Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

Férie

Dans cet évangile, Jésus met en garde contre les scribes et les pharisiens. Mais que leur reproche-t-il exactement ? Jésus ne leur conteste pas leur fonction d’enseignants de la Loi ; au contraire, le Seigneur recommande de faire « tout » ce qu’ils disent. Ils sont donc de bons instructeurs. Mais le problème semble être dans la différence entre ce qu’ils enseignent aux autres de faire et ce qu’ils font eux-mêmes. « Ils lient de puissants fardeaux et les mettent sur les épaules des gens ». Ils ont bien conscience des actions que la vie spirituelle requiert, mais ils ne se sentent pas concernés par ces obligations : « eux-mêmes se refusent à remuer le bout du doigt ». La première interprétation revient donc à opposer le dire et le faire. Les scribes ne font pas ce qu’ils disent de faire.

Mais il nous faut dépasser cette première évaluation : les scribes en effet ne font pas rien, la suite des remontrances de Jésus le montre. Ils aiment les observances et les pratiques rituelles. Or, elles sont nombreuses et difficile à mettre en pratique ! Les reproches de Jésus ne portent donc pas sur une opposition entre le dire et le faire (ici, entre le dire et le non-faire), mais sur une dissociation entre le dire et le faire. Leur parole n’est pas habitée et leurs enseignements multiplient les prescriptions jusqu’à les rendre complètement impraticables. Les pratiques sont devenues un en-soi qui n’est plus soutenu par un désir de la vie à recevoir et à donner. La Loi telle que la voient les scribes n’est plus au service de la vie. « Toutes leurs actions, ils les font pour se donner en spectacle ». La dissociation est là. Même si les actions sont impeccables et les enseignements irréprochables, l’intention ne l’est pas. Le regard des hommes sur eux, le « qu’en-dira-t-on », est la référence de leur agir ; ils cherchent même à attirer le regard par leurs vêtements. En un mot, ils cherchent à construire d’eux-mêmes une image sociale. La pointe de la critique de Jésus est là. Il ne leur reproche pas d’être aux premières places : il n’est pas dit qu’ils exigent ces places, mais qu’ils les aiment. La jouissance qu’ils tirent de l’idéalisation de leur image fait qu’ils ne s’adressent plus à leurs frères mais à l’image qu’ils ont d’eux-mêmes.

Nous voyons ainsi que la dénonciation de Jésus n’est pas une vaine polémique, ni une protestation d’ordre moral. La parole devrait permettre de distinguer chacun pour entrer dans une relation constructive, mais les scribes la pervertissent en un jeu de masques qui se répondent.

C’est dans ce contexte que Jésus donne des recommandations à ses disciples. Jésus ne veut pas leur parler du respect des observances (il l’a dit dès le début : il faut « tout » faire), il veut alerter ses disciples sur la nécessaire qualité que doivent avoir les relations entre eux. Il leur demande ainsi de ne se faire appeler ni « rabbi », ni « père », ni « docteur ». Non pas que ces titres soient interdits, mais qu’il ne faut jamais perdre de vue qu’il n’y a sur la terre que des frères, des fils, des disciples. La référence unique pour tous est l’Autre, le Tout-Autre. Il est certain que chacun a sa place (Jésus n’a pas retiré aux scribes leur autorité pour enseigner) ; mais il ne faut pas perdre de vue que la balance qui évalue ces relations est simple : « le plus grand se fera le serviteur de tous ».

Seigneur, nous accueillons ton enseignement avec reconnaissance. Fais-nous sortir des illusions de ce monde, qui tentent de réduire les personnes à une image idéalisée de leur fonction dans la société. Donne-nous ton Esprit de vérité ; en lui, nous vivrons des relations fraternelles fondées sur la présence de l’Autre, du Tout-Autre, notre Père des cieux. C’est de lui que nous recevons la vie, le mouvement et l’être, c’est lui qui nous adresse la Parole qui fonde notre identité et nous fait entrer dans un dialogue d’amour. Alors nous connaîtrons la joie d’être des fils, la joie d’être des frères.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales