Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

Saint François d’Assise

L’évangile s’ouvre sur le retour des disciples : ils sont tout joyeux. Il se poursuit par la joie de Jésus : c’est une exultation. Il se termine par une béatitude : « heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ». Nous avons donc à méditer un évangile qui veut nous faire entrer dans la joie.

La première joie évoquée est celle des disciples rentrant de mission. Il s’agit d’une joie légitime. Ils ont fait une expérience unique, une première initiation à l’annonce de la Bonne Nouvelle, qui a été un succès. Mais il s’agit d’une joie un peu trop humaine, liée à l’aspect spectaculaire de leur mission, elle doit être élevée. Jésus invite ses disciples à une joie plus vraie parce que plus profonde. Les guérisons et les délivrances qu’ils ont opérées importent moins que la grâce qui les a rendues possibles : leurs noms sont écrits dans les cieux.

Cette vérité est si grande et si belle que, en la dévoilant, Jésus en est saisi. Sa louange est simple et pure, elle est un sommet de révélation. La présence de l’Esprit-Saint qui doit être donné aux Apôtres y est dévoilée par saint Luc. Jésus loue son Père d’avoir écrit son projet d’amour dans un langage accessible aux petits. Il est en effet un savoir qui surpasse tous les autres : la connaissance existentielle du lien personnel et unique qui nous relie à Dieu. Aucune joie n’est plus profonde.

Mais cette relation n’est pas une faveur à goûter dans un intimisme égoïste. Elle est un lien vital qui s’épanouit en bénédictions fraternelles. Voir jubiler Jésus sous l’action de l’Esprit est révélation pour ses disciples. Voir un chrétien qui a su préserver sa simplicité de cœur et sa pureté d’esprit est un témoignage de la proximité de Dieu qui instruit tous ses frères.

« Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler ». Par son chant de louange, le Fils veut nous révéler le visage du Père et nous donnant à contempler de l’intérieur la vie filiale qui nous est offerte. Une vie d’abandon et de joie. Une vie où tout est reçu de Dieu et où tous viennent à lui dans l’action de grâce. Jésus nous propose l’absolu et l’essentiel. Il l’offre. Non comme une aumône ou un cadeau, mais comme la plénitude d’être transformant un néant.

Lui, le Fils, connaît cet abîme de bonheur. Lui connaît le bonheur de tout donner et de tout recevoir de Dieu le Père. Ceux qui n’ont rien, ceux à qui l’on a tout pris ou qui ont eu la sagesse de ne s’encombrer de rien, sont disposés à entrer pleinement dans cette relation unique. Jésus exulte de joie car, à sa suite, ils vont entrer dans la joie et montrer aux autres le chemin. Alors, vraiment, « heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! ». Car ce spectacle n’est pas le privilège des quelques disciples qui entouraient Jésus, il se révèle dans la vie de tous ceux qui se sont livrés à l’emprise de l’Esprit d’enfance, il se manifeste aux yeux de tous ceux qui ont le cœur pur. De tous ceux pour qui les bonheurs de cette terre ne sont rien s’ils ne sont aussi des bonheurs de Dieu.

Seigneur Esprit-Saint, Esprit d’enfance, apprends-nous à simplifier notre vie, que nous goutions la joie réservée aux tout-petits. Conduis-nous à la vérité de notre être, que nous connaissions la joie que Jésus nous apporte. Donne-nous de savoir susciter et partager cette joie, elle ne sera complète que lorsque tous les enfants de Dieu seront rassemblées autour de leur Père dans une unique louange.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales