Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 28 janvier 2023 - Saint Thomas d’Aquin
Navigation: Homélie

 

Homélie

Sainte Cécile

Après avoir prédit les malheurs qui devaient fondre sur Jérusalem, Jésus entre aussitôt dans le temple pour en chasser les vendeurs et les acheteurs : « Jésus entra dans le Temple, et se mit à expulser les marchands ».
Le Temple de Jérusalem avait été bâti par Hérode le Grand qui n’était même pas de la lignée davidique pour s’attirer les bonnes grâces du peuple. L’édifice était somptueux, l’intérieur à l’image de l’extérieur : rutilant d’or sur la façade.
Mais y abondait également la cupidité dans les salles transformées en marchés. Par le commerce des animaux destinés aux sacrifices, les prêtres avaient détourné la Maison du Père de sa finalité première. Le Temple n’était plus un lieu exclusivement consacré à la prière et à l’adoration du Dieu Très-Haut mais « une caverne de bandits » où Mammon régnait en maître !
Mais Dieu n’aurait su se résigner à ce que son Temple soit un rendez-vous de marchands. En Jésus, il en prend possession ne faisant aucun cas des prêtres qui l’ont perverti, accomplissant ainsi la prophétie de Malachie : « Voici, j’envoie mon messager. Il aplanira le chemin devant moi. Subitement, il entrera dans son Temple, le maître que vous cherchez, l’Ange de l’alliance que vous désirez ; le voici qui vient, dit le Seigneur le tout-puissant » (Ml 3, 1). Jésus va bien au-delà de la sanctification d’un lieu fut-il le Temple de Jérusalem. Ne vient-il pas d’ailleurs d’en prédire la destruction ? Il veut sanctifier avant tout des personnes. A travers son enseignement et la Parole de vie éternelle qu’il véhicule, c’est ce qu’il réalise ici en ceux qui, « suspendus à ses lèvres », sont disposés à la recevoir.

Jésus annonçait ainsi sa volonté de faire de nos cœurs une demeure sanctifiée par sa présence divine. Le jour de notre baptême nous sommes effectivement devenus, comme nous l’enseigne saint Paul, « des temples de Dieu dans l’Esprit-Saint ». Mais quel est l’état du temple de notre cœur ? Est-il une maison de prière et d’adoration ou résonne la Parole du Très-Haut ? Ou bien les bruits intérieurs de nos marchandages avec les biens de ce monde, de nos pensées de violence, d’envie, de cupidité, de nos rancœurs et de nos jugements, ont-ils fini par dominer en lui ?
A travers l’évangile de ce jour, Jésus nous redit qu’il veut régner en nous. Il veut faire la vérité en allant jusqu’à démasquer peut-être le vernis d’un apparent culte que nous lui rendons extérieurement alors que notre cœur est bien loin de lui. Ne nous étonnons pas que s’élèvent alors en nous des sentiments contradictoires. Ils sont à l’image de notre être divisé. Une partie de nous-mêmes refusera d’accueillir cette vérité du Christ qui dénonce nos hypocrisies ; une autre voudra peut-être même l’éliminer à l’image des chefs des prêtres, des scribes et notables de l’évangile ; une dernière, par contre, restera en suspend à son écoute parce qu’au fond de nous, nous avons cette intuition que la vérité qu’il est, qu’il fait en nous, et qui nous fascine, est seule à pouvoir nous libérer de toutes nos aliénations.

« Seigneur Jésus, nous voulons t’accueillir comme notre Roi, notre unique Maître et notre Grand Prêtre, le seul qui soit capable dans l’Esprit de faire de nos vies une offrande agréable au Père. Que ta Parole chasse de nos cœurs toutes ces idoles qui ont pris si habilement ta place. Fais de nos cœurs une maison de prière, de paix et d’adoration où tu te plairas à venir demeurer. »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales