Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 31 janvier 2023 - Saint Jean Bosco
Navigation: Homélie

 

Homélie

lundi, 13ème semaine du temps ordinaire

Le maître monte dans la barque, suivi de ses disciples. Ils s’apprêtent à prendre le large ; direction : l’autre rive, c’est-à-dire la terre païenne. Mais que va donc faire ce Rabbi dans cette contrée impure ? Il est décidément insaisissable ! « Le vent souffle où il veut : tu entends le bruit qu’il fait, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né du souffle de l’Esprit » (Jn 3,8). Dans l’agitation de l’embarquement, deux hommes, un scribe et un disciple, s’approchent ; le premier insiste pour être du voyage, mais Jésus l’en dissuade ; le second demande à rester à quai, et Jésus l’invite au contraire à embarquer !
Le scribe manifeste une disponibilité généreuse dont on était en droit d’attendre qu’elle serait reçue avec bienveillance. La réponse de Jésus n’est ni un accueil, ni un rejet : il se contente de souligner les conditions de vie du disciple, afin que son interlocuteur ne s’engage pas à la légère. A nous aussi le Seigneur demande de vérifier si nous lui faisons suffisamment confiance pour quitter nos certitudes terrestres (les terriers que nous nous sommes creusés ici-bas) et abandonner nos refuges imaginaires (les nids dans le ciel de nos rêves utopiques), afin de ne nous appuyer que sur sa seule Parole.
Nous pressentons combien cette condition est difficile, car nous appréhendons de perdre nos repères, et nous hésitons à nous enfoncer dans le désert inhospitalier du renoncement à notre volonté propre. Pourtant nous savons bien que nul ne peut entrer dans le Royaume si ce n’est par la porte étroite de la Croix. Que nous sommes loin du mythe de la religion « opium du peuple » ! Notre scribe intérieur - c’est-à-dire la part de nous-même qui ne s’avance que sur des chemins dont il peut garder la maîtrise - est-il prêt pour un tel exode hors de ses repères et de ses sécurités ? Osons-nous miser toute notre vie sur le Christ et l’Evangile ?
J’ajoute : sans compromission ! Le « kit religieux » fait sur mesure - si à la mode de nos jours - est encore une manière subtile d’échapper à l’exigence d’un choix compromettant. On « parie » à la fois sur Jésus et Bouddha, la mystique chrétienne et naturaliste, le Dieu personnel et l’Energie cosmique, de manière à être sûr d’être gagnant. C’est oublier que la vie divine se communique au sein d’une relation d’amour, qui comme tout amour est éminemment personnel et présente un caractère d’exclusivité dans le choix et de définitivité dans le don. « Qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera » (Mt 16,25).
Le second personnage qui interpelle Jésus, fait déjà partie du cercle des disciples. Il demande à son Maître une dérogation qui semble toute naturelle : enterrer ses parents est un devoir religieux sacré dans toutes les cultures. Jésus ne veut pas empêcher cet homme de rendre un ultime hommage de respect à son père. Ce qui est en cause, c’est le « d’abord », qui reporte à plus tard la décision de suivre Jésus. S’il nous faut aller jusqu’au bout de tous nos engagements légitimes au cœur du monde avant d’embarquer avec Jésus sur l’autre rive pour participer avec lui à la mission en terre païenne, nous risquons fort de ne jamais nous mettre à sa suite ! Jésus ne nous demande pas de sortir du monde, mais de l’aborder autrement, à savoir comme une terre de mission. C’est au cœur de nos engagements quotidiens familiaux et professionnels, que nous avons à annoncer la Bonne Nouvelle de la victoire du Ressuscité. Pour prolonger l’exemple de notre péricope : celui qui croit à la résurrection, sait qu’il n’enterre pas un mort, mais qu’il accompagne un enfant de Dieu à la demeure du Père.

« Seigneur Jésus, je désire devenir ton disciple ; je veux, avec l’aide de ta grâce, renoncer à “m’installer” dans ce monde éphémère et convertir radicalement mon regard pour ne plus le considérer qu’à la lumière de ta Pâques. Donne-moi d’être témoin de l’espérance, en sachant annoncer, au cœur des illusions décevantes et des utopies qui se succèdent, la Bonne Nouvelle de ton amour qui subsiste pour toujours. »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales