Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 19 novembre 2018 - Saint Tanguy
Date : vendredi 18 mai 2018
La m餩tation

 

Les méditations

« Sois le berger de mes agneaux. Sois le pasteur de mes brebis »

Evangile selon St Jean, chapitre 21, 15-19

Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes- tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-mêmepour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »

Prière d'introduction
Seigneur Jésus, je suis devant toi, aujourd’hui, pour te prier. Mais je ne sais pas prier, apprends-moi, Seigneur, à prier. Saint Paul le disait aux Romains : « L’Esprit Saint vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut. L’Esprit lui-même intercède pour nous par des gémissements inexprimables. » (Rm 8,26) Viens, Esprit-Saint, viens prier le Père en moi, viens en aide à ma faiblesse. Enseigne-moi l’humilité pour ouvrir mon cœur à ton action, à ta parole.

Demande
Esprit-Saint, permets-moi de connaître un peu plus le visage de Dieu miséricordieux.

Points de réflexion

1. « Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : ‘’M’aimes-tu ?’’ »
Pierre est navré, attristé, parce que cette triple question de Jésus lui rappelle son triple reniement, ce jeudi soir si fatal, ce jeudi soir où il avait abandonné Jésus alors qu’il l’avait assuré de sa fidélité. Et pourtant Pierre ose redire à Jésus qu’il l’aime et qu’il l’aime plus que les autres apôtres, même que Jean, le disciple qui se trouvait au pied de la croix. Peut-être que le fait de se trouver à nouveau là où tout a commencé pour lui, l’aide ; au bord de ce lac de Tibériade où il avait rencontré Jésus pour la première fois, ce jour où, comme aujourd’hui, il lui avait fait prendre plus de poissons que jamais. Souvent, me souvenir de mes expériences fortes de vie chrétienne m’aide à aller de l’avant, à me redresser après avoir péché.

2. Parce qu’en définitive, même si nous retombons dans les mêmes erreurs, que nous offensons encore et encore le Seigneur avec les mêmes péchés, nous voulons l’aimer, et nous l’aimons. Exclamons-nous avec saint Pierre « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. »

3. Conscients de nos péchés, faisons attention cependant à ne pas désespérer. C’est ce dont le Curé d’Ars nous mettait en garde : « Il y en a qui disent : ‘’J’ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner’’. C’est un gros blasphème. C’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n’en a point : elle est infinie. » Parfois, trop conscients de nos péchés face à la sainteté de Dieu, nous oublions le visage miséricordieux de Jésus, qui vient au milieu de notre vie, comme au milieu de la pêche de Pierre, pour nous remontrer son amour. Le Curé d’Ars continue : « Ce n’est pas le pécheur qui revient à Dieu pour lui demander pardon, mais c’est Dieu qui court après le pécheur et qui le fait revenir à lui. » Si souvent, au lieu de courir demander pardon à Jésus dans le sacrement de la confession, nous nous imaginons Dieu comme un juge, qui compte sur son carnet : « une faute de plus ». Pourtant, Dieu n’est pas juge, mais miséricorde. Il n’attend qu’une chose : nous pardonner.

Dialogue avec le Christ
Merci, Jésus, pour tant de miséricorde. Tu es toujours prêt à venir me relever, à m'aider à aller de l'avant, à me montrer le chemin encore et encore. Je te remercie, Jésus, car même lorsque je perds espoir et me contente d'une vie médiocre, renonçant à être pleinement heureux, toi tu ne perds pas espoir en moi. Jésus, donne-moi la grâce, comme saint Pierre, de t'aimer du plus profond de mon cœur et de traduire cet amour en actions concrètes.

Résolution
Le pape François invitait tous les fidèles dans son homélie du cinquième dimanche de Carême 2013 : « Le Seigneur ne se fatigue jamais de pardonner : jamais ! C’est nous qui nous fatiguons de lui demander pardon. Et demandons la grâce de ne pas nous fatiguer de demander pardon, parce que lui ne se fatigue jamais de pardonner. Demandons cette grâce ! »



Cette méditation a été écrite par Frère Loïc Chabut, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales