Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 15 octobre 2018 - Ste Thérèse d’Avilla
Date : mercredi 11 avril 2018
La m餩tation

 

Les méditations

Lumière venue dans le monde

Evangile selon St Jean, chapitre 3, 16-21

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

Prière d'introduction
Je te rends grâce, mon Dieu, parce que je vis grâce à toi. Je te remercie de pouvoir voir, grâce à ta lumière, agir à travers ta force, me sanctifier en participant de ton amour. Que n’ai-je Seigneur, que je n’ai reçu de ta générosité ? Que vois-je, Seigneur, que tu n’aies donné au monde dans la largesse de ton amour ?

Demande
Jésus, aide-moi à me mettre à l’écoute de ta parole. Aide-moi à être docile à ce que tu veux me dire, et non à n’entendre ce que je préférerais que tu me dises.

Points de réflexion

1. La première partie de l’Évangile d’aujourd’hui répète quatre fois le verbe croire, presque d’affilée. De fait, les premiers mots de l’Évangile offrent un petit résumé de notre Credo catholique : nous croyons en Dieu le Père, nous croyons que nous sommes infiniment aimés par Dieu, nous croyons en son Fils Jésus-Christ, en l’Incarnation et en la Rédemption par le sacrifice sur le calvaire.
Mais le croyons-nous vraiment ? C’est-à-dire, croyons-nous vraiment qu’à chaque instant, quoi qu’il nous arrive, notre Père des cieux s’inquiète pour nous, pour moi personnellement, comme si j’étais sa seule préoccupation ? Il sait ce dont j’ai besoin avant même que je ne le lui demande (cf. Mt 6,8). Est-ce que, fort de cette conviction, je vis chaque journée, plein de confiance en Dieu qui veille sur moi ? Au milieu des tempêtes de ma vie, des difficultés et des souffrances, sais-je garder la tranquillité sereine de celui qui se sait accompagné, et accompagné de celui qui peut tout ? Ou est-ce que je délaisse la prière quand mes tâches m’accaparent trop et ne me laissent pas le temps de prier ? Est-ce que je compte résoudre par moi-même mes problèmes, ou est-ce que je cherche à m’abandonner dans les mains de ce père aimant que Jésus est venu nous révéler ?
Me sais-je aimé de Dieu, inconditionnellement, quoi que je fasse, comme un père aime son fils, comme une mère prend soin de son fils ? Dieu nous assure de sa présence à nos côtés : « Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas. » (Is 49, 15). Crois-je vraiment en Jésus-Christ ? Crois-je vraiment que Dieu m’a aimé à tel point qu’il s’est fait homme pour me racheter de l’emprise du péché ? Crois-je qu’il soit le chemin, la vérité et la vie ? Est-ce que je l’aime en retour, dans ma vie quotidienne ?

2. Pourquoi Jésus insiste-t-il ainsi sur la foi ? Pourquoi « faut-il » que je croie en tout cela ? Les versets suivants nous donnent la réponse : croire, c’est être sauvé, car croire, c’est suivre « la lumière venue dans le monde ». Celui qui ne croit pas est donc déjà jugé, car il se condamne lui-même en refusant la lumière qu’est Dieu. « Les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière », ont préféré la condamnation, ne pouvant supporter l’éclat de vérité et de bonté venant de Dieu. Refusant le bien, préférant le mal de leurs actions, ils se sont condamnés eux-mêmes.

Dialogue avec le Christ
Jésus, guide-moi dans la connaissance de moi-même. Révèle-moi si je crois encore davantage en moi-même qu’en toi, si tu es au centre de ma vie, ou si j’y suis encore. Aide-moi à scruter mon cœur profondément afin de me connaître comme toi tu me connais. Jésus, lumière du monde, viens et illumine mon cœur. Aide-moi à accepter ta lumière, même si cela implique de renoncer à mes mauvaises habitudes et mauvais penchants. Le pape Jean-Paul II rappelait en 2003 que saint Stanislas, que nous fêtons aujourd’hui, « témoigne avec éloquence qu'en Jésus-Christ, l'homme est appelé à la victoire ». Jésus, en ce temps pascal, nous fêtons ta victoire sur le mal. Aide-moi à vaincre le mal en moi, afin que d’un seul cœur je t’appartienne.

Résolution
Offrir consciemment un sacrifice à Jésus-Christ : ce que je sais qu’il me demande de faire mais que je lui ai refusé jusqu’à maintenant, une bonne parole pour mon prochain, ou un acte de service envers cette personne que je ne supporte pas.



Cette méditation a été écrite par Frère Loïc Chabut, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales