Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

2e dimanche du Temps Ordinaire

« Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».
Avec ces paroles Jean-Baptiste annonce la venue du Règne de Dieu dans l’histoire humaine, l’avènement des antiques prophéties messianiques, l’inauguration des derniers temps où le salut de Dieu va être offert à tous les hommes.

Tout cela s’accomplit en Jésus-Christ. C’est lui le Fils élu, en qui Dieu manifeste sa gloire, c’est lui le « Serviteur » consacré par l’Esprit Saint pour réunir les dispersés d’Israël, c’est lui « la lumière des nations » qui porte le salut aux extrémités de la terre, c’est lui l’ « Agneau » de la Pâques nouvelle qui par sa mort et sa résurrection réalise la libération et scelle dans son sang la Nouvelle et éternelle Alliance.

La mission salvifique de Jésus, solennellement proclamée au moment du Baptême dans le Jourdain, atteint effectivement son sommet dans le mystère pascal, lorsque sur la croix, Lui, le véritable Agneau immolé pour nous, libère et rachète l’homme, chaque homme, du mal et de la mort.
L’eau et le sang qui jaillissent de son côté sont comme deux rayons de lumière qui veulent rejoindre le cœur de tout homme pour lui faire miséricorde, le réconcilier avec le Père en faisant de lui un fils adoptif. Comme nous le décrit le livre de l’Apocalypse, c’est bien lui l’Agneau immolé debout vainqueur, le flambeau des sauvés appelés à marcher à sa lumière (Cf. Ap 21,23-24).

Ce salut qu’il est venu porter, il le rend accessible aux hommes grâce au sacrement du baptême. Jésus baptisera, nous dit Jean-Baptiste, dans le feu de l’Esprit-Saint. Et après lui, l’Eglise à qui il l’a confié continuera ce ministère de rédemption pour rendre efficace sa présence de salut dans le cours des siècles.
Voilà pourquoi les chrétiens, sanctifiés par l’Esprit dans le baptême, sont « ceux qui, en tout lieu, invoquent le nom du Seigneur Jésus-Christ » (Cf. 2ème lecture). L’Esprit qui met dans nos cœurs et sur nos lèvres le nom du Père, Abba, en nous réconciliant avec lui est le même qui dépose en nous le nom de Jésus Sauveur.

Puissions-nous être une présence lumineuse de la vie de l’Esprit reçu le jour de notre baptême auprès de tous ceux que nous croisons sur notre route, qui cherchent le Christ mais qui ne l’ont pas encore rencontré, qui n’ont pas encore fait l’expérience significative de son amour et de sa miséricorde.
Demandons au Seigneur en ce dimanche d’être renouvelés dans notre grâce baptismale. Le baptême est la grande ressource de l’esprit missionnaire, la meilleure manière de dépasser notre égoïsme et notre narcissisme et de donner à notre cœur et à notre vie les dimensions mêmes de l’Eglise, horizons ouverts dans la direction des quatre points cardinaux.

L’Eucharistie est précisément le lieu privilégié où nous sommes renouvelés dans la grâce de notre baptême parce qu’elle est le mémorial vivant et efficace du mystère de notre rédemption. La prière sur les offrandes de la liturgie de ce dimanche nous le rappelle : « Chaque fois qu’est célébré le sacrifice de l’eucharistie en mémorial, c’est l’œuvre de notre rédemption qui s’accomplit ». A chaque eucharistie, Jésus-Christ, l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, nous est présenté.
L’œuvre du salut réalisée par notre Seigneur dans son mystère pascal n’est pas seulement à rattacher à un événement du passé ; elle se rend présente dans l’aujourd’hui de l’Eglise grâce à la puissance de l’Esprit qui agit à travers les signes saints de la liturgie, mémorial vivant et efficace du mystère de la rédemption. En célébrant les rites sacrés, à commencer par l’eucharistie, l’Eglise, fidèle aux commandements du Seigneur « ouvre aux fidèles les richesses des vertus et des mérites de son Seigneur ; de la sorte, ces mystères sont en quelque manière rendus présents tout au long du temps, et que les fidèles sont mis en contact avec eux et remplis par la grâce du salut ». (Sacrosanctum Concilium 102)

Il n’existe personne qui ne cherche la vérité, le bonheur, le salut. D’une certaine manière, nous sommes tous des chercheurs : nous cherchons pour trouver cela et une fois que nous pensons l’avoir trouvé nous continuons à chercher parce que nous sommes en quête d’une plénitude de salut et de bonheur que seul Dieu peut nous donner.
En vertu de cette solidarité, prions pour tous avec un cœur généreux, offrons ces petites et ces grandes choses qui nous pèsent dans notre quotidien afin que tous puissent trouver Jésus, ce Sauveur qu’ils cherchent, peut-être à tâtons, dans les difficultés et l’obscurité de leurs existences. A chaque eucharistie, laissons-nous embraser par le feu de l’Esprit et transformer par l’Amour du Seigneur pour devenir nous-mêmes dans le Christ des torches vivantes de charité, des témoins vivants de l’amour de Dieu pour tous les hommes.

« Seigneur Jésus, fais de nous des Jean-Baptiste qui par toute leur vie sachent te désigner comme « l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » et préparent ainsi tes chemins dans les cœurs. »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales