Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 avril 2020 - Saint Isidore
Date : mardi 5 janvier 2010
La m餩tation

 

Les méditations

A l’école de l’amour

Saint Marc 6, 34-44

Jésus, voyant une grande foule de gens sur le bord du lac, fut saisi de pitié envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les instruire longuement. Déjà l’heure était avancée ; ses disciples s’étaient approchés et lui disaient : « L’endroit est désert et il est déjà tard. Renvoie-les, qu’ils aillent dans les fermes et les villages des environs s’acheter de quoi manger. » Il leur répondit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répliquent : « Allons-nous dépenser le salaire de deux cents journées pour acheter du pain et leur donner à manger ? » Jésus leur demande : « Combien avez-vous de pains ? Allez voir. » S’étant informés, ils lui disent : « Cinq, et deux poissons. » Il leur ordonna de les faire tous asseoir par groupes sur l’herbe verte. Ils s’assirent en rond par groupes de cent et de cinquante. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction, rompit les pains, et il les donnait aux disciples pour qu’ils les distribuent. Il partagea aussi les deux poissons entre eux tous. Tous mangèrent à leur faim. Et l’on ramassa douze paniers pleins de morceaux de pain et de poisson. Ceux qui avaient mangé les pains étaient au nombre de cinq mille hommes.

Prière d’introduction Dieu éternel, c’est dans la réalité de notre chair que ton Fils unique est apparu ; puisque nous reconnaissons que son humanité fut semblable à la nôtre, donne-nous d’être transformés par lui au plus intime de notre cœur. Lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit.

Demande Seigneur, donne-moi un cœur aimant !

Points de réflexion

1. « Voici à quoi se reconnaît l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés. » Cette phrase de la première lettre de Saint Jean donne la signification de l’Evangile de la multiplication des pains. Dieu nous a aimé le premier. Ici, nous en avons l’illustration. Regardons la bienveillance de Jésus pour la foule. En parcourant tout l’Evangile, nous pouvons souvent voir comment l’amour du Christ se manifeste de manière tangible. En voyant la foule, le Christ s’émeut et se met à leur enseigner, leur prêchant et leur proclamant la bonne nouvelle. Il se préoccupe de la situation de chacun, peu importe s’il est fatigué. En plus, il se préoccupe d’un détail qui a peu d’importance pour les disciples : la foule n’avait pas mangé ! Le Christ nous montre que l’amour est ingénieux, il est fait de petits détails. Notre vision de l’amour est parfois très idéaliste et nous oublions que le véritable amour est celui qui se dépense chaque jour pour la personne aimée par un dévouement délicat.

2. L’amour est don. Dans sa deuxième encyclique le pape Benoît XVI souligne qu’aimer ne relève pas du « mérite » mais du don (Sauvé par l’espérance, n°35 ). Chaque fois, il s’agit d’un amour d’imitation par rapport à Jésus. Saint Paul nous le dit : «  ayez les dispositions qui étaient dans le Christ Jésus » (Phil. 2,5). Ce qui caractérise la charité, ce n’est pas un enthousiasme débordant, mais le fait qu’elle «  se donne de la peine » (lettre aux Thessaloniciens) ; elle ne craint pas l’aspect pénible et fatigant des actions concrètes qui manifestent l’amour du prochain. Au terme de sa vie, quand Paul donne une sorte de testament spirituel à Milet, devant les Anciens d’Ephèse, il dit cette phrase qui résume tellement la joie qui fut la sienne : «  Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Act 20, 35).

3. Jésus-Christ nous enseigne le véritable amour. Il est notre modèle et, pour apprendre, il suffit de Le contempler. Il ne se lasse pas de s’occuper de nous. Tout comme il a donné à manger à ses disciples et aux personnes qui le suivaient, il s’occupe de nous. Maintenant, c’est à nous qu’il donne à manger : il nous alimente et il nous donne sa force dans l’Eucharistie. Par son Esprit Saint, il reste avec nous jusqu’à la fin des temps. Savons-nous profiter de cette présence attentive, aimante, réelle ? Ou nous conduisons-nous comme des brebis égarées, sans berger ? Sachons-nous indiquer aux autres, par nos actions ou par nos paroles, que quelqu’un se tient à la porte de notre cœur et frappe ?

Dialogue avec le Christ Apprends-moi, Seigneur, le véritable amour, fait de don de soi et de dévouement. Fais que je t’aime avec une générosité totale et un oubli de moi-même et que, par ton amour, j’apprenne à aimer mon prochain comme tu m’aimes.

Résolution Aujourd’hui je poserai un acte concret de charité pour le bien d’une personne de mon entourage.



RC-SPIP-NUM:4242

Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales