Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 21 octobre 2017 - Sainte Céline
Date : vendredi 24 mars 2017
La m餩tation

 

Les méditations

« Notre Dieu et notre unique Seigneur, tu l’aimeras »

Evangile selon St Marc, chapitre 12, 28-34

Un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s’avança pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Et voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui. L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. » Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.

Prière d'introduction
Le scribe qui s’adresse à Jésus en lui posant une question au sujet du plus grand commandement de la Bible posait-il, lui aussi, une question pour le provoquer ? Le texte n’en dit rien mais le contexte est, semble-t-il, en faveur de cette interprétation. Le judaïsme comptait un grand nombre de préceptes d’obligations, de prescriptions et d’interdits au milieu desquels les scribes devaient savoir nager comme des poissons dans l’eau. Mais Jésus, le Maître, ne se laisse pas prendre au piège.

Demande
Seigneur apprends-moi le calme et la sérénité face aux questions plus ou moins provocatrices. Apprends-moi à démasquer les fausses questions tout en maîtrisant mon comportement face à ces situations.

Points de réflexion

1. « Seigneur, quel est le premier de tous les commandements ? »
Au lieu de se lancer à donner une longue liste des prescriptions que les Juifs devaient observer, Jésus qui n’est pas venu pour abolir les prescriptions de la Loi donnée à Moïse mais pour les accomplir, résume cette Loi en deux commandements : « Aimer le Seigneur notre Dieu qui est l’unique Seigneur » et, en même temps, « Aimer le prochain comme soi-même ».
Là, Seigneur, puisque je me présente comme ton disciple, montre-moi quelle est la vérité de mon comportement en actions comme en paroles. Bien sûr, je sais que je dois aimer Dieu de tout mon cœur, de toute mon âme et de toute ma force mais dans cette façon d’aimer sais-je aussi inclure mon prochain ? Tu nous as dit que ce que nous faisons à notre prochain c’est à toi que nous le faisions.

2. « Le premier commandement... » réponds-tu, c’est d’aimer ton Créateur et ton Sauveur.
Et là, tu me laisses entrevoir que le terme premier ne correspond pas à une numérotation, mais à une priorité, à une importance absolue. Ce commandement n’est pas important parce qu’il est en tête de liste mais parce qu’il doit être le premier et le seul motif sur lequel fonder mon comportement de chaque instant. Pour Dieu, ce qui compte, ce n’est pas ce que je fais, mais le cœur avec lequel je le fais. Pour Dieu, il faut être avant d’agir. Toutes mes pensées, mes actions et mes attitudes ne peuvent que refléter cet amour pour celui auquel je dois tout et qui me donne tout.

3. « Il n’y a pas de commandements plus grands que ceux-là ».
La « nouveauté » de ce précepte est-elle une véritable nouveauté ? Quand je cherche à savoir ce que je dois faire, comment je dois le faire et pourquoi, il est évident que la réponse dépend de la pureté de mon cœur, de la sincérité de mon désir et du détachement vis-à-vis de moi-même et de mes intérêts personnels. Cette loi, elle est écrite dans mon cœur, au plus profond de moi-même : elle doit s’imposer à moi.
Seigneur, à ce moment-là, quelle est l’attitude essentielle que tu attends de moi ? Tu ne me demandes pas de réaliser des choses compliquées, tu veux seulement qu’à travers mes gestes qui traduisent ma sincérité, on puisse lire le fond de mon cœur. L’essentiel n’est pas écrit dans un texte mais dans un cœur.
Seigneur, se demander « que dois-je faire ? », c’est aussi se demander : qu’est-ce qui, au bout du compte, donne un sens à ma vie ?

Dialogue avec le Christ
Seigneur, dans les moments difficiles, dans les moments où mon égoïsme est insurmontable, suis-je capable de me dire non ? Tu sais bien que sans toi je ne peux rien faire et que la charité n’est qu’un mot pour faire croire à ceux qui me voient que tout va bien. Seigneur, la première des choses que tu aimes est la sincérité du comportement soutenue par ta grâce. Merci, Seigneur, parce que tu m’as donné, une fois encore, l’exemple d’une réponse et d’un comportement sans équivoque mais plein de douceur et de vérité, face à une curiosité malsaine de la part de ce scribe.

Résolution
Demander pardon pour mes fautes d’impatience et mes manques de charité envers ceux que je côtoie.



Cette méditation a été écrite par Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales