Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 janvier 2023 - Saint Thomas d’Aquin
Navigation: Homélie

 

Homélie

Férie de l’Avent

Reconnaître en Jésus le Messie qui doit venir, voilà précisément le problème sur lequel bute Jean-Baptiste alors qu’il est maintenant en prison. Ne se faisant aucune illusion sur le sort qui lui sera réservé par Hérode, à l’approche de la mort, il relit sa vie et particulièrement son ministère prophétique. Il a vécu toute sa mission comme une préparation active à la venue du Messie qui devait libérer Israël. Il l’a reconnu en Jésus. Pourtant, ce qu’il entend dire maintenant de ses actions ne semble pas correspondre au portrait qu’il s’en faisait.
En effet, dans l’évangile de Matthieu, nous avons vu que le Précurseur décrivait le Messie comme celui qui devait exercer le jugement de Dieu, tenant en main la pelle à vanner et jetant au feu ce qui n’aura pu être purifié auparavant (Cf. Mt 3,1-12). Jésus, en faisant bon accueil aux pécheurs qu’il guérit et en leur pardonnant leurs péchés, paraît bien loin de cette image. Et si Jésus n’était pas celui qui devait venir ? La question que Jean-Baptiste fait adresser à Jésus par ses disciples en dit long sur la crise intérieure qui l’habite.
Jésus va alors inviter Jean à relire les signes qu’il accomplit à la lumière de l’Ecriture et particulièrement des prophéties d’Isaïe : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. » Le temps du salut annoncé est donc bien arrivé. Le Messie est là, c’est bien lui, Jésus.
Cela voudrait-il dire que Jean-Baptiste s’est totalement trompé sur ce que devait être le Messie ? Non, le Précurseur n’a pas fait erreur en attribuant au Messie la mission d’opérer le jugement définitif de Dieu. Jésus le fera. Mais pas maintenant. Car maintenant est le temps de la miséricorde offerte à tous les hommes parce que « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés » (Cf. 1 Tm 2, 4). Le jugement aura lieu mais il est reporté à la fin des temps. Alors, effectivement, tous les hommes seront jugés et précisément sur la miséricorde qu’ils auront pratiquée les uns envers les autres (Cf. Mt 25,31-46).
« Seigneur, dans certains événements de notre vie, tu ne te présentes pas toujours comme le Sauveur que nous attendrions. Comme chez Jean Baptiste, à la vue des chemins que tu utilises, peut-être que parfois le doute dans ta capacité de salut se fait plus insistant à la porte de notre cœur. Mais il n’empêche que tu es bien notre seul Sauveur. Seigneur, comme tu l’as fait pour Jean Baptiste, transforme notre regard sur ta personne, sur les signes de ta présence en nous et autour de nous. Alors nous parviendrons bien disposés au seuil de Noël, capables d’entrevoir et d’accueillir pour notre salut et celui de nos frères le mystère de ta justice et de ta miséricorde qui se cache derrière la petitesse de l’Enfant de la crèche. »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales