Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 9 décembre 2019 - Saint Pierre Fourier
Date : lundi 29 janvier 2007
La m餩tation

 

Les méditations

Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ?

Saint Marc 5, 1-20

Ils arrivèrent sur l’autre rive du lac, dans le pays des Géraséniens. Comme Jésus descendait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit mauvais sortit du cimetière à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne ; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser. Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres. Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria de toutes ses forces : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me fais pas souffrir ! » Jésus lui disait en effet : « Esprit mauvais, sors de cet homme ! » Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui répond : « Je m’appelle Légion, car nous sommes beaucoup. » Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays. Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture. Alors, les esprits mauvais supplièrent Jésus : « Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. » Il le leur permit. Alors ils sortirent de l’homme et entrèrent dans les porcs. Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer : il y avait environ deux mille porcs, et ils s’étouffaient dans la mer. Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé. Arrivés auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et devenu raisonnable, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte. Les témoins leur racontèrent l’aventure du possédé et l’affaire des porcs. Alors ils se mirent à supplier Jésus de partir de leur région. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit : « Rentre chez toi, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Alors cet homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration.

Prière d’introduction Seigneur, je crois en toi. Je crois que tu as une mission à me confier. Je crois aussi que le diable existe et qu’il essaye de détruire ton œuvre en moi. J’espère en toi et je sais que la victoire est assurée, si je vis selon ta volonté. Je t’aime, car tu as payé le prix de mes péchés, sur la croix. Merci, Seigneur. Je veux te remercier dans chaque geste de ma journée.

Demande Seigneur, guéris les divisions en moi. Guéris-moi ; rends-moi saint. Aide-moi à suivre la voix de ton Esprit et à ne jamais suivre l’esprit du monde ou du Mauvais.

Points de réflexion

1. Les esprits mauvais sont cause de division. L’homme possédé est le symbole des divisions intérieures qui surgissent quand nous nous détournons de Dieu à cause de notre péché. Nos divisions intérieures et les divisions au sein de nos familles et de nos communautés sont souvent les symptômes du travail du diable. Le diable nous tente avec un plan séduisant, il nous fait croire que Dieu nous trompe en nous promettant le bonheur. Il nous tente en nous proposant un chemin facile ... mais ses promesses nous mènent à notre ruine, et à vivre parmi des ruines.

2. La foi en Jésus-Christ apporte l’unité et la paix. Même si nous n’avons pas à faire face aux tourments de la possession démoniaque, chacun de nous doit tâcher de surmonter les divisions internes et les complexes qui résultent de notre nature humaine blessée. "Je ne connais pas de thérapie plus efficace qu’une rencontre personnelle et consciente avec le Christ ressuscité, et la réception de son Esprit : notre passé, notre histoire personnelle, notre être tout entier, est mort avec lui sur la croix. Sur la croix, notre décret de condamnation - les causes de nos angoisses, nos complexes et nos craintes les plus profondes - a été effacé. Nous pouvons jeter un regard en arrière sur le passé, avec une confiance totale. La miséricorde vraie, infinie et puissante de Dieu a définitivement tout effacé par la mort du Christ. Ceci est la source de la confiance sur laquelle nous pouvons fonder, non seulement notre relation avec Dieu, mais aussi notre attitude générale envers la vie : confiance, paix, espérance et joie." (Lettre du Père Marcial Maciel, L.C. du 4 juin, 1973)

3. La foi en Christ doit s’étendre aux autres. Dès qu’il est guéri, l’homme possédé est rempli du désir de suivre le Christ, pourtant le Christ lui donne une autre mission. Il lui dit : « Rentre chez toi, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Et l’homme obéit. Tout de suite, il part sur les chemins et se met à proclamer tout ce que Jésus a fait pour lui. De même, nous sommes appelés à répandre la Bonne Nouvelle « Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute la création » (Mc 16,15). « L’évangélisation représente le défi le plus fort et le plus exaltant que l’Eglise est appelée à relever, depuis son origine... la nouvelle évangélisation montre son authenticité et, en même temps, déploie toute sa force missionnaire lorsqu’elle est accomplie non seulement par le don de la parole proclamée, mais encore de la parole vécue. En particulier, la vie dans la sainteté, qui resplendit en de nombreux membres du peuple de Dieu, humbles et souvent cachés aux yeux des hommes, constitue le moyen le plus simple et le plus attrayant par lequel il est possible de percevoir immédiatement la beauté de la vérité, la force libératrice de l’amour de Dieu, la valeur de la fidélité inconditionnelle à toutes les exigences de la Loi du Seigneur, même dans les circonstances les plus difficiles. » (Encyclique Veritatis Splendor)

Dialogue avec le Christ Seigneur, viens à mon secours ; guéris mes divisions intérieures. Déracine de mon cœur toute crainte, complexe, et incertitude. Apporte la santé, l’unité, la paix et la lumière à ma vie et que je puisse en témoigner chaque jour.

Résolution Je mettrai par écrit une « division intérieure » spécifique que je demanderai à Jésus de guérir. Je mettrai aussi par écrit une circonstance concrète et une action concrète par laquelle je témoignerai du Christ aujourd’hui.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales