Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 janvier 2023 - Saint Thomas d’Aquin
Navigation: Homélie

 

Homélie

Sainte Anne et saint Joachim, parents de la Vierge-Marie

Il ne suffit pas de regarder pour voir, ni d’écouter pour entendre. De nombreux films ont été faits sur Jésus de Nazareth, et de nombreux acteurs ont entrepris de proclamer l’Evangile. Mais ceux qui ont assisté à ces spectacles, ont-ils rencontré le Seigneur ? Ont-ils vu et entendu davantage qu’un homme dont les paroles de sagesse et les actes de puissance sont parvenus jusqu’à nous ? Il faut plus qu’une attention, même bienveillante, à ce qui se donne à percevoir sensiblement pour découvrir en Jésus fils de Joseph, le Fils de Dieu venu dans la chair.
Ce « davantage » qui ouvre au Mystère consiste en un éclairage – disons une illumination – qui est d’un autre ordre et que nous appelons la foi ; il s’agit avant tout d’un don, car il faut que l’invisible se donne à contempler, que l’inouï se fasse entendre dans une révélation dont le Seigneur seul peut prendre l’initiative.
Mais cet acte révélateur ne saurait s’imposer à nous : il doit être accueilli dans une relation interpersonnelle à laquelle il nous faut consentir. Seul le fils ou la fille reconnaît la voix de son père ou de sa mère ; tout autre personne n’entend parler qu’un homme ou une femme. De même, seule la foi, parce qu’elle nous établit dans une relation privilégiée avec le Fils, nous permet de reconnaître en lui la voix du Père. La mesure de notre consentement à la relation d’amour que Celui-ci nous propose, sera la mesure de notre « connaissance » de sa véritable identité.
Jésus a pris l’initiative de choisir les apôtres et de les appeler à sa suite. Ils ont consenti à entrer dans son intimité et ont ainsi appris progressivement à le connaître autrement que ceux qui ne le percevaient que dans l’ordre sensible. Peu à peu ils ont pénétré, sous la mouvance de l’Esprit, jusqu’au cœur du Mystère de sa Personne. Voilà pourquoi Jésus peut s’exclamer : « Heureux vos yeux parce qu’ils voient et vos oreilles parce qu’elles entendent ! »
Précisons encore : ce n’est pas n’importe quelle relation qui ouvre sur le mystère de l’autre : « seul l’amour est digne de foi », disait déjà Saint Augustin ; car seul l’amour porte le regard au-delà de ce qui se voit vers ce qui s’annonce en espérance et vers ce qui se dit dans le silence. « L’essentiel est invisible aux yeux » (Saint-Exupéry) et ne se dévoile qu’au regard du cœur. Dès lors la foi authentique, celle qui révèle le visage divin du Christ et donne l’illumination de la connaissance véritable, cette foi ne peut procéder que de l’amour et vivre de la charité.
Si tel est le cas, nous n’avons rien à envier aux contemporains du Christ ni aux apôtres. Certes nous ne jouissons plus de la rencontre sensible avec Jésus, mais nous avons vu qu’une telle relation n’éclaire pas sa véritable identité. Par contre le Seigneur continue à nous inviter dans l’Esprit Saint à une rencontre personnelle de confiance et d’amour, qui fait de nous bien réellement des destinataires de la béatitude proclamée dans notre péricope : « Heureux vos yeux parce qu’ils voient et vos oreilles parce qu’elles entendent ! ».
Cherchons donc le Seigneur là où il se donne à rencontrer aujourd’hui, en particulier dans sa Parole et ses sacrements ; et réjouissons-nous, car « à nous aussi il est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux ».


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales