Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 22 mai 2018 - Sainte Julie
Date : mercredi 14 février 2018
La m餩tation

 

Les méditations

Les œuvres de justice

Evangile selon St Matthieu, chapitre 6, 1-6

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »

Prière d'introduction
Il s’agit ici des trois œuvres de justice que devaient pratiquer les fidèles juifs selon la Loi de Moïse : l’aumône, la prière et le jeûne. L’exercice de ces œuvres ne doit se réaliser que pour Dieu et non pas pour la louange que manifesteraient les hommes. Le texte met en évidence ce qui est à faire et ce qu’il ne faut pas faire, ainsi que les groupes antithétiques des enfants du Père et des pharisiens hypocrites.

Demande
Seigneur, ouvre mes yeux et mon intelligence : donne-moi la grâce et la force d’accomplir ce qui te plaît et non ce qui provoque félicitations et admiration des témoins : que je ne cherche à pratiquer ces œuvres de justice que pour te plaire et te remercier, toi qui m’as tout donné.

Points de réflexion

C’est sur la montagne que nous est adressé ce message au sujet des œuvres de justice. Ici, l’enseignement est donné avec autorité et la composition de ce passage nous fera mieux comprendre ce qu’il faut éviter et ce qu’il convient de faire.

1. « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. »
La composition générale est identique dans les trois cas : que ce soit pour l’aumône, la prière ou le jeûne, le thème est annoncé, puis c’est la description du comportement pour être remarqué soit de Dieu soit des hommes. À chacun des témoins de notre comportement de le juger : accomplissement affecté pour être remarqué ou accomplissement discret et plus intime, sous le regard affectueux et miséricordieux du Père et pour n’être vu que de lui.
La signification du mot justice est beaucoup plus large dans la Bible que celle de notre conception juridique ou sociale actuelle. Dans la Bible, tout part de la certitude que Dieu est juste : il est fidèle à ses promesses et ne cherche que le bien de ceux qui s’adressent à lui.
Pour le disciple, qu’est-ce que la pratique de la justice ? Par extension les hommes fidèles à leurs promesses et à leurs engagements, tel Joseph, l’époux de Marie, sont dits justes. Pour le disciple donc, qu’est-ce que la pratique de la justice ? Rien d’autre que d’accomplir la volonté du Père, réaliser la vocation qui est la sienne là où il se trouve et au cours du temps qu’il traverse.

2. « Quand tu fais l’aumône (...) »
Pour le judaïsme, c’est l’œuvre de justice par excellence : c’est manifester notre attention face à celui qui est défavorisé. Ici, il faut éviter de faire « sonner la trompette » comme font les hypocrites, mot qui désigne un personnage de théâtre qui mettait un masque pour jouer un personnage manquant de discrétion, trompeur, détournant l’attention de ceux qui le voient et provoquer leur admiration.
« Amen, je vous le déclare » : ici, c’est la révélation des sentiments du Seigneur face à cette situation : l’admiration des hommes suffit à les récompenser. « Mais toi (...) que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite », « Ton Père qui voit dans le secret (...) » : ces remarques sont identiques pour la prière et pour le jeûne. Pour celui-ci il faut se parfumer la tête et se laver le visage pour que seul le Père voit ce que nous sommes en train de vivre sous son regard.

3. « Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée (...) et prie ton Père qui est présent dans le secret. »
C’est une invitation au recueillement, à rechercher le silence de Dieu en nous. « Au cœur de l’homme, il y a un silence inné car Dieu demeure au plus intime de chaque personne. Dieu est silence et ce silence divin habite l’homme. » écrit le cardinal Sarah dans La force du silence.

Dialogue avec le Christ
« Ton Père qui voit dans le secret te le rendra. » Il ne s’agit que d’un regard d’amour, de tendresse et de bonté de notre Père des cieux qui ne veut que nous prendre dans ses bras. Seigneur, accorde-moi la force de l’humilité ne cherchant que l’intimité avec toi et non le regard approbateur ou admiratif des hommes qui m’entourent.

Résolution
En ce Carême, je chercherai à vivre la joie intérieure qui me vient de la présence de Dieu en moi.



Cette méditation a été écrite par Cécile Beaure d'Augères, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales