Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
Violet - 4e dimanche de l’Avent 21 décembre 2014 - Saint Pierre Canisius
Date : samedi 19 janvier 2013
La m餩tation

 

Les méditations

Jésus appelle un publicain et tous les pécheurs

Evangile selon St Marc, chapitre 2, 13-17

Jésus sortit de nouveau sur le rivage du lac ; toute la foule venait à lui, et il les instruisait.
En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis à son bureau de publicain (collecteur d’impôts). Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.
Comme il était à table dans sa maison, beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car il y avait beaucoup de monde.
Même les scribes du parti des pharisiens le suivaient aussi, et, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, ils disaient à ses disciples : « Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »
Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. »

Prière d'introduction
Seigneur, j’ai été créé à Ton image ; j’ai été défiguré par le péché. Tu me regardes, je Te regarde. Je T’adore et je T’offre ma vie, ma journée, mes fatigues, mes peines et mes joies. Béni sois-Tu. Bénis-moi.

Demande
Aide-moi, Seigneur, à découvrir Ton regard et à me laisser interpeller et émouvoir par Ta parole. Que je sois transformé, converti et que je Te suive partout où Tu veux m'emmener.

Points de réflexion

1. Qui aurait cru que le publicain Lévi eût pu, un jour, devenir prêtre ? Lui qui collaborait avec le régime des occupants et gagnait son pain avec les impôts des autres, en était-il digne ? A notre regard, il n’aurait jamais dû être prêtre. Mais pour être cohérents, demandons, par analogie : Qui est digne de se nommer chrétien (disciple du Christ) ? Qui est digne de recevoir l’Eucharistie ?
Au regard du Christ, la question de la dignité de Lévi ne se pose pas. Jésus le regarde, comme Il regarde les autres publicains et pécheurs, Il l’aime. En Lévi, Il voit le plan originel de Dieu, défiguré par le péché. Il voit en lui le petit enfant qu’Il avait été et qui, aujourd’hui égaré, a soif de l’amour de son Père. Il voit en lui l’orphelin. Le jugement de Jésus est, comme toujours, celui de la pitié et de l’amour. C’est par amour que Jésus nous a adoptés dans la famille de Dieu et c’est un privilège pour nous de pouvoir appeler Dieu "notre Père". Bénissons donc, au nom de Dieu, nos frères, au lieu de les juger.

2. Au-delà de l’état de fait apparent de tant de personnes et de leurs relations, trop souvent viciés, Jésus voit la grande opportunité de rallier ce personnage Lévi - avec toutes les qualités que Dieu lui a données - à son projet de restauration du royaume de son Père, par l’adoption filiale de ceux qui se seront convertis. Jésus crée une nouvelle famille avec tous ceux qui seront nés dans l’Esprit. Lévi sera, dans cette nouvelle génération, un apôtre dont la mission sera d’inviter à connaître Jésus et àentreprendre avec lui le chemin de vie éternelle.
La vie de Lévi est un témoignage. Il nous dit qu’un pécheur a une chance d’entrer dans le royaume de Dieu et d’être disciple du Christ. Plus encore, "ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades". Jésus n’est pas "venu appeler les justes" - ou ceux qui se prennent pour justes - mais il accueille et part même activement à la recherche des pécheurs. Laissons-nous regarder par le Christ et allons à Lui, s’il semble qu’Il ne vient pas vers nous. Provoquons la rencontre personnelle et intime, dans la prière, dans l’adoration eucharistique, dans la charité en famille, pour rentrer dans son coeur où flambe le brasier ardent de son amour.

3. Quel est, en conclusion, le critère d’aptitude pour devenir disciple de Jésus, voire prêtre ? Pour la question du sacerdoce consacré, ce qui est décisif, c’est qu’il ne correspond pas à un choix de métier, comme celui de médecin, enseignant, plombier ou agriculteur... C’est le Christ qui choisit son candidat : Il suscite une inquiétude, un désir qui murmure dans son coeur : suivre le Christ, L’imiter, Le servir et surtout... devenir un relais entre Dieu et les hommes. Or, pour être un relais, il faut être bien intégré des deux côtés, en faire partie. Pour celui de l’humanité, c’est déjà fait ; reste à corriger les failles. Mais pour le côté divin, tout est à faire : devenir autre Christ qui sera le véritable "Relais" ou Pont entre l’humanité et la divinité.
Le chemin pour devenir disciple du Christ est celui de l’amour et du sacrifice. Aimer veut dire se donner et rendre "sacré" ce don de soi. Pour éclairer ce chemin, nous devons maintenir vivante et faire grandir la flamme de notre foi, qui se nourrit de la prière qui, à son tour, ouvre notre coeur aux dons de Dieu. S’il nous arrive un jour de nous sentir sûrs dans la foi et de stagner, c’est parce que nous avons fermé la porte à l’action de Dieu : elle nous est devenue étrangère, dérangeante et incompréhensible - "Jésus parmi les publicains ? Quel scandale !". Laissons-nous secouer par l’incompréhensible et le scandaleux qui frappe à la porte de notre conscience : "ta vie elle-aussi est à mettre en ordre devant Dieu". Au fond, dans le banquet céleste, n’ai-je pas ma place parmi les amis de Lévi, malfamés mais repentis ?

Dialogue avec le Christ
Merci, Seigneur, pour l'élection par laquelle Tu m'as élevé au rang de chrétien. Merci pour la foi en Toi qui vit en moi et qui me fait vivre. Qui m'élève et me remplit de paix, de joie et d'amour.

Résolution
Je sacrifie un désir égoïste et calculé, en faveur de la promotion de mon prochain.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales