Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 14 août 2018 - Saint Maximilien-Marie Kolbe
Date : mercredi 18 avril 2018
La m餩tation

 

Les méditations

« Moi, je suis le pain de la vie »

Evangile selon St Jean, chapitre 6, 35-40

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais je vous l’ai déjà dit : vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas. Tous ceux que me donne le Père viendront jusqu’à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors. Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de Celui qui m’a envoyé. Or, telle est la volonté de Celui qui m’a envoyé : que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. Telle est la volonté de mon Père : que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »

Prière d'introduction
Le cardinal Robert Sarah, dans son livre La force du silence, explique qu’« il n’y a pas d’autre lieu dans le monde où [Dieu] soit plus présent que dans le cœur humain. Ce cœur est la vraie demeure de Dieu, le temple du silence. » (traduction assurée par mes soins de la version espagnole, même si la version originale est en français). Au début de ce temps de prière, prenons donc un instant pour faire silence dans notre cœur, entrons dans une église ou mettons-nous dans une pièce à l’écart, mais surtout entrons dans ce temple de l’Esprit-Saint, comme saint Paul appelle notre cœur (cf. 1 Co 6, 19). Tout comme pour écouter le chant discret d’un oiseau, nous devons éloigner tout autre bruit, pour écouter la voix de Dieu dans la prière, il nous faut éloigner tout bruit de notre cœur, toute autre parole. Ce n’est pas le moment de penser à la liste de courses ou au repas. Marie, toi qui méditais dans ton cœur ce qui se passait dans ta vie, dispose notre cœur à la prière, ouvre-le grand à la voix de Dieu.

Demande
Jésus, je crois en ta présence réelle dans l’Eucharistie, mais aide-moi à croire davantage !

Points de réflexion

1. « Moi, je suis le pain de la vie. »
Jésus a choisi de rester avec nous jusqu’à la fin du monde, comme il l’a redit à ses apôtres à l’Ascension (cf. Mt 28,20), mais encore plus et d’une manière toute particulière il est resté dans l’Eucharistie. Dans chaque tabernacle, dans chaque chapelle, dans chaque église, la petite lumière rouge me l’assure : Jésus est là. Présent pour moi, à mon écoute, compagnon de route infaillible, il est là et doucement, imperceptiblement, il m’indique le chemin à suivre, me donne sa force au milieu des épreuves, me guide dans l’obscurité. Contemplons un instant l’amour de Jésus qui a voulu rester présent dans le monde, d’une manière si discrète que si souvent nous l’en oublions, d’une manière si discrète que nous restons pleinement libres de croire en lui ou non. Et pourtant, ne savait-il pas que dans tant d’églises, il serait seul, abandonné, visité de temps en temps le dimanche et si peu ? Ne savait-il pas qu’il s’exposait à tant de sacrilèges, à être foulé aux pieds ou mangé sans la moindre révérence. Et pourtant dans son amour immense pour chacun de nous, Jésus a voulu pouvoir s’unir si intimement avec chacun de nous, comme le pain que nous mangeons. Il a voulu se soumettre à quelques paroles de n’importe quel prêtre, que ce soit un curé d’Ars ou un prêtre des plus routiniers, et qu’à ces paroles : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang », il soit « obligé » de descendre sur l’autel. Arrêtons-nous un instant et contemplons cet amour de Jésus-Christ. Remercions-le, louons-le. Comment est-ce que je le reçois chaque dimanche dans la communion ? Avec quelle dévotion, quelle ferveur est-ce que je m’approche de la sainte communion ?

2. « Que celui qui voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle. »
L’Évangile d’aujourd’hui paraît directement adressé à chacun de nous. Tant de fois a-t-on pu penser, si seulement j’avais pu vivre il y a 2000 ans, voir Jésus de mes propres yeux, être témoin de ses miracles, être au cénacle avec les apôtres le jour de la Résurrection, ou même simplement être l’un de ces « 500 frères » qui a vu le Ressuscité, nous dit saint Paul. Si seulement ! Alors je prêcherais l’Évangile aux quatre coins du globe, alors je serais saint, c’est sûr !
Et maintenant cette phrase : pour avoir la vie éternelle, il me faut « voir le Fils et croire en lui ». Comment le voir s’il est monté aux cieux ? Mais comment ne pas le voir, s’il est resté dans le tabernacle pour moi ! Comment n’aurait-t-il pas pensé à moi, homme du XXIe siècle, alors qu’il instituait l’Eucharistie le Jeudi Saint ! L’Eucharistie est la solution que Dieu s’est inventé dans sa toute-puissance pour que moi aussi je puisse le voir. Pour que moi aussi je puisse passer mon temps avec lui. Mais est-ce que j’en profite ? Est-ce que je passe du temps dans l’église de ma paroisse ? Est-ce que je participe aux adorations organisées par la paroisse ? Vais-je visiter Jésus de temps à autre, ou est-ce que je passe devant une église sans même y penser comme si je passais devant la maison d’un inconnu et non devant la maison de Dieu, de mon Dieu ?

Dialogue avec le Christ
Jésus, merci d’être resté présent dans l’Eucharistie. Merci de nous donner ce pain de vie, cette vraie nourriture, pour nous fortifier sur le chemin de notre vie, pour nous rassasier et nous nourrir. Jésus, aide-moi à croître dans mon amour pour toi. Aide-moi à ne pas ignorer ta présence dans la sainte hostie, mais à toujours m’approcher avec ferveur et amour de la communion. Jésus, aide-moi à apprécier à sa juste valeur le don total que tu nous as fait au Cénacle, alors que tu te donnais entièrement sur le bois de la croix, qu’il ne te restait que la liberté, par laquelle tu donnes ta vie et la reprends. Cette liberté même tu as voulu nous l’offrir, en venant sur l’autel lorsque le prêtre célèbre la messe. Merci, Jésus, de ta présence dans ma vie, de ta présence dans ce monde.

Résolution
Aller à la messe au moins une fois pendant la semaine.



Cette méditation a été écrite par Frère Loïc Chabut, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales