Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 10 décembre 2018 - Sainte Léocadie
Date : lundi 9 avril 2018
La m餩tation

 

Les méditations

L’Annonciation

Evangile selon St Luc, chapitre 1, 26-38

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.

Prière d'introduction
Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche publiera ta louange. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient pour les siècles des siècles. Amen !

Demande
Donne-moi d’accueillir ta parole pour qu’elle donne le fruit que tu veux lui faire porter.

Points de réflexion

1. Cette phrase « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi » fait écho aux paroles de Sophonie : « Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi, il a écarté tes ennemis. Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n’as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il exultera pour toi et se réjouira. » (So 3, 14-17).
En quelques phrases l’ange reprend ce message en s’adressant à Marie. C’est alors que ces paroles prophétiques s’accomplissent pleinement et prennent tout leur sens. La similitude entre ce passage tiré de Sophonie et celui de l’Annonciation montre combien la naissance de Jésus s’inscrit dans l’histoire du salut du peuple d’Israël. Jésus est la promesse, la terre promise tant désirée, le shabbat de l’homme. Cela serait méconnaître l’immensité de l’amour de Dieu que d’envier la Sainte Vierge de cette faveur qui lui est accordée car ce même Dieu, qui a voulu habiter en elle, a choisi aussi d’habiter en moi, demeure cependant bien moins digne de lui. Laissons ces paroles de l’ange résonner en nous pour mieux réaliser cette folie divine et cette dignité qu’est la mienne d’être choisi par Dieu pour le porter, pour être l’objet de ses délices. Puis-je faire de cette prière la mienne ?

2. Dans ce passage de l’Annonciation, nous voyons deux manières par lesquelles Dieu se manifeste. Il vient à notre rencontre par sa Parole. Il se révèle aussi à nous par son action dans la vie des autres. À l’image de la Sainte Vierge, nourrissons notre foi en Dieu de l’écoute attentive et patiente de sa Parole et de sa présence agissante autour de nous qui confirme son action. Nous mettre à l’école de la Sainte Vierge, c’est pouvoir apprendre à dire dans la foi, avec elle : « Je suis la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole » puis à chanter avec elle le Magnificat, une fois que l’action de Dieu se réalise et se dévoile devant nos yeux. La Sainte Vierge n’a pas chanté son Magnificat tout de suite mais il a été préparé par ce temps d’abandon profond en la volonté divine. Osons davantage la confiance en celui à qui rien n’est impossible pour chanter avec plus de force notre Magnificat !

Dialogue avec le Christ
Jésus, toi qui as su former si admirablement Marie à ta ressemblance, continue cette œuvre en moi.

Résolution
Répéter plusieurs fois dans la journée : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »



Cette méditation a été écrite par Jeanne Mendras, consacrée de Regnum Christi

Dans ce chapitre d'Evangile nous vous proposons de lire



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales