Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

vendredi, 2ème semaine du temps ordinaire

« Jésus gravit la montagne ». Dans l’évangile, la montagne n’est pas un lieu fortuit. Il n’y a qu’à penser au mont des béatitudes, à celui du mont Thabor, à celui du Golgotha. A chaque fois que Jésus monte sur une montagne, il nous dit quelque chose de son mystère ; plus que tout, il nous révèle sa divinité.

Ainsi, si Jésus a voulu appeler ses disciples du haut d’une montagne c’est pour manifester que c’était en tant que Fils de Dieu qu’il le faisait et donc dévoiler le caractère divin et surnaturel de cet appel.
Il faut remarquer aussi que Jésus appelle qui il veut. Pas d’arbitraire ici mais plutôt la gratuité d’un choix dont l’initiative revient à Dieu seul. Il est vrai que notre péché, dont la caractéristique principale est de nous rendre défiant vis à vis de Dieu et envieux de nos frères, fait que nous avons souvent beaucoup de mal à accepter la grâce et la générosité de Dieu. Pourtant, le propre de l’élection est bien d’être une initiative de Dieu, gratuite et libre parce qu’aimante.
Mais l’élection, parce qu’elle est appel, attend une réponse, un engagement à « gravir la montagne » pour venir auprès du Seigneur. En nous appelant, Dieu ne se substitue en rien à notre liberté. L’amour appelle l’amour qui ne peut être tel que parce qu’il est libre.

Notons que saint Marc fait bien ressortir que ceux que le Seigneur avait appelés « vinrent auprès » de lui. C’est le « petit troupeau » annoncé par les prophètes qui se trouve ici rassemblé autour du « bon berger ». Petite communauté au sein de laquelle Jésus choisit et « institue » douze hommes « pour qu’ils soient avec lui, et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les esprits mauvais ».
Il est beau de voir que toute la mission des apôtres résultera de leur intimité avec Jésus : « pour qu’ils soient avec lui ». Avant toute chose, le Seigneur appelle les Douze à une relation d’amitié avec lui qui les uniera au mystère de toute sa personne et les associera plus profondément au mystère de la Rédemption dont ils devront se faire les instruments.
C’est déjà le fondement de l’Eglise que saint Marc nous donne à contempler ici, peuple élu de Dieu dont les « douze intimes » que Jésus s’est choisis seront comme les cellules vivantes, les colonnes qui en assureront la stabilité.

C’est alors que l’évangéliste propose de porter notre regard sur le visage de chacun des douze apôtres et d’entendre résonner leur nom. Il y a ici à la fois quelque chose de solennel et d’émouvant. Tous différents car uniques ; et pourtant, tous appelés à la même mission.
Penser que l’élection des apôtres a quelque chose à dire uniquement aux évêques et aux prêtres serait se méprendre. Elle demeure signifiante pour tous quelle que soit notre vocation. En effet, à travers le particulier de l’élection des apôtres, à travers le particulier de chacune de leur personnalité, l’universalité de l’appel de Dieu à porter la Bonne Nouvelle du salut se dit de la façon la plus significative.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales