Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 29 mars 2020 - Sainte Gladys
Date : mardi 9 février 2010
La m餩tation

 

Les méditations

De la loi de Dieu et les préceptes des hommes

Saint Marc 7, 1-13

Les pharisiens et quelques scribes étaient venus de Jérusalem. Ils se réunissent autour de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leurs repas avec des mains impures, c’est-à-dire, non lavées. Or, les pharisiens, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, fidèles à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de cruches et de plats. Alors les pharisiens et les scribes demandent à Jésus : -Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas sans s’être lavé les mains ? Jésus leur répond : « Isaïe a fait une bonne prophétie sur vous, hypocrites, dans ce passage d’écriture : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. Il est inutile, le culte qu’ils me rendent ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains. Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. » Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour observer votre tradition. En effet, Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et encore : Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort. Et vous, vous dites : Supposons qu’un homme déclare à son père ou à sa mère : Les ressources qui m’auraient permis de t’aider sont corbane, c’est-à-dire offrande sacrée. Vous l’autorisez à ne plus rien faire pour son père ou pour sa mère, et vous annulez la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »

Prière d’introduction Seigneur, je te rends grâce de m’avoir donné l’Évangile qui me permet de te connaître, de connaître la vérité et d’avoir un guide sûr, pour ma vie sur terre. Je te remercie de me prévenir des attitudes et des dispositions qui pourraient devenir des tentations pour moi. Aide-moi à écouter avec une oreille attentive et donne-moi la volonté d’agir selon ta loi. Je t’aime pour ta bonté et ta miséricorde : je me remets entre tes mains.

Demande Seigneur, aide-moi à te servir sincèrement, avec authenticité, en vérité et par amour.

Points de réflexion

1. Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. Jésus Christ n’en reste pas à la signification matérielle des commandements mais il nous renvoie à leur signification spirituelle et à leur accomplissement, grâce auquel l’homme s’élève. Les commandements nous sont donnés pour que l’homme atteigne Dieu, et non pour qu’il s’en éloigne. Trop souvent, des soi-disant disciples donnent l’impression de vivre chrétiennement, tout en acceptant des désirs impurs ou des convoitises dans leur cœur. De telles dispositions donnent à l’homme orgueilleux une certaine sécurité à court terme, mais ce sera toujours illusoire car sa pensée n’est pas enracinée dans la vérité. Jésus appelle ses disciples à l’authenticité. Est-ce que d’une manière ou d’une autre je rends hommage à Dieu avec mes lèvres, mais mon cœur reste partagé ? Est-ce que mes actions reflètent un amour sans partage pour la loi de Dieu ?

2. Le culte qu’ils me rendent est inutile. Le dur reproche que Jésus fait aux pharisiens met en évidence comment l’homme peut arriver à la déformation de la conscience par l’orgueil. La loi que Dieu a donnée à Moïse prescrit d’honorer ses parents et elle établit des peines graves pour ceux qui insultent ou médisent. Les pharisiens, pourtant, en arrivent à une contradiction avec la loi. Ils avaient établi une règle qui affirmait que, si quelqu’un avait déclaré que ses biens soutiendraient le temple, il ne pouvait s’en servir pour aider ses parents, sans commettre une faute envers le temple. La contradiction est flagrante. Ces pharisiens honorent Dieu avec les lèvres mais leur cœur est loin de Lui. Comment puis-je m’assurer que ma prière soit vraie, que je m’adresse à Notre Seigneur avec mon cœur ?

3. Vous annulez la parole de Dieu. Jésus souffre de voir l’aveuglement des autorités religieuses de l’époque. Or, cet aveuglement est le fruit de l’orgueil. C’est le plus subtil et le plus meurtrier des sept péchés capitaux. Il est présent partout et il se glisse subrepticement dans nos vies de bien des manières. Il y a ceux, par exemple, qui refusent de voir la volonté de Dieu dans les supérieurs légitimes. Pour certains, le Pape est relégué au rôle de simple consultant que l’on écoutera si, et seulement si, ce qu’il dit leur plaît. Il y a ceux qui choisissent parmi les enseignements du Magistère ceux qui leur convient et ceux qu’ils rejettent. Mais lorsque nous agissons ainsi, nous oublions que Jésus Christ est présent et actif dans l ’Eglise ; nous mettons en doute sa parole. Par notre orgueil, nous nous référons à notre propre « magistère », en refusant, tout comme les pharisiens, de voir la vérité.

Dialogue avec le Christ
Jésus Christ, Fils du Père Eternel, tu as établi l’Eglise sur le roc de Pierre et tu lui as promis ton assistance divine jusqu’à la fin des temps. Fais-moi grandir en foi et en humilité afin de toujours accepter de tout mon cœur les enseignements de ma mère, l’Eglise. Donne-moi la grâce de comprendre que tes commandements ne sont pas de simples interdits érigés pour te plaire mais plutôt le moyen de me rapprocher de toi et d’entendre ta parole dans mon cœur.

Résolution Aujourd’hui, je ferai mon examen de conscience en me référant au no. 226 du Catéchisme : « la foi en Dieu l’Unique nous amène à user de tout ce qui n’est pas Lui dans la mesure où cela nous rapproche de Lui, et à nous en détacher dans la mesure où cela nous détourne de Lui » et pour m’aider à me corriger comme nécessaire je prierai : « Mon Seigneur et mon Dieu, prends-moi tout ce qui m’éloigne de Toi. Mon Seigneur et mon Dieu, donne-moi tout ce qui me rapproche de Toi. Mon Seigneur et mon Dieu, détache-moi de moi-même pour me donner tout à Toi » (S. Nicolas de Flüe)



RC-SPIP-NUM:4285

Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales