Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 21 mai 2018 - Saint Eugène de Mazenod
Date : mardi 24 avril 2018
La m餩tation

 

Les méditations

Jésus se déclare Fils de Dieu

Evangile selon St Jean, chapitre 10, 1-10

On célébrait la fête de la dédicace du Temple à Jérusalem. C’était l’hiver. Jésus allait et venait dans le Temple, sous la colonnade de Salomon. Les Juifs firent cercle autour de lui ; ils lui disaient : « Combien de temps vas-tu nous tenir en haleine ? Si c’est toi le Christ, dis-le-nous ouvertement ! » Jésus leur répondit : « Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais, moi, au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage. Mais vous, vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes UN. »

Prière d'introduction
Seigneur, je voudrais méditer devant ton Corps et ton Sang livrés pour moi. Seigneur accorde-moi cet acte de foi qui me permettra de faire un acte d’humilité en reconnaissant que tout vient de toi et que c’est par ton Esprit que je pourrai me rapprocher de toi.

Demande
Dans ces moments où tout me semble source de question et même d’inquiétude, permets-moi de savoir que je peux m’abandonner à toi du plus profond de moi-même quelles que soient les contestations de ceux que je rencontre dans le monde.

Points de réflexion

Tu te trouves à Jérusalem pour la fête de la Dédicace, qui a lieu vers la fin du mois de décembre. Tu es devant le Temple sous le portique de Salomon.

1. « Si c’est toi le Christ, dis-le-nous ouvertement ! »
Les juifs, avec une plus ou moins mauvaise foi, veulent te mettre à l’épreuve. Ils font cercle autour de toi et te questionnent : leur patience est à bout mais, loin d’ignorer le fond de leurs motivations et des intentions qui les poussent, tu leur réponds en rappelant ton unité avec le Père et avec « tes brebis », celles qui te sont fidèles. Tu expliques que les œuvres qu’ils ont constatées et dont ils ont été témoins pour certaines, témoignent de ton identité. Tu veux aussi qu’ils comprennent que, même si Dieu veut que tout le monde croie et soit sauvé, pour adhérer à ta venue messianique, il faut répondre à certaines conditions morales telles que l’humilité, la sagesse et le discernement : seuls les humbles seront capables d’accueillir ce don. La vraie sagesse de l’homme consiste à se fier à Dieu : « La sagesse est avec les humbles », lit-on au livre des Proverbes (11, 2). Les miracles que tu as réalisés devant eux leur laissent une liberté d’adhésion totale et n’ont, par eux-mêmes, aucun effet sur la volonté : c’est alors que le discernement est nécessaire.

2. « Les œuvres que je fais, moi, au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage. Mais vous, vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. »
Là, tu leur fais comprendre que pour entrer dans ton troupeau, il faut te suivre, toi. Il faut « croire », il faut approfondir la Bonne Nouvelle que tu annonces ! 
Toi qui leur parles, tu es le Fils et tu ne fais qu’un avec le Père. Cependant, sans la grâce venue d’en haut, ces hommes ne peuvent pas adhérer au Christ, comme Pierre lorsqu’il t’a reconnu comme le Fils de Dieu parce que tu avais les Paroles de la vie éternelle (Cf. Mt 16,16). Et, s’ils l’accueillent, cette grâce les conduira à suivre celui qu’ils contestent en ce moment.

3. « Le Père et moi, nous sommes UN. »
Ici, Seigneur, merci des énoncés du Catéchisme de l’Église catholique (§ 232-234, 237). Pour les juifs venus à la fête de la Dédicace, il n’était absolument pas évident d’entrer dans le mystère de la Trinité, mais aujourd’hui, les chrétiens sont baptisés « au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » (Mt 28,19). Saint Césaire d’Arles a écrit dans son Symbole, que « la foi de tous les chrétiens repose sur la Trinité : ce mystère est le mystère central de la foi et de la vie chrétienne : c’est le mystère de Dieu en lui-même, source de tous les autres mystères de la foi, mystères cachés en Dieu, qui ne peuvent être connus s’ils ne sont révélés d’en haut. L’intimité de son être comme Trinité Sainte constituait un mystère inaccessible à la seule raison et même à la foi d’Israël avant l’incarnation du Fils de Dieu et la mission du Saint Esprit. »

Dialogue avec le Christ
Seigneur, ce passage d’Évangile nous permet d’entrevoir le travail à accomplir pour accueillir tes paroles et les mettre en pratique. Là, nous entrons dans ce mystère de la transmission et de l’enracinement de la foi auquel doivent répondre tous les hommes en qui tu agis en révélant la présence miséricordieuse du Père sous la direction de l’Esprit Saint. Certains d’entre les hommes répondront alors que d’autres resteront simples spectateurs tandis que d’autres encore se refuseront à toute démarche en ce sens. Seigneur accorde-nous la grâce de comprendre que nous sommes porteurs de ton message en ce monde qui ne te connaît pas ou refuse de te connaître.

Résolution
Seigneur, accorde-nous d’adhérer aux vérités que tu nous enseignes, de les approfondir dans la mesure de nos possibilités mais d’y croire de tout notre cœur et de nous livrer à l’Esprit Saint !



Cette méditation a été écrite par Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales