Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 janvier 2023 - Saint Thomas d’Aquin
Navigation: Homélie

 

Homélie

Octave de Pâques

A la différence des autres évangélistes, saint Marc ne s’attarde pas sur les récits des apparitions de Jésus ressuscité. Bien plus, la finale de cet évangile qui en parle de façon très brève est reconnue aujourd’hui pour ne pas être de la plume de notre auteur. Elle aurait été rajoutée pour combler précisément la non référence chez Marc aux apparitions du Ressuscité, le récit de son évangile se terminant de façon abrupte sur la peur et la fuite des femmes hors du tombeau vide (Mc 16,8).
En fait, pour saint Marc, la question de fond posée par la résurrection est celle de l’adhésion de foi du disciple à cet événement. Nul besoin de prodiges ultérieurs ou de discours illuminés… Croire à la résurrection demeure un événement personnel, une décision de foi à prendre devant le « tombeau ouvert ».

Le rédacteur de la finale de son évangile semble en avoir tenu compte. Il ne nous propose en effet qu’un résumé sommaire des apparitions de Jésus ressuscité, lesquelles sont rapportées de façon beaucoup plus détaillée par saint Luc et saint Jean. Avant toute chose, il pointe l’incrédulité des apôtres devant la Bonne nouvelle qui leur est annoncée, tout d’abord par Marie-Madeleine (Cf. Jn 20) puis par les deux disciples en chemin aisément identifiables aux disciples d’Emmaüs (Cf. Lc 24).

Après ces deux échecs, le Ressuscité va-t-il enfin rencontrer la foi chez ceux qui furent les plus proches de lui durant sa vie publique ? Il est intéressant de noter que la difficulté à croire du collège apostolique, devenu dans l’Eglise primitive le témoin privilégié de la résurrection, n’est en rien cachée ici. On la retrouve d’ailleurs exprimée dans les trois autres évangiles (Cf. Mt 28,17 ; Lc 24,37-38 ; Jn 20,25-27). N’avons-nous pas ici un signe fort de l’historicité de l’événement de la résurrection ? Si les évangélistes avaient voulu monter de toute pièce le fait de la résurrection du Seigneur, n’aurait-il pas été insensé d’insister autant sur le doute profond des Apôtres ?

Par rapport aux trois autres évangiles, il est frappant de constater aussi qu’après le reproche d’incrédulité adressé aux Onze par le Ressuscité, nulle mention n’est faite ici des signes de reconnaissance qu’il leur donne. Il les envoie simplement en mission annoncer qu’il est ressuscité : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. »

La foi en la résurrection du Seigneur se révèle ainsi comme le cœur de l’annonce chrétienne. Comme le dit saint Paul : « Si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est vide et vide aussi votre foi… si Christ n’est pas ressuscité votre foi est illusoire… Si nous avons mis notre espérance en Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. » (1 Co 15, 14.17.19) Très tôt l’Eglise fut donc consciente de sa mission d’annoncer que Christ était ressuscité, consciente qu’il s’agissait là d’une Parole de Salut à porter au monde entier.
A notre tour, nous sommes les porteurs de cette Bonne Nouvelle, envoyés nous aussi par le Seigneur ressuscité. D’ailleurs, c’est peut-être dans la mesure où nous oserons annoncer la réalité de la résurrection que notre foi en Christ ressuscité augmentera et portera un fruit de conversion et de salut en nous et autour de nous.

« Seigneur, toi qui est vivant au milieu de nous et qui nous appellent à proclamer à nos frères la Bonne Nouvelle de ta résurrection ; à toi honneur et gloire dans les siècles des siècles ! »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales