Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 13 décembre 2018 - Sainte Lucie
Date : samedi 22 février 2014
La m餩tation

 

Les méditations

« Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! » : la foi de saint Pierre

Evangile selon St Matthieu, chapitre 16, 13-19

Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

Prière d'introduction
Viens Esprit Saint ! Viens Esprit Saint (plus fort et avec plus d’insistance) ! J’ai besoin de toi pour prier, pour prononcer le nom de Jésus, pour m’ouvrir à la grâce, pour être fils du Père.

Demande
Une foi solide en Dieu et dans sa volonté.

Points de réflexion

1. L’acte de foi de Saint Pierre n’est pas un mérite personnel. L’apôtre Pierre confesse avec un aplomb surprenant : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! » Quelle différence par rapport à la réaction aussi bien de « grands de ce monde » tels Hérode ou Caïphe que de ceux qui étaient considérés comme « moins que rien » tel le mauvais larron. Ils n’ont pas vu Jésus de Nazareth de cette manière ; ils ne l’ont pas reconnu. Cependant, cette magnifique profession de foi de Simon-Pierre n’est pas un mérite personnel, une déduction de lui-même, elle vient de Dieu. Comme l’explique le Catéchisme de l’Eglise Catholique (n°153), la foi est une grâce : « Lorsque saint Pierre confesse que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, Jésus lui déclare que cette révélation ne lui est pas venue de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux ». La foi est un don de Dieu, une vertu surnaturelle infuse par lui. Pour affirmer cette foi, l’homme a besoin de la grâce prévenante et aidante de Dieu, ainsi que des secours intérieurs du Saint-Esprit. Celui-ci touche le cœur et le tourne vers Dieu, ouvre les yeux de l’esprit et donne à tous la douceur de consentir et de croire à la vérité (DV 5). » Ainsi Dieu ne nous demande pas que nous y arrivions tout seuls, mais que nous y arrivions avec lui. Nous le voyons en Pierre qui s’appuie sur Dieu. Avec lui et le psalmiste, nous pouvons prier : « Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien  », « Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ; Il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom  » (Ps 22). Grâce à la foi il est solide. Car son roc est le Seigneur.

2. Une foi personnelle. La foi de Pierre est une foi personnelle. De même, je ne suis pas croyant parce que tout le monde croit, tel un mouvement de foules. La question du Christ : « Et vous... Pour vous, qui suis-je ? » s’adresse au groupe des disciples mais aussi à chacun en particulier, puisque la réponse ne peut être que personnelle. Pierre ne répond pas au nom de tous les disciples, mais en son nom. C’est ce qu’il croit par la grâce, par la lumière qui lui a été donnée. En effet, la foi ne nous est pas imposée. Le Seigneur dit dans l’Apocalypse : « Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi » (Ap 3,20). Voici ce à quoi chacun de nous est appelé. Voici le désir du cœur de Dieu : que je le laisse entrer ! La foi est une relation personnelle, c’est-à-dire entre deux personnes : Dieu et moi. Lui a déjà fait le premier pas et bien d’autres encore, ne serait-ce que par son Incarnation, en venant parmi nous, lui l’Emmanuel. Pierre a accepté de le laisser entrer et façonner son esprit et son cœur. Et comme dans toute relation d’amitié, d’amour, c’est une histoire de chaque jour. Chaque jour le Christ demande : « et pour toi qui suis-je ? ».

3. Une foi personnelle et une mission au service des frères. En ce jour de la fête de la chaire de saint Pierre, nous célébrons son magistère suprême. En effet « il [le Christ] a mis saint Pierre à la tête des autres apôtres, instituant, dans sa personne, un principe et un fondement perpétuels et visibles d’unité de la foi et de communion » (LG 18). De même que Jésus est envoyé par le Père et qu’il ne se donne pas lui-même sa mission (cf. Jn 20,21), l’apôtre Pierre reçoit sa mission des mains de son Maître. Et en acceptant cette mission confiée à saint Pierre et ce que ça signifie pour notre vie, nous aussi nous réalisons ce que le Seigneur veut pour l’Eglise et aussi pour nous, de manière personnelle. C’est un exemple de comment la foi d’une personne a une répercussion dans la vie des autres. L’Église n’est pas régie par une logique humaine, mais divine. Elle est bâtie sur la foi en Jésus, le Fils de Dieu, le Messie, foi de ses pasteurs et foi de ses membres. Et elle célèbre les bergers que Dieu, « le berger suprême  » (cf.1ère lecture), lui donne, pour qu’ils nous conduisent en son nom. Reconnaître le magistère de Pierre est pour nous une expression de foi, foi dans le Seigneur. Car nous croyons que, par l’enseignement d’un homme, pécheur comme ses frères, Dieu guide toute l’Église, son peuple. C’est faire confiance à la puissance de Dieu qui agit en nous par sa grâce.

Dialogue avec le Christ
Seigneur je reconnais que tu es le Messie, le Fils de Dieu et que tu es mon Dieu. Je te confie tout spécialement le Pape, notre pasteur. Augmente en nous la foi et que nous confessions ton nom auprès de nos frères.

Résolution
Prier un Credo (Je crois en Dieu) pour le Pape et ses intentions, et pour l’Église.



Cette méditation a été écrite par

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales