Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 20 mai 2018 - Saint Bernardin de Sienne
Date : dimanche 11 mars 2018
La m餩tation

 

Les méditations

« Dieu a envoyé son Fils pour que, par lui, le monde soit sauvé »

Evangile selon St Jean, chapitre 3, 14-21

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

Prière d'introduction
Jésus, je crois que tu es ici, avec moi, au plus profond de mon cœur, « plus à l’intérieur que l’intime de mon cœur » (Saint Augustin, Confessions III, 1 1). Merci pour cette nouvelle journée que tu me donnes. Tout me vient de toi et je veux tout te rendre, toute gloire et tout succès. Seigneur, merci pour mes réussites, sois-en glorifié, car c’est grâce à toi si j’ai pu réussir dans tel et tel domaine [confier à Jésus ce pour quoi nous le remercions, que ce soit les résultats d’un enfant à l’école, une tentation surmontée, une maison enfin rangée ou une réunion difficile qui a bien tourné]. Jésus, accorde-moi ta grâce pendant ce temps de prière, inspire-moi, aide-moi à être à l’écoute de ta voix.

Demande
Jésus, aide-moi à vivre ma vie en ta présence.

Points de réflexion

1. « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert (...) »
Au désert, après la sortie d’Égypte, les Israélites, perdant courage dans leur chemin à travers le désert, avaient récriminé contre le Seigneur, qui devant ce péché leur avait envoyé des serpents mortels. Par l’intercession de Moïse, le Seigneur demanda à celui-ci d’élever un serpent de bronze afin que quiconque avait été mordu puisse être sauvé à la condition qu’il tourne son regard vers le serpent élevé par Moïse (Cf. Nb 21, 4-9). Jésus se compare au serpent de bronze élevé par Moïse, car lui aussi sera élevé sur le bois de la croix. Mais surtout celui qui lèvera le regard vers lui aura la vie, tout comme les Israélites mordus par les serpents restaient en vie s’ils regardaient le serpent de bronze élevé par Moïse sur un mât. Ce premier verset de l’Évangile d’aujourd’hui en contient tout le message : Jésus est la Vie. Qui veut vivre doit tourner son regard vers lui. Hors de lui, c’est la mort. Jésus ne nous donne pas la vie en abondance (Cf. Jn 10,10) contre notre liberté. Il veut tout d’abord que nous tournions notre regard vers lui, c’est-à-dire, que nous le choisissions librement.

2. « (...) il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas.  »
Pourquoi Jésus s’est-il fait homme ? « Nous qui étions des morts par suite de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ. » (Ep 2,5) Nous étions esclaves du péché. Il est venu nous racheter. Nous étions loin de lui, loin de Dieu qui est amour (Cf. 1 Jn 4,8). Depuis le péché originel, depuis que le péché était dans le monde, depuis que Satan était « le prince de ce monde » (Jn 16,11), nous avions perdu l’harmonie entre les hommes, avec le monde, avec nous-mêmes. Depuis la chute de nos premiers parents, le monde n’était que guerres et conflits, même entre amis et proches, division intérieure. Nous nous étions éloignés de Dieu et nous ne pouvions plus nous rapprocher nous-mêmes de lui. Nous ne le connaissions plus, comment nous rapprocher de lui ? C’est pourquoi Dieu a choisi de se faire homme lui-même, afin que nous puissions le connaître de nouveau, savoir à nouveau ce que nous sommes destinés à être, comment nous devions vivre. Croire en Jésus, c’est sortir de cette dynamique du péché dans laquelle nous a plongés le péché originel, c’est sortir de ce péché qui nous éloigne de Dieu et nous aveugle, nous empêchant de nous rapprocher de lui.

3. « La lumière est venue dans le monde.  »
Pour cela, Jésus est la lumière venue dans le monde ; pour cela, il est « la lumière pour éclairer les nations » (Lc 2,32). « Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.  » (Jn 12,46). Pour cela Jésus est venu « non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé ». Le jugement ne dépend que de nous. Si nous choisissons la lumière, nous sommes déjà sauvés, et si nous ne croyons pas en Jésus, nous sommes déjà jugés, car nous nous sommes jugés nous-mêmes, parce que nous avons préféré nos péchés à Dieu, à l’amour. Nous avons choisi de nous éloigner de lui. Il ne nous rapprochera jamais de force vers lui. L’enfer et le paradis continuent nos choix d’ici-bas, et si nous avons montré vouloir vivre sans Dieu sur terre, nous préférer nous-mêmes à lui, il ne nous fera pas passer l’éternité avec lui. L’enfer est l’éloignement de Dieu.

Dialogue avec le Christ
Bien souvent, nous savons ce que Dieu veut de nous, nous savons que nous devrions vivre selon son commandement de nous aimer les uns les autres, etc., et pourtant encore et encore nous nous choisissons nous-mêmes. Même saint Paul le disait : « Ce qui est à ma portée, c’est de vouloir le bien, mais pas de l’accomplir. Je ne fais pas le bien que je voudrais, mais je commets le mal que je ne voudrais pas. » (Rm 7,18-19). Alors à la fin de ce temps de prière ne nous décourageons pas et tournons-nous pleins de miséricorde vers Marie, avec la prière que tant de chrétiens depuis des siècles ont prié du fond du cœur : « Salut ô Reine, mère de miséricorde, douceur de notre vie, notre espérance, salut ! Enfants d’Ève exilés, nous crions vers toi ; gémissant et pleurant, nous soupirons dans cette vallée de larmes. Allons donc ! toi notre avocate, tourne vers nous ton regard miséricordieux et après cet exil montre-nous Jésus le fruit de ton sein, ô clémente, ô pieuse, ô douce vierge Marie ! »

Résolution
Prier une dizaine de chapelet à Marie.



Cette méditation a été écrite par Frère Loïc Chabut, LC

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales