Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 9 février 2023 - Sainte Apolline
Navigation: Homélie

 

Homélie

Férie

L’évangile de ce jour est court, mais il compte sans doute parmi ceux qui nous frappent le plus. Les liens du sang sont en effet parmi les plus précieux ; nous sommes donc toujours mal à l’aise de voir Jésus rejeter ainsi les siens.

Mais Jésus ne renie personne de sa famille, il essaie simplement de leur ouvrir les yeux, à eux qui l’interpellent et à nous qui ne comprenons pas, à une autre réalité. Nous sommes toujours, en effet, dans le contexte de l’évangile d’hier où Jésus a fermement dénoncé l’aveuglement de ceux qui ne savent pas reconnaître ce qui vient de Dieu.

Jésus est donc dans une « maison », il enseigne à des disciples assis en cercle autour de lui. Il s’agit d’une position normale pour un maître qui enseigne, mais tout se joue autour de ce cercle délimité par ceux qui accueillent sa Parole.

Voici que « sa mère et ses frères arrivent ». Ils restent « au dehors » de ce cercle des disciples et ils « font demander » Jésus. Cette démarche est doublement inconvenante. On ne fait pas venir Jésus à soi, on choisit d’entrer dans le cercle de ses disciples. On ne fait pas demander Jésus, on le prie de nous accepter à sa suite. Et ce n’est qu’une fois entré dans ce cercle, que l’on peut se réclamer de l’intimité familiale du Seigneur Jésus.

Les paroles de Jésus sont alors assez rudes pour les siens, parce qu’il veut les interpeler, les inviter à changer leur façon de voir leur relation à lui. Les yeux de la chair cachent en effet des réalités plus grandes et plus profondes. Les disciples qui l’entourent, il les appellera « ses amis ». L’amitié est une relation entièrement fondée sur la gratuité, elle s’affranchit de toute obligation et n’est que don. Un ami est un étranger dont on se rapproche et à qui on se lie en se donnant. Telle est bien la démarche de Jésus vis-à-vis de nous. Nous nous sommes éloignés de Dieu au point de le regarder comme un étranger. Mais lui s’est livré entre nos mains, il a fait de nous ses amis.

Cette amitié n’est pourtant pas de celles que nous connaissons et qui peuvent unir les hommes. Jésus en effet ne rejette pas sa famille au nom de son amitié avec ceux qui le suivent. Il interroge : « qui est ma mère ? Qui sont mes frères ? ». Ceux qui font cercle autour de lui sont sa famille, elle est spirituelle. Elle est composée de ceux qui accueillent sa parole et qui la gardent. Sa mère et ses frères sont ses amis. Elle est fondée sur des liens plus réels que ceux nés du sang.

Ainsi Jésus nous invite-t-il à dépasser les relations humaines telles que les connaissons, les liens du sang comme les liens de l’amitié, pour découvrir la fraternité à laquelle il nous invite. Jésus nous invite à quitter nos fraternités et nos filiations pour devenir frères et fils de Dieu, pour entrer pleinement dans sa famille. Là est la vérité de notre être, là est l’unique position d’où nous pouvons envisager non seulement notre relation à Dieu, mais nos relations aux autres : nos frères, nos pères et nos mères.

Seigneur Jésus, merci de nous proposer ainsi d’entrer dans ta famille ; fais de nous des disciples attentifs à s’en remettre à ta volonté en toutes choses pour que nous découvrions de l’intérieur ce lien plus réel que les liens du sang dont tu nous as fait la grâce au jour de notre baptême. Et pour que ton règne arrive.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales