Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 25 octobre 2020 - Saint Crepin
Date : lundi 17 mai 2004 | Lire l'Evangile dans son contexte
La m餩tation

 

Les méditations

Le témoignage du chrétien

Saint Jean 15 , 26 à 16,4

A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur. Et vous aussi, vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement. Je vous dis tout cela pour que vous ne risquiez pas de tomber. On vous exclura de la synagogue. Et même, l’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront offrir ainsi un sacrifice à Dieu. Ils le feront parce qu’ils ne connaissent ni le Père ni moi. Mais voici pourquoi je vous dis tout cela : quand cette heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l’avais dit. Je ne vous l’ai pas dit dès le commencement, parce que j’étais avec vous. »

Prière d’introduction Que l’exemple des nombreux témoins m’aide à exprimer mon amour pour Toi avec un courage égal au leur ; par Celui qui demeure vivant dans son Église, aujourd’hui comme hier, demain et toujours !

Pétition Accorde-moi, Seigneur, le courage et la force de t’annoncer autour de moi.

Réflexion

1. « Le sang des martyrs est semence de chrétiens. » Depuis l’époque de Jésus, la chaîne des martyrs n’a jamais été interrompue jusqu’à nos jours et ce dicton de Tertullien demeure vrai. L’expérience des martyrs et des témoins de la foi n’est pas une caractéristique propre aux premiers temps de l’Église, mais elle est la marque de chaque période de son histoire. Au cours du vingtième siècle, peut-être plus encore que dans les débuts du christianisme, très nombreux ont été ceux qui ont témoigné de la foi au milieu de souffrances souvent héroïques. L’exemple de ceux qui sont restés héroïquement fidèles à leur foi apporte un témoignage de grand prix pour tous les chrétiens.

2. L’amour est plus fort que la mort. « L’expérience de la seconde guerre mondiale et des années qui ont suivi m’a conduit à considérer avec une attention pleine de reconnaissance l’exemple lumineux de ceux qui, du début à la fin du vingtième siècle, ont souffert la persécution, la violence et la mort à cause de leur foi et à cause du comportement que leur inspirait la vérité du Christ. Là où la haine semblait contaminer toute la vie sans possibilité d’échapper à sa logique, ils ont montré que “l’amour est plus fort que la mort”.

Dans les terribles systèmes d’oppression, qui défiguraient l’homme, dans les lieux de souffrance, au milieu de privations très dures, au long de marches épuisantes, exposés au froid, à la faim, aux tortures, accablés de toutes sortes de souffrances, s’est élevée leur ferme adhésion au Christ mort et ressuscité. Beaucoup ont refusé de se plier au culte des idoles du vingtième siècle et ont été sacrifiés par le communisme, par le nazisme, par l’idolâtrie de l’État ou de la race. Beaucoup d’autres sont tombés, au cours de guerres ethniques ou tribales, parce qu’ils avaient refusé une logique étrangère à l’Évangile du Christ. Certains sont morts parce que, suivant le modèle du Bon Pasteur, ils ont voulu rester avec leurs fidèles, en dépit des menaces. Dans chaque continent, tout au long de ce siècle, se sont levées des personnes qui ont préféré être tuées plutôt que de faillir à leur mission... Bien des femmes ont perdu la vie pour défendre leur dignité et leur pureté.

Le monde contemporain refuse souvent la vérité annoncée par le Christ. Il la méprise car il fait de l’amour de soi le critère suprême de l’existence. Mais les témoins de la foi, qui nous parlent par l’exemple de leur vie, n’ont considéré ni leur propre avantage, ni leur bien-être, ni même leur survivance comme des valeurs supérieures à la fidélité à l’Évangile. Malgré leur faiblesse, ils ont opposé une résistance vigoureuse au mal. Dans leur fragilité a resplendi la force de la foi et de la grâce du Seigneur. » Jean Paul II, le 7 mai 2000 au Colisée de Rome.

3. « Vous aussi, vous rendrez témoignage. » Peut-être n’aurons-nous jamais l’occasion d’être martyrs, mais nous pouvons défendre notre foi avec nos paroles. Nous pouvons vivre en accord avec le fait que tout passe et seul le Ciel demeure. Nous pouvons lutter contre nous-mêmes quand notre « moi » s’impose à « mon prochain ».

« La charité envers le prochain est la grande preuve de ce que nous aimons en vérité le Christ et Dieu. Toutes les autres « démonstrations » que nous voulons donner à Dieu de notre amour, sont des preuves vides, si nous ne pratiquons pas la charité. Celui qui dit aimer Dieu qu’il ne voit pas, mais n’aime pas son frère qu’il voit, est un menteur... ». La Charité Evangélique du Père Marcial Maciel, L.C.

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, tu nous a promis de nous envoyer le Défenseur, l’Esprit de Vérité qui procède du Père, et qui rend témoignage en ta faveur. Aide-moi à écouter ce que ton Esprit Consolateur veut me dire. Que je n’oublie jamais qu’il m’accompagne dans les moments d’épreuve, et qu’il est toujours à mes côtés pour m’inspirer et me fortifier, spécialement quand je témoigne de ma foi.

Résolution Je prierai aujourd’hui l’Esprit Saint quand je rencontrerai une tentation.



Cette méditation a été écrite par



Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales