Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

samedi, 33ème semaine du temps Ordinaire.

L’évangile de ce jour nous présente Jésus en prise avec les sadducéens qui le mettent au défi de leur montrer que la croyance en la résurrection n’est pas absurde. A cette fin, ils lui posent une sorte de cas d’école qui s’appuie sur la loi du lévirat. Cette dernière exigeait qu’un homme épouse sa belle-sœur veuve si celle-ci se retrouvait sans enfants afin de donner une descendance à son frère défunt (cf. Dt 25, 5-10). D’où la question des sadducéens : une femme qui aurait eu successivement sept maris, duquel sera-t-elle l’épouse au jour de la résurrection ?

La réponse de Jésus va alors être aussi simple que la question des pharisiens est compliquée. Elle pourrait même se résumer dans son ultime phrase : « Le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob ; il n’est pas le Dieu des morts mais des vivants, tous en effet vivent pour lui » (v. 37). En affirmant que « donner la vie » est la caractéristique essentielle de Dieu, Jésus fait passer la réflexion sur un autre plan. Il invite les sadducéens et ses autres auditeurs à comprendre que s’il en est ainsi du Dieu d’Israël, la vie après la résurrection, qui est partage de cette vie divine en plénitude, ne peut être en rien comparable à la vie terrestre.
C’est bien ce qu’il explicite en utilisant l’expression « semblables aux anges » pour qualifier les ressuscités. La résurrection des morts nous fera naître à la condition céleste qui est celle des anges et elle nous mettra en présence du Dieu vivant. Nous demeurerons des hommes mais les relations que nous entretiendrons seront purement spirituelles. La question des sadducéens est donc « hors sujet » !

Notre résurrection sera une véritable re-création qui nous restaurera dans la plénitude de notre filiation avec Dieu : « ils sont fils de Dieu, étant fils de la résurrection ». Rétablis définitivement dans notre relation avec lui, nous vivrons alors de sa vie.
Oui, ceux qui seront ressuscités ne connaîtront plus la mort. Il n’y aura donc plus besoin d’assurer la survie de l’espèce pour que la vie puisse continuer. Le mariage, en tant qu’institution pour perpétuer la vie n’aura donc plus de raison d’être. Nous vivrons dans une relation d’amour parfait avec Dieu et entre nous, rendus ainsi participants de la fécondité de sa vie divine. Tout ce qui ici-bas, dans notre amour, aura été de l’ordre de la charité, c’est-à-dire de l’amour gratuit et authentique, demeurera. C’est ainsi que l’époux et l’épouse connaîtront Dieu au cœur même de l’amour qui les unira pleinement l’un à l’autre dans une étreinte éternelle.

Seulement, Jésus nous précise également que ne ressusciteront que « ceux qui seront jugés dignes d’avoir part au monde à venir ». Les portes de la vie éternelle ne s’ouvriront qu’au vainqueur du combat de la fidélité au quotidien, fidélité dans cette espérance joyeuse en la résurrection au cœur même d’une vie que l’ennemi tente de montrer si souvent insensée et désespérée. Certes, la lutte est dure et ne laisse que peu de répit. Que ce soit alors l’occasion pour nous de reconnaître que nous ne pourrons gagner ce combat qu’en comptant sur le secours de la grâce. Notre fidélité à cette espérance en la résurrection est un don à demander chaque jour et doit s’appuyer sur la fidélité première de Dieu. Jésus nous le montre bien ici lorsqu’il fait référence à l’épisode de Moïse et du buisson ardent. La formule « Le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob » renvoie en effet à l’Alliance par laquelle Dieu s’est engagé en vue du salut de son peuple.

« Seigneur, cette fidélité envers tes enfants, même la Mort, le dernier ennemi que nous aurons à affronter, ne pourra la mettre à mal. Tu es le Dieu fidèle qui ne peut se renier lui-même (2 Tm 2,13). Nous sommes faibles mais c’est sur ta fidélité que nous voulons appuyer notre foi et notre espérance en la résurrection que tu nous as promise et qui nous donnera de partager la condition céleste des anges qui contemplent sans cesse ta face. »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales