Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 8 février 2023 - Saint Jean de Matha
Navigation: Homélie

 

Homélie

Sainte Rita de Cascia,

Il ne faut pas minimiser le contraste entre les lectures que nous avons entendues ; d’abord le bon accueil qui est réservé à Paul : « le Seigneur lui avait ouvert l’esprit pour la rendre attentive à ce que disait Paul », et ensuite le discours sombre de Jésus : « l’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront offrir ainsi un sacrifice à Dieu ».

Quand Paul débarque en Macédoine, il n’est pas en territoire conquis. Il arrive en Europe, et va y rester plusieurs années. La présence romaine est importante, la population compte de nombreux vétérans de l’armée. Il y a bien une communauté juive, mais il ne semble pas qu’il y ait de synagogue, puisque l’endroit de la prière est hors de la ville, au bord de la rivière. Seules quelques femmes sont au rendez-vous du sabbat.

Parmi elles, Lydie. Elle n’est pas juive, mais adoratrice du vrai Dieu. Cependant, comme Corneille autrefois, Dieu a purifié son cœur par la foi et elle accueille le message de saint Paul. Etant près d’une rivière, le baptême est facilement organisé.

Quel succès ! Quelle spontanéité ! Et quel enthousiasme… Comme les disciples d’Emmaüs qui ne laissent pas leur compagnon de route poursuivre son chemin, Lydie retient Paul et ses amis chez elle. Presque de force. Sa vie a changé, et ça se voit. Elle accueille le Seigneur non seulement dans sa prière, mais aussi dans sa maison. Sa relation à Dieu est transformée, son quotidien en est illuminé.

Mais c’est bien au cours de la même liturgie que nous entendons Jésus annoncer que la condition de disciple est nécessairement celle d’un persécuté. Jésus ne joue pas avec nous, passant d’une extrême à l’autre, de la certitude que tout genou fléchira devant sa seigneurie à celle qu’aucun de ses disciples ne sera épargné par l’exclusion. Le contraste entre ces deux discours nous rappelle seulement que la joie de la résurrection naît dans un contexte sombre, que la lumière jaillit au milieu de la nuit.

Suivre les chemins du ressuscité requiert donc un saint réalisme, se réjouissant et se fortifiant de toutes les victoires de la lumière sur les ténèbres, prenant patience et se sanctifiant dans l’oppression. Jésus ne nous cache rien, et nous console avant l’heure. Nous ne risquons rien en effet : bientôt, très bientôt, viendra le paraclet, le Défenseur, « l’Esprit de vérité qui procède du Père ». Il est, lui, la respiration dans ce contexte de ténèbres et d’oppression.

Tenons donc éveillés et fermes pour attendre sa venue. Car il ne viendra pas seulement pour renouveler notre prière, mais aussi notre maison tout entière. Et rien ne peut arrêter l’incendie dont il embrase le monde.


Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales