Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 30 janvier 2023 - Sainte Martine
Navigation: Homélie

 

Homélie

Férie

Corazine, Bethsaïde, Capharnaüm : trois villes de la terre de Jésus, trois villes qui ne se sont pas converties. Trois villes qui ont reçu la visite du Sauveur et ont ignoré sa parole. Jésus ne les condamne pas, mais il pleure sur elles. Il pleure sur leur aveuglement. Jadis, même les villes les plus pécheresses ont su voir dans les miracles un appel de Dieu à changer de vie. Comment Capharnaüm, le premier lieu où Jésus a prêché et fait des miracles, comment la ville où il a habité a-t-elle pu l’ignorer ?

Ces trois noms résonnaient à l’époque comme des lettres de noblesse. Une réputation liée surtout à l’opulence du commerce. Il n’est pas difficile de s’imaginer la vie des gens de l’époque. La vie n’est pas sans contraintes ni contrariétés, mais le confort que tous les hommes bien dans leur siècle peuvent souhaiter y est accessible. De plus, tous sont convaincus que, à ce niveau de développement de la civilisation, l’esprit humain a acquis une maturité qui le met à l’abri des barbaries de jadis. Il est capable de concevoir beaucoup de choses, de rester ouvert à autrui. Même au rabbi de Nazareth. Il est connu dans la région, c’est un enfant du pays, il fait preuve d’une sagesse reconnue, on l’a même vu faire des miracles.

Pourtant « malheureuse es-tu Corazine ». Malheureuse es-tu d’avoir enfermé l’Envoyé dans tes propres catégories, de l’avoir aseptisé dans ton propre mode de vie, d’avoir manqué la rencontre offerte avec celui qui l’envoyait, Dieu. En effet, rencontrer l’envoyé est rencontrer physiquement et personnellement celui dont il porte le message. Il n’était pas fait de distinction entre l’envoyé et son mandateur. Nous comprenons ainsi que l’erreur de ses villes n’est pas d’avoir refusé d’écouter Jésus mais de ne pas l’avoir accueilli pour ce qu’il est : l’envoyé de Dieu, Dieu lui-même.

Cette rencontre n’a pas eu lieu par manque d’ouverture. Pas par manque d’amitié ou d’amour pour Jésus ; on se souvient de sa famille accompagnée de ses amis et relations, venir le protéger de lui-même et tenter de le faire rentrer discrètement à la maison, avant qu’il n’ait totalement perdu la tête. L’égarement ne vient pas d’un manque d’intérêt mais d’une relation mal située. Capharnaüm a donné un toit au Messie mais ne s’est pas située en créature face au Créateur, en pécheur face au Sauveur, en disciple face au Maître.

Ce mystère d’aveuglement est le mystère de notre propre relation à Dieu. La ville, nous le savons, est la personnification du peuple qui l’habite. Elle représente l’âme sous un mode d’intimité et de profondeur. Les villes sur qui Jésus pleure ce sont donc ses amis, ses familiers, nous. Tous ceux qui l’aiment mais qui ne lui donnent pas la possibilité de leur apprendre à l’aimer vraiment. Tous ceux qui le connaissent mais ne le laissent pas assez se révéler lui-même. Tous ceux-là sont ces villes qui rompent peu à peu leur relation à Jésus, sans violence, par la rondeur et la tiédeur d’un quotidien fait d’habitudes et de certitudes. Peu à peu, ils n’ont plus besoin de l’entendre, et finalement ils ne l’acceptent que dans la mesure où il peut être maîtrisé ou compris. Or Dieu est l’Au-delà de tout. Et, par l’intimité de leur communion, rejeter l’Envoyé est rejeter celui qui l’envoie.

Seigneur, fais-nous en ce jour la grâce de la prière. C’est elle qui nous permet de nous situer en vérité face à toi. Elle permet à la parole de tes envoyés, les apôtres, leurs successeurs et tous les témoins de l’évangile, de prendre forme en nous. La forme de ton visage. Elle fait de nous des chrétiens et nous donne envie de le devenir.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales