saint, saura dompter les peurs et donner accès au Royaume.

Dialogue avec le Christ
Ô Jésus, nous t’avons trahi, si souvent vendu, nié comme Pierre. Aie pitié, Jésus, Fils de David, juste Juge. Vois la misère de ton serviteur, vois mon chemin de foi, de charité et d’espérance, à l’école de cette vie, au cœur de ton Église. Tout ce que tu as subi et que souffres dans le moindre de mes frères souffrants est alourdi par ma faute. Je le regrette avec compassion. Aie pitié de moi qui ai pitié de toi. Amen.

Résolution
Je rendrai un service à un frère chrétien.



Cette méditation a été écrite par Père Jaroslav de Lobkowicz, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales