Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 25 mars 2017 - Annonciation de la Sainte Vierge
Date : mardi 21 février 2017
La m餩tation

 

Les méditations

Le chemin du service et de l’humilité

Evangile selon St Marc, chapitre 9, 30-37

Partis de là, ils traversaient la Galilée, et Jésus ne voulait pas qu’on le sache, car il enseignait ses disciples en leur disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. » Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger. Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en chemin ? » Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.
S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. »

Prière d'introduction
Mon Dieu, je crois en toi, j’espère en toi et je t’aime.

Demande
Que cette prière accorde également tous tes bienfaits à ceux qui ne croient pas en toi, qui n’espèrent pas en toi et qui ne t’aiment pas.

Points de réflexion

1. « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes et ils le tueront, et quand il aura été tué, après trois jours il ressuscitera ».
Mais ils ne comprenaient pas cette parole et ils craignaient de l’interroger. Comme les disciples, cette affirmation me surprend. Tu sais, Seigneur, ce qui t’attend, et tu ne rebrousses pas chemin. Tu es venu pour nous sauver : « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Lc 19,10), et rien ni personne ne t’empêchera d’aller jusqu’au bout de ta mission, jusqu’à l’extrême : « Jésus, sachant que son heure était venue de passer de ce monde vers le Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à la fin » (Jn 13,1). Effectivement, autant d’amour et de détermination me dépasse ! Pourquoi les disciples craignaient-ils de t’interroger ? Voulaient-ils se voiler la face ? Avaient-ils du mal à accepter les souffrances imminentes ? Manquaient-ils de foi en ta Résurrection ? Et moi, sur quoi ai-je peur de t’interroger ? Tu es la Vérité, toi seul a les paroles de vie éternelle (cf. Jn 6,68), que je n’aie pas peur de cheminer avec toi, car « si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ton bâton me guide et me rassure » (Ps 22).

2. « Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous ».
Voilà encore une phrase qui m’interpelle ! Comme nous l’explique le pape François (homélie du 21 mai 2013) « Le vrai pouvoir, c’est le pouvoir du service ». Le Christ lui-même « est venu non pour se faire servir, mais pour servir, et son service a été un service de la croix. Il s’est abaissé jusqu’à la mort, la mort par la croix, pour nous, pour nous servir, pour nous sauver ». Pour le chrétien, « progresser, c’est s’abaisser, être toujours au service ». Ainsi, « la vraie promotion, est celle qui ressemble le plus à Jésus », c’est-à-dire « être promu à la croix, être promu à l’humiliation ». Être uni à toi, sur la croix, pour être uni à toi lors de la Résurrection. Seigneur, quels sont les « pouvoirs » que je recherche ? Dans quelles situations aimerais-je être « reconnu », promu, valorisé, encensé ? Aux yeux de qui aimerais-je avoir de la valeur ? Comment puis-je mieux les servir ? Comment puis-je être le dernier là où je cherche à être le premier ?

3. « Quiconque accueille un enfant comme celui-ci à cause de mon nom, c’est moi qu’il accueille ; et quiconque m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais celui qui m’a envoyé ».
« À côté des enfants, Jésus place nos frères les plus petits, c’est-à-dire les miséreux, les nécessiteux, les affamés et assoiffés, les étrangers, ceux qui sont nus, les malades, les prisonniers. Les accueillir et les aimer ou, à l’inverse, les traiter avec indifférence et les repousser, signifie se comporter de la même manière envers lui, car c’est en eux qu’il se rend tout particulièrement présent. (...) Devenir petits et accueillir les petits : ce sont deux aspects d’un même enseignement que le Seigneur renouvelle à ses disciples d’aujourd’hui. Seul celui qui se fait petit est en mesure d’accueillir avec amour ses frères les plus petits » (Saint Jean-Paul II, message pour le Carême 2004).

Dialogue avec le Christ
Jésus, merci pour ta Parole, qui illumine mon chemin et me guide. Tu « me mènes vers les eaux tranquilles et me fait revivre », tu « me conduis par le juste chemin » (Ps 22) du service et de l’humilité.

Résolution
J’accomplirai une action concrète pour être le dernier là où je cherche à être le premier.



Cette méditation a été écrite par Mélanie Duriez, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales