Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 22 août 2017 - Saint Symphorien
Navigation: La messe expliquée

 

La messe expliquée

Le Kyrie eleison

Ces mots grecs nous sont infiniment chers ! La liturgie a gardé précieusement en son sein des organes témoins des langues bibliques : hébreu (Amen, Alléluia, Hosanna), araméen (Effata, Marana Tha) et grec (Kyrie eleison). Les mots mêmes de l’évangile viennent sur nos lèvres immédiatement après la préparation pénitentielle.

C’est le cri de la femme cananéenne(Mt 15,22), le cri des deux aveugles mendiants de la lumière : « Kyrie eleison, Seigneur ! aie pitié de nous ! » (Mt 20,30). Venant juste après la préparation pénitentielle, le Kyrie n’est pas tant une prière de supplication qu’un chant d’acclamation qui nous introduit au Gloria qui le suit immédiatement. Le Missel insiste sur ce point (PGMR n°30) : « puisque le Kyrie est un chant par lequel les fidèles acclament le Seigneur et implore sa miséricorde, il est habituellement accompli par tous ».

Dans la liturgie byzantine le Kyrie est répété un nombre incalculable de fois et en particulier 40 fois à la fin de l’office. L’appartenance originelle du Kyrie au grandes litanies de l’Eglise d’Orient explique sa répétition, en général six ou neuf fois. Le fait que ces chiffres soient multiples de trois a reçu une interprétation trinitaire. Toutefois il ne faut pas s’y tromper : c’est au Christ que s’adresse le Kyrie eleison comme l’apposition Christe eleison le fait bien comprendre. En effet toute l’antiquité chrétienne et saint Paul déjà réservent le titre de Kyrios à notre Seigneur Jésus, le Christ.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales