Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 16 juillet 2018 - Notre Dame du Mont Carmel
Date : mardi 1er mai 2018
La m餩tation

 

Les méditations

Accueillir en moi la paix de Dieu

Evangile selon St Jean, chapitre 14, 27-31

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. Désormais, je ne parlerai plus beaucoup avec vous, car il vient, le prince du monde. Certes, sur moi il n’a aucune prise, mais il faut que le monde sache que j’aime le Père, et que je fais comme le Père me l’a commandé. »

Prière d'introduction
Mon Dieu, je crois en toi, tu me parles dans l’Évangile d’aujourd’hui. Après ta Résurrection, à quelques jours de l’Ascension et de la Pentecôte, tu viens me dire que tu me laisses ta paix. Aide-moi à vivre au jour le jour la liturgie de ce temps pascal, et ainsi à découvrir cette paix que tu m’offres.

Demande
Accorde-moi, Seigneur, d’accueillir ta paix.

Points de réflexion

1. « Je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. »
Nous ne connaissons pas la vraie paix de Dieu, elle nous dépasse totalement. Dans notre langage courant, nous définissons la paix en niant ce qu’elle n’est pas : la paix intérieure est « l’absence de » troubles, d’inquiétudes, la paix extérieure est « l’absence de » guerres, de conflits. Mais la paix peut-elle être seulement une « absence de », un état neutre de l’âme ? La paix serait alors synonyme d’isolement, de non-vie. C’est la paix pas toujours évangélique du « fiche-moi la paix ». Si Jésus ne nous donne pas cette paix-là, quelle paix vient-il apporter ?

2. La paix de Dieu ne peut pas être définie comme une « absence de », car en Dieu il n’y a ni guerres, ni conflits, ni troubles. La paix de Dieu est donc positive, c’est une pure plénitude. Pour nous aider à mieux la cerner nous pouvons repartir de nos définitions humaines de la paix et les résumer comme une « absence de divisions », qu’elles soient intérieures ou extérieures. Nous définissons par la négative ce qui pourrait s’exprimer en positif : l’absence de divisions c’est l’unité. L’unité avec moi-même dans le cas de l’absence de troubles ou d’inquiétudes, l’union avec les autres dans le cas de l’absence de guerres ou de conflits. La paix de Dieu est donc la plénitude de l’unité et la plénitude de la communion.

3. Le péché est venu instaurer une division en nous et entre nous. Depuis, nous ne sommes plus capables d’expérimenter la vraie paix. La tendance à l’égoïsme élève des murs, nous développons des carapaces pour nous protéger des autres. Nous sommes aussi divisés à l’intérieur de nous-mêmes, et la suprême division est celle de l’âme et du corps le jour de notre mort. Quand Jésus nous dit : « Je vous donne ma paix », il nous invite à entrer dans l’unité et la communion de la Trinité. La paix chrétienne n’est pas quelque chose que nous devons conquérir avec des efforts stoïques, c’est l’accueil de la vie de Jésus en nous. Cette vie divine reçue le jour du baptême et nourrie par les sacrements vient unifier notre être petit à petit, elle est plus forte que la division que le péché instaure en nous et entre nous, elle est plus forte que la mort elle-même. La paix du Christ ne vient donc pas éradiquer les conflits ou les problèmes de la vie, elle est à un autre niveau. Elle vient unifier mon cœur en profondeur. Les conflits et les tribulations troubleront la surface et me feront souffrir, mais ils n’atteindront pas le cœur de mon être où je suis aimé et ressuscité par le Christ.

Dialogue avec le Christ
Merci, Seigneur, pour ce temps de prière ! Donne-moi ta paix. Comme l’affirme la prière eucharistique de la réconciliation, « fais de ton Église en ce monde le signe visible de l'unité, et la servante de la paix », et accueille-nous en ton Royaume où « nous pourrons célébrer l'unité enfin accomplie et la paix définitivement acquise ».

Résolution
Me demander comment puis-je faire pour mieux accueillir en moi la paix de Dieu.



Cette méditation a été écrite par Frère Melchior Poisson, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales