Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

vendredi, 33ème semaine du temps ordinaire

La mise en scène de l’entrée de Jésus dans le Temple évoque fortement la prophétie de Malachie : « Soudain entrera dans son Temple le Seigneur que vous cherchez » (Ml 3,1). Le prophète explique en effet comment le Seigneur « purifiera les fils de Levi », c’est-à-dire le sacerdoce, et le peuple, lui permettant de rendre à nouveau un culte agréable à Dieu.
Jésus pose en effet un acte prophétique en entrant dans la Maison de Père. Il s’en prend aux marchands qui font commerce des animaux pour le sacrifice et aux changeurs qui sont établis là pour leurs affaires. Jésus ne cherche pas à mettre ainsi un terme aux sacrifices rituels, mais il dénonce l’hypocrisie de la situation. Installer son étal sur les parvis du temple est en effet bénéficier d’une place qui garantit de bonnes affaires. Or, ces échoppes sont toutes contrôlées par la famille du Grand-Prêtre...
Jésus cite donc l’Écriture qui devrait être leur référence, « ma maison sera une maison de prière » (Is 56,7) et interpelle directement l’autorité religieuse : « vous, vous en avez fait une caverne de bandits » (Jr 7,11). Ainsi, la Parole donne la bonne direction et dénonce les erreurs.
Cet évangile nous met en garde, une fois encore, contre les apparences trompeuses. La bonne organisation du temple et du culte qui y est rendu n’était pas le signe de la rectitude de ses servants. Il est cependant peu probable que les chefs des prêtres et les scribes aient froidement décidé de détourner le temple de sa destination. Ils ont dû découvrir peu à peu quels avantages ils pouvaient tirer de devoir organiser ce microcosme religieux au cœur de la cité et ils se sont aveuglés eux-mêmes en même temps qu’ils tentaient d’aveugler les autres.
Jésus nous montre donc que la Parole de Dieu sait mettre très simplement un terme à ce genre de situation. Aussi notre examen de conscience de ce jour devrait-il nous conduire à faire le point sur notre rapport à la parole de Dieu, sur la manière que nous avons de nous y exposer et de la laisser faire la vérité dans nos vies. Elle seule peut en effet dépasser nos aveuglements et nous rappeler clairement ce qui devrait être au centre de nos vies et quelles idoles il nous faut abandonner ou détruire.
Cet exercice est d’autant plus important que nous connaissons à la fois son efficacité et ses conséquences. Si nous oublions régulièrement, et peu à peu, la pratique de cet exercice, c’est parce que nous savons que s’engager sur la voie de la vérité est suivre un chemin difficile. Quand Jésus eut fait la vérité dans le temple, l’effet fut immédiat : « les chefs des prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir ». Voilà une perspective qui n’est jamais spontanément attirante.
Mais n’envisager que l’isolement de Jésus et la précarité de sa situation serait oublier que nous ne devons pas compter sur nos seules forces propres. En effet, saint Luc conclue : « mais ils ne trouvaient pas le moyen d’y arriver ; en effet, le peuple tout entier était suspendu à ses lèvres ». La Parole qui a fait la vérité dans nos vies est aussi celle qui la protègera. Même si notre situation de chrétien est difficile à assumer au quotidien, il ne faut jamais oublier l’Église entière qui nous porte, le peuple de ceux qui sont suspendus aux lèvres de Jésus, comme nous ; l’ensemble de ces frères qui a déjà courageusement choisi de ne pas être solidaire de la corruption.
Seigneur Jésus réveille en nous la joie d’être ensemble tes disciples. Ta Parole nous a unis, l’amour de ton Nom nous fait vivre : rassemble nous dans la paix de ton Esprit, pour que nous te rendions en vérité et en Église le culte qui t’es agréable.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales