Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 avril 2020 - Saint Isidore
Date : mardi 12 octobre 2010
La m餩tation

 

Les méditations

Les lois qui attachent ou qui libèrent

Saint Luc 11,37-41

Comme Jésus parlait, un pharisien l’invita pour le repas de midi. Jésus entra chez lui et se mit à table. Le pharisien fut étonné en voyant qu’il n’avait pas d’abord fait son ablution avant le repas. Le Seigneur lui dit : " Bien sûr, vous les pharisiens, vous purifiez l’extérieur de la coupe et du plat, mais à l’intérieur vous êtes remplis de cupidité et de méchanceté. Insensés ! Celui qui a fait l’extérieur n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur ? Donnez plutôt en aumônes ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous."

Prière d’introduction Seigneur, je crois que tu es présent ici alors que je me tourne vers toi dans la prière. J’ai confiance dans ton désir de me donner chaque grâce dont j’ai besoin aujourd’hui. Merci pour ton amour, merci pour ton immense générosité envers moi. Je te donne ma vie et mon amour en retour.

Demande Seigneur, tu ne m’appelles pas seulement à une conversion de mes actions extérieures ou de ma manière de vivre, mais à une conversion du cœur, une conversion vers toujours plus d’amour. Accorde-moi cette grâce.

Points de réflexion

1. La Loi pour l’amour de la Loi. Les Pharisiens attachent une grande importance au respect de la loi de Moïse jusqu’au dernier iota. Ils ont aussi beaucoup d’autres coutumes et règles pour s’assurer qu’ils obéissent correctement à la loi. Des couches de lois se superposent pour renforcer les lois. Leur complet respect des listes de lois et de règles était impressionnant, source de fierté et du sentiment de satisfaction de savoir qu’ils vivaient comme ils étaient supposés le faire. Mais, il leur manquait l’essentiel. La Loi de Moïse devait “ les libérer pour le culte”, en les délivrant de l’esclavage des dieux païens et de celui du péché. Quand la Loi (et les coutumes et les règles en plus) devinrent une fin en soi, elle fut tronquée et bousculée par Celui vers qui elle était sensée mener. Aujourd’hui, il y a assez de lois, de coutumes et de règles dans l’Eglise Catholique pour rendre fier même le plus rigoriste des pharisiens. Nous pouvons tomber dans deux sortes de pièges. Le premier piège est le suivant : nous pouvons adhérer aux lois avec une telle vigueur que nous perdons de vue Celui pour le culte de qui elles nous libèrent. Nous ne permettons alors, ni à nos cœurs ni à nos esprits, d’être éduqués ni formés par elles, nous nous contentons de les suivre aveuglément. Nous nous contentons de nettoyer l’extérieur de la coupe en nous arrêtant là, sans continuer jusqu’à voir l’Amour de Dieu et le laisser purifier nos cœurs.

2. Le second piège. Le second piège dans lequel nous pouvons tomber est à l’opposé du premier : nous donner à nous même bonne conscience en présumant que, “si mon cœur est là où il faut, je n’ai pas besoin de m’inquiéter de toutes ces règles”. Avec une attitude laxiste, nous nous permettons de nous relâcher vis à vis du respect de ces lois qui, en vérité, nous libèrent. ‘Je sais que c’est dimanche aujourd’hui et que je devrais aller à la messe, mais ce sont les vacances ! Dieu sait que je suis quelqu’un de bien’. Pourtant, c’est lors de la messe du dimanche que nous recevons beaucoup de grâces qui nous sont nécessaires pour être ce “quelqu’un de bien”. Le commandement qui demande de respecter le jour du Sabbat, comme tout autre parmi les dix commandements ou dans la tradition de l’Église, est là pour nous mener à Dieu. Ils nous libèrent de nos conclusions subjectives fréquemment confuses sur notre manière d’adorer Dieu et de vivre nos vies. .

3. Nettoyer la coupe. “La charité couvre une multitude de péchés’’ (Pierre 1, 4,8). Voilà comment Saint Pierre reformule les paroles du Christ : “Mais pour ce qui est de l’intérieur, donnez en aumône et alors, tout sera pur pour vous”. La loi de l’amour est la plus importante de tous les commandements du Seigneur. Au chapitre 12 de l’évangile de saint Marc, le Christ répond à la question du scribe sur le premier des commandements : “Le premier est celui-ci : Écoute O Israël, le Seigneur ton Dieu est l’unique Seigneur, Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton intelligence et de toute ta force.” Le second est celui-là : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même”. L’amour de Dieu et de son prochain est à la fois la source et le sommet de la Loi de l’Ancien Testament et du Nouveau. Vivre ces deux grands commandements purifie nos cœurs – l’intérieur de la coupe. Aussi, quand le Christ demande de faire l’aumône, il dit aux Pharisiens d’aimer leurs prochains. Alors, leurs cœurs seront purs.

Dialogue avec le Christ Seigneur, je veux que mon cœur soit toujours tourné vers toi. J’ai besoin que tu me guides, car je ne peux y arriver tout seul. Il faut que tu me dises comment t’aimer, comment t’adorer et comment te servir. Les lois que tu m’as données me libèrent et me guident vers toi. Aide-moi à voir ta main qui me mène toujours plus près de toi.

Résolution S’il y a un commandement de l’Église que je ne comprends pas ou que je ne pratique pas, je me documenterai sur ce sujet pour arriver à mieux comprendre comment elle me libère et me guide dans ma relation avec le Seigneur.



RC-SPIP-NUM:4533

Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales