Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 7 février 2023 - Saint Égide Marie
Navigation: Homélie

 

Homélie

Saint André, apôtre

La liturgie de la fête de Saint André nous donne l’occasion de réentendre l’appel des premiers disciples, dans l’Evangile de Matthieu.
Par sa sobriété - qui n’exclut pas une pointe de solennité - le récit souligne comment Simon-Pierre et André son frère, puis Jacques et Jean, abandonnent leurs filets pour suivre Jésus dès le premier mot, sans avoir vu aucun miracle, ni entendu aucune promesse de récompense. Telle est la réponse de foi que Jésus attend de ses disciples : une réponse prompte, généreuse ; qui ne se fonde pas sur des signes, mais sur la confiance absolue dans l’appel de celui que nous reconnaissons comme notre Seigneur et Maître.
La liberté avec laquelle ces simples pêcheurs répondent à l’appel de Dieu devrait nous remplir de honte devant notre tiédeur, remarque Saint Grégoire le Grand qui précise : « En suivant le Seigneur, ils ont abandonné tout ce qu’ils auraient pu désirer en ne le suivant pas. Il n’y a pas ici de prix fixé ; mais le Royaume de Dieu te coûte ni plus ni moins que ce que tu possèdes. Il coûta ainsi à Zachée la moitié de ses biens, puisqu’il se réserva l’autre moitié pour rembourser au quadruple ce qu’il avait pris injustement (cf. Lc 19,8). Il coûta à Pierre et à André l’abandon de leurs filets et de leur barque. Il coûta deux piécettes à la veuve (cf. Lc 21,2), et un verre d’eau fraîche à tel autre (cf. Mt 10,42). Oui, comme nous l’avons dit, le Royaume de Dieu te coûte ni plus ni moins que ce que tu possèdes ». En son Fils, Dieu le Père nous a tout donné : et nous hésiterions à faire de même ? D’ailleurs : que pourrions-nous lui soustraire que nous n’aurons à rendre au dernier jour ? Alors plutôt que d’attendre que nous soyons obligés de la lui remettre, offrons-lui dès à présent notre vie comme une oblation d’amour, de reconnaissance : « Y a-t-il donc sacrifice plus précieux, demande encore Saint Grégoire, que celui dans lequel l’âme, présentant son offrande à Dieu sur l’autel de son cœur, s’immole elle-même ? »
Pierre et André laissent leurs filets : instrument de travail pour un pêcheur ; instrument de combat pour un gladiateur, qui s’en servait pour immobiliser son adversaire. Quels sont les filets que nous avons à lâcher pour pouvoir suivre Jésus ? Filets d’une préoccupation trop grande pour mes activités professionnelles, qui me tiennent emprisonnées dans leurs mailles ? Filets de liens familiaux trop fusionnels - ils étaient avec leur père dans la barque dont Jésus les retire - ou de liens humains trop forts, qui m’empêchent de répondre à l’appel de Dieu sur moi ? Ou filets que je jette sur mon entourage pour le maîtriser : jugements, médisances, manipulation, violence, séduction ?
Le filet dont Jésus veut me rendre expert à sa suite pour travailler avec lui à « rassembler les enfants de Dieu dispersés », est tout au contraire celui de la Bonne Nouvelle de la gratuité de l’amour du Père pour chacun de ses enfants ; car « entre Juifs et les païens, il n’y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent » (1ère lect.). Que le souvenir de cet amour inconditionnel de Dieu à notre égard nous stimule à répondre généreusement à son appel qui retentit chaque jour au cœur de notre vie, afin que quoi que nous disions et quoi que nous fassions, « ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus-Christ, en offrant par lui notre action de grâce à Dieu le Père » (Col 3,17).

« Seigneur, donne-moi de ne pas faire la sourde oreille à ton appel. “De ma bouche j’affirmes que tu es Seigneur ; dans mon cœur je crois que Dieu t’a ressuscité d’entre les morts” (1ère lect.), et pourtant j’hésite à te suivre, car j’ai peur de ne pouvoir payer le prix de l’amour. Je sais qu’“aimer c’est tout donner et se donner soi-même” (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus), et je ne suis pas sûr de pouvoir lâcher les filets dont je me sers pour tout ramener à moi. Prends patience avec moi, Seigneur, et continue de m’appeler jusqu’à ce que le désir de la vraie liberté ait vaincu l’inertie de mon péché ; je connaitrai alors moi aussi la joie de pouvoir bondir à ta suite sur le chemin de l’Evangile. »


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales