Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 4 avril 2020 - Saint Isidore
Date : vendredi 31 décembre 2010
La m餩tation

 

Les méditations

Riches de la joie qui nous habite

Saint Jean 1,1-18

Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui, tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s’était fait, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais tous ceux qui l’ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j’ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce : après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c’est lui qui a conduit à le connaître.

Prière d’introduction Seigneur, augmente ma foi. En ce jour où nous repassons l’année écoulée, j’avoue n’avoir pas toujours compris ce que tu me demandais et cela m’a rendu difficile l’obéissance à tes appels. Augmente ma foi. Aide-moi à avoir une pleine confiance en toi. Aide-moi à t’aimer plus que tout, y compris plus que moi-même. Aide-moi à t’être fidèle dans tout ce que je fais et dis.

Demande Seigneur, aide-moi à comprendre ma mission afin d’être un apôtre zélé de ton amour.

Points de réflexion

1. Que par sa pauvreté nous puissions devenir riches. Dieu a longuement préparé le peuple juif à la venue du Messie, mais personne ne pouvait imaginer que l’Oint du Seigneur serait Dieu lui-même – ni qu’il choisirait d’entrer dans le monde d’une façon si humble. Légitimement, le Roi des Rois, le Seigneur des Seigneurs aurait dû naître dans un palais confortable, couvert de marbre, son berceau aurait dû être entouré de rideaux de satin et une armée de serviteurs aurait dû veiller à tous ses besoins. Mais ce fut l’opposé : il naquit dans une grande pauvreté, sur le sol nu, dans une grotte humide utilisée comme étable pour du bétail, il fut enveloppé dans des langes et posé dans une mangeoire. Jésus s’est dépouillé de toute majesté afin que par sa pauvreté nous puissions vraiment devenir riches (2 Cor 8, 9). Pour vraiment accueillir le Roi nouveau-né, je dois aussi m’humilier et arracher de mon cœur le matérialisme et le consumérisme, si prépondérants dans notre société aujourd’hui. Je dois me détacher de tous les goûts mondains qui me détournent de Dieu. La simplicité est le mot clef.

2. Il nous a assez aimés pour faire ce dont nous avions besoin.
Devant l’impressionnant mystère de l’Incarnation, l’homme s’est souvent demandé « pourquoi Dieu s’est-il fait homme ? » Le Credo que nous récitons chaque dimanche à la messe répond : « pour nous les hommes et pour notre salut il descendit du ciel. » Nous en avions besoin et il nous aime assez pour avoir fait ce dont nous avions besoin. La simple vérité est que sans cette action d’amour nous serions morts dans notre péché. Nous n’aurions jamais eu une deuxième chance pour atteindre la vie éternelle. Le ciel serait toujours resté hors d’atteinte, et le vrai sens de ce que nous sommes – faits à l’image de Dieu et appelés à aimer comme le Christ nous a aimés - serait toujours resté bloqué dans le mystère. Dieu nous a tant aimés qu’il a voulu être Dieu-avec-nous, en prenant notre nature même, pour prendre sur lui tout ce qui était bas et humble dans la nature de l’homme pour la racheter.

3. Une cause de grande joie. Je vous apporte la nouvelle d’une grande joie On ne peut imaginer un don plus grand que la venue de Dieu dans notre monde. Tout ce que nous pouvons faire c’est ouvrir nos yeux, comme le firent les bergers de Bethléem, puis les Rois Mages venant d’Orient, et après eux, tant d’autres à travers les siècles et les générations. Pendant l’ octave de Noël, laissons de côté toute distraction et remémorerons la crèche afin de passer du temps à contempler ce petit enfant tout emmailloté, né par amour pour nous.

Dialogue avec le Christ Petit Jésus, ton arrivée à Bethléem a rempli mon cœur de joie. Avec les bergers je me hâte vers toi, abandonnant tout, et je repars en glorifiant et remerciant ton Père pour tout ce que j’ai vu et entendu. Avec les Mages, je te donne les plus beaux cadeaux que je possède – mes talents, mon trésor et mon temps. Avec Marie et Joseph je te donne toute ma vie. Tout ce que je fais sera pour toi. Tu as donné un nouvel objectif et une nouvelle valeur à ma vie. Tu es ma vie.

Résolution Je prendrai les mesures nécessaires pour mettre en place une vie de prière plus intense pour l’année à venir.



RC-SPIP-NUM:4610

Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales