Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
Vert - Férie 23 octobre 2014 - Saint Jean de Capistran
Date : mardi 18 décembre 2012
La m餩tation

 

Les méditations

« Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ »

Evangile selon St Matthieu, chapitre 1, 18-24

Voici quelle fut l’origine de Jésus Christ.

Prière d'introduction
Psaume 39 (40)
D’un grand espoir j’espérais le Seigneur : il s’est penché vers moi pour entendre mon cri. Dans ma bouche il a mis un chant nouveau, une louange à notre Dieu. Beaucoup d’hommes verront, ils craindront, ils auront foi dans le Seigneur. [...] Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, Tu as ouvert mes oreilles ; Tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j’ai dit : « Voici, je viens. « Dans le livre, est écrit pour moi ce que Tu veux que je fasse. Mon Dieu, voilà ce que j’aime : Ta loi me tient aux entrailles. »

Demande
Rends-moi docile, Seigneur, à Tes messagers, afin que Ton incarnation parvienne à son accomplissement en Ton Eglise.

Points de réflexion

Par l’incarnation du Verbe de Dieu, notre Seigneur prend d’une part une initiative qui nous échappe entièrement, et il nous invite, d’autre part, à contempler ce qu’il veut nous signifier par ce mystère et ce que cela implique : 1) Dieu se fait notre enfant ; des humains comme nous, Joseph et Marie, en deviennent père et mère ; 2) Dieu vient nous sauver de nos péchés pour établir son règne de justice. Il est important de méditer sur ce mystère, car Dieu nous donne la grâce de participer "activement" à la réalisation de son plan de salut.

1. Dieu se fait enfant ; il se fait "fils de l’homme". Tout en se soumettant aux lois morales naturelles de la filiation humaine (le besoin d’un père et d’une mère dans leur complémentarité), engageant le couple Joseph et Marie à la paternité et à la maternité responsables, dans sa nature divine, il se soustrait aux lois de la biologie : il naît d’une Vierge, car elle n’aura jamais été touchée par un homme, et dont l’époux, Joseph, restera chaste et n’aura jamais "connu" la femme. Ce témoignage est tellement insaisissable, que nombreux sont ceux qui le refusent - même Joseph était prêt à renoncer à son mariage à cause de cela.

La virginité de Marie et la chasteté de Joseph sont pourtant des réalités historiques indispensables au plan de salut de Dieu. Jésus n’est ainsi plus fils d’un couple en particulier, dont la signification ne saurait jamais s’étendre universellement à tous le genre humain, mais il serait resté le privilège d’un cercle d’élus en vertu de leur parenté charnelle. Jésus a rompu ce lien pour nous inviter tous, pas uniquement à la parenté spirituelle, mais aussi à la paternité et maternité spirituelle et responsable, puisque nous pouvons engendrer des enfants dans la foi. Comment cela se fera-t-il ? Chacun de son côté, comme Joseph et Marie, à l’écoute du messager de Dieu, se laissant guider dans la pénombre des mystérieux desseins de Dieu sur nos vies, fera aboutir le projet dans la mesure qu’il ne se laisse pas influencer par le scepticisme, la suspicion et le doute. L’évangile de ce jour nous décrit Joseph docile au message de Dieu - soyons-le aussi.

2. Pour comprendre l’ampleur et l’importance du "rachat" de notre péché réalisé par l’incarnation du fils de Dieu, il faut comprendre, dans sa juste mesure, la gravité du péché. Le simple regard théorique sur les conséquences, les détresses ou les malheurs causés par celui-ci ne suffit pas, car il a une dimension existentielle. Toute notre humanité, corps et âme, en est meurtrie, blessée, plongée dans l’obscurité. Le péché est un véritable fléau, que ce soit l’esclavage des vices de notre chair ou de l’orgueil de notre esprit. Tant que la conscience du péché ne plie pas notre assurance de "pouvoir gérer", tant qu’il ne nous étreint pas de manière à nous couper le souffle et à ne voir comme unique solution que l’aide de Dieu ou la mort, nous pourrons cohabiter joyeusement avec le péché, poursuivre de vaines espérances et tendre vers l’auto-perfectionnement apparent, croyant pouvoir le surmonter par nous-mêmes : nous n’aurons pas besoin de sauveur.

Dieu seul peut nous sauver du péché ; Dieu fait homme : par son humanité, Dieu rachète et purifie l’humain, si souvent sujet à la loi du péché et le ramène à la loi de la liberté (cf. Rm 7). Le règne de la liberté va de pair avec celui de la justice, de la vérité et de l’amour. La liberté suppose l’amour, puisque celui qui aime veut par lui-même, "librement", faire ce qui est juste pour plaire au bien-aimé. Est juste ce qui correspond à la vérité, dont l’auteur en définitive est Dieu. Or comment l’humanité peut-elle connaître la vérité si son Auteur n’y fait pas parvenir, par le chemin des hommes, ceux qui s’en sont éloignés ?

Dialogue avec le Christ
Seigneur, Tu es venu vers moi pour que j'aille vers Toi. Je Te bénis pour cette grâce et Te demande encore la bénédiction pour m'arracher à l'inertie spirituelle d'une conscience anesthésiée. En ce temps de l'Avent, puisse ma démarche de confession creuser celle de la conversion, afin que ma vie prenne le tournant et soit de plus en plus conforme à la voie de Ton amour.

Résolution
Demander la grâce d'écouter la volonté de Dieu dans les circonstances ou rencontres de ce jour (devoirs d'état).



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales