Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

Sainte Elisabeth de Hongrie

La parabole que nous entendons aujourd’hui est certainement une des plus simples à comprendre et une des plus difficiles à admettre de tout l’Évangile.
En effet, nous avons vite fait de saisir la portée de la situation : un juge inique, qui se moque de Dieu et des hommes, finit par exercer la justice malgré tout, pour des motifs égoïstes : une veuve a tellement insisté qu’il s’est lassé de l’entendre et l’a exaucée. Or nous savons bien que Dieu n’est pas un juge inique, il juge avec justice. De plus, Dieu un père, il entend la plainte de la veuve, comme la nôtre. « Sans tarder, il leur fera justice », nous confirme Jésus.
Tout cela est simple, logique et sans surprise. Cependant, il nous faut bien admettre que cela ne correspond pas toujours à notre expérience ! Combien de prières, légitimes et belles, sont-elles en souffrance dans nos vies ? Nos oraisons contiennent nombre de ces prières que nous présentons inlassablement au Seigneur et qui semblent ne jamais devoir se réaliser !
Comment l’expliquer ? Le Seigneur ne tiendrait-il pas ses promesses ? Non, évidemment. La raison vient de ce que nous lisons trop vite. L’Évangile commence en effet ainsi : « Jésus disait une parabole pour montrer à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager ». Jésus ne veut pas nous montrer qu’on est toujours exaucé, mais que nous devons prier sans nous décourager.
Cependant, n’y a-t-il pas là une contradiction avec le « sans tarder, il leur fera justice » ? De nombreux désirs habitent nos cœurs depuis notre enfance, notamment celui d’être exaucés instantanément, quelque soit notre demande et particulièrement si nos demandes sont légitimes. C’est pourquoi nous sommes marqués par le « sans tarder ». Or le Seigneur ne promet pas « sans tarder, il répondra à toutes leurs demandes », il dit « sans tarder, il leur fera justice ». L’objet de la prière dont parle Jésus est la justice ! Ce pour quoi il faut nous prier avec persévérance, est la justice. Ce que nous obtiendrons assurément si nous le demandons, est d’être rendus justes, de voir nos péchés pardonnés.
Aussi cette parabole nous apprend-elle que la prière n’est pas seulement une question de foi, mais de fidélité. Ce n’est pas par manque de foi que nous ne sommes pas exaucés instantanément, mais par manque de fidélité à la prière. Il faut avoir la foi que Dieu nous exauce comme un Père bienveillant, qu’il n’attend qu’un geste de notre part pour nous combler, mais il faut le faire avec assiduité et persévérance car la persévérance nourrit et fortifie la foi. Si nous venions à nous décourager dans notre prière d’être justifiés, nous deviendrions infidèles à la promesse qui nous unit à Dieu, nous en viendrions, peu à peu, à perdre la foi.
Nous comprenons mieux ainsi la conclusion de Jésus : « Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? ».
Seigneur Jésus, nous entendons ton inquiétude, nous entendons la prière que tu nous adresses de ne pas nous décourager. Ne permets pas que nous nous installions dans les préoccupations d’ici-bas, qui enlisent notre vie spirituelle, qui nous font perdre conscience que nous avons sans cesse à demander d’être rendus justes. Donne-nous la persévérance qui obtient la vie. Donne-nous-nous ton salut, que nous soyons ta joie le jour où le Fils de l’homme viendra.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales