Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 janvier 2023 - Saint Thomas d’Aquin
Navigation: Homélie

 

Homélie

Férie

Jésus vient de révéler à Pierre et aux disciples que sa messianité se manifesterait pleinement au travers de sa mort et de sa résurrection : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les Anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué et que le troisième jour, il ressuscite » (Lc 9,22).

Avouons qu’adhérer à ce type d’affirmation n’est pas forcément quelque chose de spontané, qui plus est, pour un juif qui doit ici changer toute sa conception relative au Messie.
Pierre est dépassé par une telle révélation. Tout son être résiste. Comment pourrait-il en être autrement ? Ce Roi Messie, attendu depuis si longtemps par Israël, comment se peut-il qu’il soit tué à cause des scribes et des pharisiens ? D’ailleurs ces derniers l’attendent aussi. Comment pourraient-ils faire une chose pareille ? Mettre à mort le Messie ? Pierre se retrouve comme devant une énigme incompréhensible.

C’est aussi le cas des disciples auprès de qui Jésus insiste pour leur ouvrir les yeux : le salut qu’il est venu apporter ne réside pas dans les signes et prodiges qu’il accomplit et qui suscitent l’admiration des foules. Non, Jésus nous sauve par sa passion et sa croix : « Mettez-vous bien en tête ce que je vous dis là : le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ».

Dieu est l’amour infini qui se fait infiniment petit pour se livrer entre nos mains, pour nous révéler sa passion d’amour pour nous. Nous sommes ici face à un mystère. Et un mystère ne pourra jamais se laisser saisir par la raison ou, plus exactement, pour que l’intelligence puisse le pénétrer il faut que celle-ci soit d’abord illuminée par la lumière surnaturelle de la foi.
Les disciples, dans leur marche à la suite de Jésus, n’ont pas encore fait le pas de la foi. Dès lors, comment comprendre le paradoxe de l’impuissance d’un Dieu qui se livre entre les mains des hommes ?

Reconnaissons que nous aussi, nous avons sans doute souvent buté sur ce genre de questionnement, en particulier face à ce que nous avons pu peut-être interpréter comme des « absences » ou des « silences » de Dieu dans notre vie.
Mais peut-être que c’est ici que nous devons nous-mêmes nous livrer, c’est-à-dire nous abandonner à ce mystère de l’Amour de Dieu pour nous qui nous dépasse, nous reconnaître démunis et impuissants à le saisir pour pouvoir nous laisser saisir par lui.

Que le Seigneur nous aide à entrer dans ce chemin de foi qui nous fait nous abandonner entre ses mains pour y trouver non pas des certitudes intellectuelles mais pour y goûter la paix et la joie de vivre en sa présence !


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales