Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 18 août 2017 - Sainte Hélène
Date : mercredi 19 avril 2017
La m餩tation

 

Les méditations

Reconnaître ta présence dans ta Parole et ton Eucharistie

Evangile selon St Luc, chapitre 24, 13-35

Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

Prière d'introduction
« Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais ! Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ; de très loin, tu pénètres mes pensées. Que je marche ou me repose, tu le vois, tous mes chemins te sont familiers. Avant qu’un mot ne parvienne à mes lèvres, déjà, Seigneur, tu le sais. Tu me devances et me poursuis, tu m’enserres, tu as mis la main sur moi. Savoir prodigieux qui me dépasse, hauteur que je ne puis atteindre ! Où donc aller, loin de ton souffle ? Où m’enfuir, loin de ta face ? Je gravis les cieux : tu es là ; je descends chez les morts : te voici. Je prends les ailes de l’aurore et me pose au-delà des mers : même là, ta main me conduit, ta main droite me saisit. J’avais dit : ?’Les ténèbres m’écrasent !’’ mais la nuit devient lumière autour de moi ! Même les ténèbres pour toi n’est pas ténèbres, et la nuit comme le jour est lumière ! » (Psaume 138).

Demande
Seigneur Jésus, que je puisse me rendre compte davantage de ta présence dans ma vie.

Points de réflexion

1. « Le même jour [c’est-à-dire le premier jour de la semaine], deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs ».
Les deux disciples d’Emmaüs avaient été scandalisés par la mort du Seigneur sur la croix. Si Jésus était vraiment celui qu’il prétendait être, le Messie, le Fils de Dieu, il ne pouvait pas finir ses jours d’une telle manière. L’ombre de la croix avait atténué la lumière de la foi dans leur cœur. Combien de fois nous arrive-t-il, à nous aussi, de devenir fébrile dans notre foi devant les difficultés et les épreuves de la vie. Où est le Seigneur dans tout cela ? Découragés, tristes, ne sachant plus que faire ni où aller, les deux disciples se contentent de retourner chez eux pour reprendre leur ancienne vie comme si la rencontre du Seigneur n’avait plus d’incidence dans leur vie.

2. « Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha ».
Jésus, voyant leur tristesse, se fait proche de ses deux disciples. Il n’est pas loin de nous non plus dans nos tristesses et dans nos peines. Il connaît les sentiments et les pensées que nous portons dans nos cœurs. Si nous prenons le temps d’être avec lui et de l’écouter il saura guérir nos cœurs, fortifier notre volonté, éclairer nos intelligences à la lumière de sa Parole pour que nous puissions retrouver le courage de continuer notre chemin. L’évangéliste Luc n’ayant pas retenu les noms de ces deux disciples, nous pouvons nous mettre à leur place et redécouvrir pour nous-mêmes cette présence du Seigneur dans notre vie aujourd’hui. Jésus aussi choisit de rester dans l’anonymat. C’est peut-être aussi pour nous dire qu’il se cache parfois dans la personne qui se fait notre prochain pour nous accompagner et nous soutenir dans nos moments de fragilité. Je peux aussi être celui que Jésus choisit et envoie en son nom pour accompagner une personne qui est dans le besoin. Je peux me mettre aussi à la place de Jésus dans ce passage.

3. « Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent ».
C’est à la fraction du pain que les disciples d’Emmaüs reconnurent le Seigneur. Nous découvrons ici toute l’importance de l’Eucharistie dans notre cheminement de foi. Dans ma façon de participer à la messe, est-ce que je reconnais suffisamment et est-ce que j’honore avec amour cette présence réelle du Seigneur dans l’Eucharistie ? C’est là où le Christ ressuscité a voulu continuer le mystère de son Incarnation, de sa présence parmi nous en tant que vrai Dieu et vrai homme.

4. « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
Leurs cœurs brûlaient à nouveau de foi, d’espérance, de charité grâce aux Écritures que le Seigneur leur avait exposées et expliquées. La Parole de Dieu est vivante et toujours d’actualité puisque c’est Jésus ressuscité qui nous parle lui-même et nous instruits à travers elle, même aujourd’hui. Parfois nous pensons que Dieu ne nous répond pas ou ne nous parle pas dans notre prière. Réservons-nous une place dans notre prière pour lire et écouter sa Parole ? C’est en lisant les Écritures que Dieu nous parle et nous répond. Ouvrons nos cœurs au feu de sa Parole pour qu’il puisse renouveler en nous notre foi, notre espérance et notre charité.

Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, accompagne-moi sur mon chemin aujourd’hui. S’il y a des peines et des soucis, viens te faire proche de moi pour me consoler et me soutenir. Aide-moi à reconnaître ta présence dans ta Parole et ton Eucharistie.

Résolution
Prendre un moment pour visiter le Seigneur présent dans l’Eucharistie dans une chapelle ou une église ou lire un passage des Écritures Saintes tout en faisant un acte de foi dans sa présence.



Cette méditation a été écrite par Père Richard Tardiff, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales