Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

Férie

Jésus vient de multiplier les pains pour la seconde fois. Il n’était pas question des pharisiens dans cet épisode ; aussi leur réapparition aujourd’hui n’en est que plus inattendue. Elle trahit en fait que ces messieurs ne sont jamais loin, épiant les moindres faits et gestes du Maître et du petit groupe de disciples qui l’accompagne. L’évangéliste ne dit pas qu’ils « écoutent » Jésus, ni même qu’ils « l’interrogent » ; non : ils « discutent » avec lui ; ce qui sous-entend qu’ils se situent sur un pied d’égalité - voire de supériorité - bien décidés à faire entendre à cet importun que ce sont eux qui dirigent la vie religieuse du peuple. Leur intervention, juste après la double multiplication des pains, est pour le moins surprenante : « Ils lui demandaient un signe venant du ciel ». Que veulent-ils donc de plus ? Il se pourrait cependant que ce soit précisément sur ce miracle qu’ils rebondissent. La tradition rapportait en effet que lorsque le Messie viendrait il renouvellerait le miracle de la manne. « Certes, tu as multiplié par deux fois le pain ; mais le miracle de la manne se répétait chaque jour : c’est à cette surabondance que l’on reconnaît les vrais signes du ciel, cher Maître ! »
Le soupir de Jésus en dit long : « Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? » Si encore le souci des pharisiens était de vérifier le bien-fondé des prétentions d’un nouveau prophète, conformément au ministère de gardiens de la foi qui leur revenait. Mais ils ne cherchent pas à poser un discernement, et pour cause : ils ont déjà prononcé la condamnation et n’attendent plus que le moment opportun pour mettre en œuvre la sentence. Aussi Jésus poursuit-il : « Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération ». Il ne s’agit pas d’un refus : Notre-Seigneur vient de multiplier les signes en présence de ses détracteurs ; mais il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut point entendre. Un « signe » est un moyen de communication entre deux personnes qui cherchent à entrer en dialogue, à partager quelque chose de leur intériorité. Un « signe venant du ciel » devrait donc être révélateur du Mystère de Dieu lui-même. C’est dire qu’il appelle nécessairement une interprétation prophétique. Toute intervention de Dieu dans l’histoire nécessite, pour être révélatrice de l’intention divine, d’être interprétée par un envoyé de Dieu sur qui repose l’Esprit Saint, car Dieu seul peut interpréter les signes qu’il nous donne. Or Jésus est non seulement « le signe venant du ciel », mais il est aussi le prophète de la fin des temps qui interprète le don de Dieu dans sa personne. C’est précisément ce qu’il vient de faire dans la multiplication des pains, qui prend tout son sens à la lumière de l’Eucharistie. Certes, à ce stade du récit évangélique, il est trop tôt pour que le signe soit pleinement éloquent ; Jésus ne demande pas l’impossible, et Saint Marc ne se prive pas de souligner l’incompréhension des disciples eux-mêmes. Ceux-ci n’ont pas tout compris d’amblée, mais ils se sont mis à la suite du Maître parce qu’ils se sont ouverts à l’action de l’Esprit qui leur a fait pressentir le message de grâce que Jésus apporte au monde. Or c’est précisément ce à quoi se refusent les chefs religieux, trop soucieux de garder leur pouvoir sur les foules pour s’ouvrir à la nouveauté de l’Evangile. Jésus pourrait bien réaliser sous leurs yeux tous les signes annoncés par les prophètes pour les temps messianiques, ils ne croiraient pas pour autant, parce qu’ils ont décidé de ne pas croire.
Etonnante obstination, qui nous révèle le redoutable pouvoir de la liberté humaine face à l’initiative de salut de Dieu en notre faveur ! L’hypocrisie des pharisiens est patente dans l’Evangile, mais la nôtre, la reconnaissons-nous ? N’y a-t-il pas en nous aussi des refus de voir, d’entendre, de croire ? Et pour des motifs probablement guère plus avouables que ceux des acteurs de notre péricope…

« “S’il manque à l’un de vous la sagesse, qu’il la demande à Dieu : lui qui donne à tous avec simplicité et sans faire de reproches, il la lui donnera” (1ère lect.). Fort de cette promesse, nous venons te supplier de bien vouloir nous donner cette suprême sagesse d’une foi confiante, droite et aimante. Dévoile nos masques d’hypocrisie qui nous empêchent d’accueillir “les signes venant du ciel” dont tu émailles nos vies afin de les orienter vers toi. Nous pourrons alors te rendre grâce et te bénir, “trouvant notre consolation dans ton amour, selon tes promesses à ton serviteur” (Ps 118). »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales