Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

Saint Charles Lwanga et ses compagnons, martyrs

Ce passage se présente comme un havre de paix au milieu des discussions tendues avec les ennemis du Seigneur. Le scribe « s’avance » : il sort du groupe, de l’anonymat et s’approche de Jésus pour un vrai dialogue, sans arrière pensée. Sa démarche n’est ni polémique, ni simplement académique : la suite de l’entretien montre bien que cet homme est concerné par sa demande. Sans hésiter, Jésus cite la prière traditionnelle du Shema Israël (Dt 6, 4-5) que tout juif pieux murmurait matin et soir. En fait le « premier commandement » qu’il propose, en contient déjà deux, puisque la citation du Deutéronome commence par l’impératif : « "Ecoute", c’est-à-dire tend l’oreille de ton cœur et fais-toi tout enseignable ; reçois avec bienveillance la Parole du Seigneur ». Ce qui veut dire que la suite n’est pas objet de discussion, mais est de l’ordre de la révélation ; il s’agit d’une vérité que nous sommes invités à recevoir avec reconnaissance, comme fondement absolu de tout ce qui pourrait suivre. Or ce « credo » de base rappelle l’unicité du Dieu d’Israël : « le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur ». Dans l’Esprit Saint nous pouvons ajouter : « il n’est pas d’autre Dieu que celui qui se révèle à nous à travers son Fils, Jésus-Christ Notre-Seigneur. C’est en lui et en lui seul que nous voyons le Père (Jn 14,9) ; c’est lui le chemin, la vérité et la vie ; personne ne va vers le Père sans passer par lui (Jn 14,6) : il est la Porte (Jn 10,9) qui nous donne accès à la vie éternelle ». Ces versets ne sont pas objet de discussion pour les croyants : nous les accueillons plutôt avec une infinie gratitude, puisque dans sa Parole Dieu se révèle en donnant part à sa propre Vie, faisant de nous ses fils dans son Fils unique, animés du même Esprit. La seule réponse qui soit digne d’une initiative aussi gratuite et imméritée de Dieu, ne peut être qu’un don réciproque : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu ». On objectera sans doute que l’amour ne peut être objet de précepte ; pourtant nous soutenons le contraire : de même que par son Esprit, Dieu éveille notre intelligence et nous donne de reconnaître la vérité de sa Parole, ainsi par le même Esprit, le Seigneur stimule notre volonté et nous rend capables de nous arracher à notre égoïsme pour nous engager sur le chemin de la charité. C’est donc sur base du don préalable de l’Esprit Saint, que se justifie le précepte de l’amour de Dieu et du prochain.
« Tu n’es pas loin du royaume de Dieu » : il ne manque à cet homme que d’y pénétrer par le porche de la foi en Jésus-Christ, en qui nous avons le rachat, le pardon des péchés ; en qui nous sommes réconciliés avec le Père (cf. 2 Co 5, 18) et « devenons participants de la nature divine » (2 P 1,4) selon son éternel dessein d’amour.

« Seigneur garde-nous de mépriser le don que tu nous fait de pouvoir te connaître et de pouvoir t’aimer dans l’Esprit Saint. Donne-nous de nous souvenir à chaque instant de l’appel qui repose sur nous. Au soir de notre vie, nous ne serons pas jugés sur nos œuvres, mais sur la générosité de la réponse que nous aurons donnée au murmure de ta voix, qui nous invite à nous décentrer de nous-même pour entrer dans la liberté du don. Vierge Marie, apprends-nous à nous oublier, afin de pouvoir entrer dans la gratuité du Bel amour. »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales