Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

Sainte Catherine de Sienne

L’évangile de ce jour nous présente deux figures féminines majeures du Nouveau Testament : Marthe et Marie. Souvent, et particulièrement dans ce passage de l’évangile de Luc, l’habitude se prit d’opposer leur comportement : l’une, Marie, représentant la dimension contemplative, priante, de la vie chrétienne ; l’autre, Marthe, incarnant sa dimension apostolique ou active. D’une telle interprétation, on eut tôt fait d’arriver à l’affirmation d’une préférence du Seigneur pour une vie consacrée à la prière plutôt que dédiée au service.

Une telle lecture reste cependant un peu rapide. En effet, lorsque Jésus s’adresse ainsi à Marthe : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée. », il ne s’agit pas pour lui de condamner son service. En termes plus simples, il n’est pas en train de lui dire : « Au lieu de servir, de préparer le repas, de mettre la table, tu ferais mieux de venir à côté de moi comme Marie ». Pourrait-on en effet reprocher à quelqu’un de se mettre en quatre pour celui qu’il accueille chez lui, a fortiori quand cet hôte est le « Seigneur », lui-même ?

Il s’agit de bien entendre les paroles de Jésus. Le problème chez Marthe n’est pas tant de servir que d’avoir perdu de vue celui qu’elle sert. Elle s’agite et s’inquiète « pour bien des choses » et non pas pour « Jésus ». « Accaparée par les multiples occupations du service », elle a fini par oublier celui qu’elle reçoit chez elle. Son service a pris le pas sur son hôte. Elle se trahit dans ses propres paroles lorsqu’elle intervient auprès de Jésus pour lui dire : « Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider. » En fait, elle ne supporte pas que quelque chose échappe à son contrôle. Elle veut tout maîtriser : l’attitude de Marie, l’attitude du Seigneur lui-même… Il est à noter que le reproche de Marthe ne s’adresse pas directement à Marie mais au Seigneur. Nous touchons ici le comble du paradoxe de son attitude : son service de Jésus la conduit à exiger de lui qu’il se mette à son service en intervenant pour elle auprès de sa sœur.
Marie, de son côté, ne dit rien. Elle demeure, paisible, aux pieds du Seigneur comme le disciple aux pieds du Maître. Elle écoute, tout accueil à la Parole du Christ. Elle se tient à cette seule chose qui pour elle se manifeste comme l’« unique nécessaire ». Elle témoigne que le Seigneur, dans sa Parole et sa présence, est la source et la finalité de tout, y compris de tout service, aussi louable soit-il.

Marthe, tout autant que Marie aime son Seigneur et veut le lui manifester. Jésus l’a bien compris. A travers ses propos, il veut seulement l’amener à comprendre que son service rejoindra son terme dans la mesure où il ne se détachera jamais de Celui qui en est la source.
On comprend dès lors qu’il ne s’agit pas ici d’opposer les deux attitudes de Marie et de Marthe. Le secret que nous livre Jésus est que mission et contemplation vont toujours de pair, qu’elles s’appellent l’une l’autre. Certes l’accent peut être mis davantage sur l’une ou sur l’autre mais on ne saurait les détacher. D’un côté, l’écoute de la Parole du Seigneur me conduit à l’annoncer et à la vivre concrêtement. D’un autre, mon apostolat ne se révèle fructueux que dans la mesure où il demeure porté par la prière, c’est-à-dire par la grâce de celui qui m’a appelé et envoyé. Car, un autre enseignement que l’on peut tirer ici est que la mission ne vient pas de nous. Elle se reçoit toujours de Dieu et doit conduire à Lui en étant soutenue par Lui.

Sainte Catherine de Sienne, que nous fêtons aujourd’hui, incarna cette unité des deux dimensions de la vie chrétienne. La contemplation du Christ en croix qui l’emflammait d’amour la conduisit à se dépenser au service de l’unité de l’Eglise que déchirait au XIVème siècle les divisions entre factions adverses. Que son intercession nous obtienne de demeurer toujours unis par notre prière au Seigneur pour puiser en lui les énergies qui nous permettrons de servir dans la charité ceux vers qui il nous envoie !


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales