Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 18 octobre 2017 - Saint Luc
Date : mardi 1er août 2017
La m餩tation

 

Les méditations

Discours en paraboles : explication de la parabole de l'ivraie

Evangile selon St Matthieu, chapitre 13, 36-43

Laissant la foule, Jésus vint à la maison. Ses disciples s’approchèrent et lui dirent : « Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. » Il leur répondit : « Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais ; l’ennemi qui l’a semée, c’est le démon ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume tous ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans la fournaise : là il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

Prière d'introduction
Seigneur, toi qui es là même si je ne te vois pas, permets-moi de me mettre en ta présence, de me rendre compte de ta présence en faisant silence au fond de mon cœur. Je te remercie Seigneur car tu combles aujourd’hui notre désir réciproque de nous rencontrer l’un l’autre. Aide-moi à mieux comprendre ma vie à la lumière de cet Évangile.

Demande
Ô mon Dieu, que je puisse mieux comprendre, vivre et accepter le mystère du mal dans ma vie.

Points de réflexion

1. Dans cette parabole Jésus aborde un thème épineux, le grand scandale du mal. Si Dieu est bon et tout-puissant, pourquoi permet-il le mal ? Pourquoi n’enlève-t-il pas l’ivraie de son champ ? Le problème n’est pas d’hier, on le retrouve d’une certaine manière au troisième chapitre de la Genèse : pourquoi avoir mis cet arbre tristement célèbre dans le jardin d’Eden ? Jésus répond dans le passage qui précède l’Évangile d’aujourd’hui, « de peur qu’en enlevant l’ivraie, vous n’arrachiez le blé en même temps » (Mt 13,29). Si l’on enlève la possibilité pour l’homme de choisir entre le bien et le mal, on lui enlève sa liberté. Sans liberté on ne peut aimer. Voilà pourquoi en enlevant l’ivraie, nous arracherions aussi le blé.

2. Dans le contexte de cet Évangile, Jésus explique à ses disciples le Royaume des Cieux avec plusieurs paraboles. Nous avons ici une image de notre vie chrétienne sur la terre. C’est une quête du Royaume, une réponse avec notre liberté au plan d’amour de Dieu pour notre vie, c’est-à-dire à sa volonté. Mais cette quête suppose la liberté des hommes, et pour cela elle implique aussi que le mal puisse être présent dans notre propre cœur et dans le monde. Cette tension qui existe dans notre vie entre le bien et le mal est, certes, fruit du péché originel, mais elle est aussi pour nous l’occasion d’aimer, de renouveler chaque jour notre décision de vivre selon Dieu, de nous relever après chaque chute.

3. La mort et la Résurrection du Christ sont la plus grande preuve qu’un mal peut être à l’origine d’un plus grand bien. Heureuse faute d’Adam qui nous a valu un tel Rédempteur, chante l’Exultet la nuit de Pâques. Nous en faisons aussi parfois l’expérience à travers les maux de la vie quotidienne : combien de fois une maladie fait redécouvrir les choses vraiment importantes de la vie ! Le saint d’aujourd’hui, saint Ignace de Loyola, se convertit des suites d’une blessure de guerre, et il devint le grand fondateur des jésuites. Notre péché lui-même peut devenir le motif d’une plus grande sainteté si, touchés par le repentir et mieux enracinés dans l’humilité, nous reprenons le chemin du bien avec une vigueur renouvelée.

Dialogue avec le Christ
Seigneur, tu as permis que j’expérimente chaque jour mon égoïsme et mes limitations. Ne permets pas que cela devienne pour moi une raison pour me décourager, abandonner la recherche de la sainteté et me contenter de la médiocrité. Mais que ma faiblesse soit le point de départ de mon amour, de mes efforts, de mon humilité.

Résolution
Si je commets une imperfection ou un péché, ou si j’expérimente ma faiblesse et mes limitations, je mettrai les moyens pour tirer de ce mal un plus grand bien.



Cette méditation a été écrite par Frère Melchior Poisson, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales